La chronique de Pape Alé Niang revient sur l’actualité sénégalaise. Entre autres, le chroniquer est revenu sur la déclaration de la politique générale du premier ministre, sur la caution déposée par le député Khalifa Sall. Il revient aussi sur certains scandales notamment, l’autoroute à péage, le vol commis par l’opérateur Orange sur le dos des sénégalais, le népotisme au consortium sénégalais d’activités maritimes(COSAMA), et sur la promesse faite par le chef de l’Etat d’acheter au moins trois radios thérapie pour certains hôpitaux.

Revenant sur la mauvaise image de notre Assemblée nationale qui ne s’évertue qu’à accomplir les vœux de l’exécutif, notamment avec la levée sans respect du Droit de l’immunité parlementaire du député-maire Khalifa Sall. Sur l’affaire Khalifa, Pape Alé affirme que si la caution demandée est déposée, le maire de Dakar doit être libéré.
De même, Il souligne que la sortie de l’ancien ministre Thierno Alassane Sall, interpellant l’Assemble pour la création d’une commission d’enquête, ne doit pas rester sans suite. L’Assemblée nationale doit ouvrir une enquête pour éclaircir cette question qui préoccupe tant les sénégalais.

Dans cette perspective d’alerte, le chroniqueur revient sur le réseau téléphonique Orange. Pour lui cette société vole au sénégalais par la défection souvent de son réseau, par les services inutiles qu’elle propose aux citoyens sénégalais en leur dérobant leurs crédits.
L’accent a été aussi mis sur l’autoroute à péage qui manque de sécurité mais surtout sur la COSAMA. Par rapport à cette dernière, le journaliste chroniqueur fait appel à l’Etat d’y envoyer des missions d’audit afin de faire cesser le népotisme qui y règne tant au niveau de la gestion des ressources humaines, que des ressources financières.
Avant de ‘’lever l’ancre’’, Pape Alé a tenu à rappeler le chef de l’Etat de sa promesse d’acheter des machines de radio thérapie. Il fait savoir aux autorités, en l’occurrence le premier ministre qui a déclaré à l’Assemblée que l’Etat du Sénégal s’est procuré des machines de thérapie, qu’il est temps qu’elles viennent.

 

PARTAGER

1 Commentaire

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here