XALIMANEWS : Dans sa chronique de la semaine Pape Alé Niang revient sur le piège du parrainage, en passant à la loupe tout le processus de ce nouveau système électoral.
« C’est une désorganisation volontaire froidement exécuté par Macky Sall et ses troupes pour avoir la majorité », a-t-il laissé entendre. Avant d’alerter l’opinion sur le contrat spéciale accordé au Directeur Général de la Daf, M. Ibrahima Diallo.
Aussi, le chroniqueur de Dakar matin a mis en garde le conseil constitutionnel qui selon lui, a une responsabilité historique face au parrainage.
Il a également fait des révélations sur les raisons pour lesquelles Malick Gakou avait été bloqué pendant 2 heures à l’aéroport.

9 Commentaires

  1. Pape Alé Niang je suis désolé mais li ngay wakh amoul béne sens tu es un journaliste d’investigation fait comme weekilis ou soit un professionnel et bougnou sonnal à quoi sa sert si tu attend ba diane bi diall nga tope du dore thi watate bi si tu as des preuves guénéko pour que les sénégalais khame li ngay wakh bou léne gnou fowé svp. Wa salam

  2. Ne vous laissez pas berner par cet ivrogne irréversible , qui son temps à balancer des contre-vérités qui n’ont ni queue ni tête .Mr connaît tout , sait tout , est un membre éminent du Pastef .
    Il y joue un rôle très proponderant au sein de la direction du parti de Sonko .
    Il raconte que des salades à dormir debout !
    Par contre , il n’osera jamais avouer son appartenance au Pastef , il milite dans ce parti depuis sa création.
    Pape Allé est un journaliste encagoulé et un ivrogne de 1ere classe .
    Ne vous fiez pas aux affirmations mensongères qu’il rapporte tous les jours , ce n’est qu’un mythomane megalo-maniaque.

  3. Des révélations explosives qui réveilleront, enfin, l’opposition ! J’ai plusieurs fois, depuis plus d’une année, écrit et plaidé pour que nos responsables de l’opposition exigent le départ du commissaire Ibrahima Diallo à la tête de la DAF, car il était admis à faire valoir ses droits à la retraite depuis belle lurette. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le commissaire Diallo n’est pas vulnérable et manipulable par le MINT et par le PR du seul fait qu’il soit bénéficiaire d’un contrat spécial, car c’est un fonctionnaire immensément riche !!! (la licité de l’origine de sa fortune appelle à plusieurs questions). Le commissaire Diallo est plutôt vulnérable et manipulable parce qu’il traîne des casseroles avec de graves dossiers de détournement de deniers publics jusqu’ici pendant devant la justice. Il était l’un des principaux acteurs du scandale des cartes biométriques malaisiennes lorsqu’il occupait le poste de Directeur du Matériel au MINT sous l’autorité du ministre d’alors qui s’appelait Ousmane NGom. C’est ce grave scandale qui lui avait valu un rappel de son poste de Consul du Sénégal à Barcelone (Espagne) pour se mettre à la disposition de la justice. C’est ce dossier, un scandale de plusieurs milliards, qui fait que Me Ousmane NGom se tient à carreau devant Macky Sall. Enfin, pour rappel, c’est ce même Ibrahima Diallo qui était le choix premier de Macky Sall, dès son arrivée au pouvoir, pour diriger la Direction générale de la Police avant d’en être dissuadé compte tenu de sa présumée implication dans des scandales pendant devant la justice.
    S’agissant des juges du Conseil constitutionnel, les gens doivent se rendre compte que Pape Ousmane Sakho est loin d’être l’ange qu’on nous présente. Il a beaucoup bénéficié des libéralités du Président Wade puis celles de Macky Sall pour une personne qui est censée être indépendante. Il n’y a rien à espérer de lui. Quant à son Vice-Président, le Pr NDiaw Diouf, je crains qu »il fasse comme son ami et collègue le Pr Yankhoba Issac NDiaye, lequel avait cédé aux avantages (dus et indus) que le Président Wade leur avait consentis pour obtenir l’aval du Conseil constitutionnel pour avaliser sa candidature à un 3e mandat. En tout cas, j’aimerais bien me tromper sur son cas. L’avenir nous édifiera. Pour ce qui est des membres de la société civile chargés d’assister le Conseil constitutionnel, l’opposition s’est faite avoir, une fois de plus. En effet, comment accepter que Maïmouna Dieng en fasse partie ? Pour rappel, cette dame est amie de Mimi Touré. Elles étaient, toutes les 2, des agents de l’ASBEF.
    Conclusion : il n’y a que le combat frontal, la mobilisation permanente qui pourraient nous faire sortir de cette situation qui étale, déjà, les prémisses d’une volonté de confiscation des suffrages du peuples avec la complicité d’une poignée de personnes avides de pouvoirs, d’ors, d’argent, d’honneur, de téranga etc.
    Ibrahima Sadikh NDour

  4. Pape Alé Niang tu ne crois pas un iota à la paix dans le pays ! Tu ne seras soulagé que quand il y a du fitna dans le pays. Sachant l’issue plus que certaine des élections de février, tu essaies de manipuler en vain l’opinion pour créer des troubles dans le pays. Mais je peux te garantir ceci : malgré les coups d’éclat attendus et prémédités ici et là des pro-Karim Wade et des pro-Khalifa Sall, diam rek mooy am si reew mi ! Avant, pendant et après les élections ! Sur le parrainage, tu étais bien au courant que les partis d’opposition faisaient du YÉKALMA PARRAINAGE. Mais par malhonnêteté et par irresponsabilité tu n’as rien dit, tu les as même encouragé, toi Mansour Sy Djamil et Mame Adama Guèye. C’est indigne et immoral ! Ce n’est pas pour rien que les candidats recalés par le CC ont presque tous les mêmes doublons. Donc respecte les juges et les membres indépendants de la société civile qui travaillent jour et nuit au CC pour un processus électoral juste et transparent. Une dernière demande : après le verdict des urnes au soir du 24 février, ngir yalla toi et tes amis de l’opposition ne venez pas insulter les Sénégalais en les traitant de vendus, de traîtres, de cons, d’analphabètes, d’ignorants ou je ne sais quoi encore. Avant de demander le vote des sénégalais, apprenez d’abord à respecter leur vote souverain…

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here