Le prophète Mouhamad (psl) a légué cette citation à ses contemporains :  » L’ encre du savant est aussi précieuse que le sang du martyr ». Une Confession qui a pu sonner le glas au moment où d’aucuns priaient le ciel de mourir sur un champ de bataille.
Dans la lignée des érudits de l’islam, le 9e fils de Mame Abdoulaye Niasse l’a très tôt compris. Voilà pourquoi Baye Niasse a su se pencher très tôt sur l’exégèse du Coran, la jurisprudence, la théologie, la grammaire arabe, la rhétorique,… .
A 18 ans, le jeune érudit avait déjà cultivé un goût prononcé pour le mysticisme. Chez les gnostiques, l’écriture est la façon la meilleure de se confesser. « Rouhoul Adaab », qu’il publia à cet âge précis, en est un exemple frappant. L’ Emir de Kano, Abdoullahi Bayero, avait eu raison de renouveler son affiliation à la Tijanya avec Hadj Ibrahim Niasse pour guide. 
Le rêve de Sokhna Astou Diankha, mère de l’érudit, ne pouvait pas ne pas être le soubassement d’une œuvre incommensurable. Seydouna Mouhamad (psl) avait eu raison de dire qu’il arrivera un temps où les rêves seront comme des lanternes qui éclaireront le chemin souvent parsemé d’embûches du musulman. 
La Tarbiya demeure la pierre angulaire de l’action du disciple de Baye Niasse. Ainsi, la Fayda est devenue un chemin menant à la citadelle de la pureté. Il s’agit d’entrevoir le divin en toute chose. Qui disait que Dieu est l’ensemble de tout ce qui existe ? 
Maam Cheikh

3 Commentaires

  1. J’aimerais bien savoir pour quel(s) service(s) rendu(s) à la France coloniale , certains de nos dignitaires maraboutiques avaient été décorés, certains cinq fois ? Depuis cinq ans, il n’ y a personne, même pas un historien pour se pencher sur cette question. Qui sont ces médaillés ?

  2. Nos érudits pourraient au moins nous dire à partir de quel âge notre prophète s’appela Muhammad (psl) , et depuis quand le terme Allah qui désigne Dieu dans l’islam est apparu chez les Arabes ? Quand on sait que le prénom du père de Muhammad Ab d’Allah , cela peut poser problème pour nous les ignares en interprétation islamique . Monsieur Toukara, qui semble s’intéresser à ces sujets pourrait nous édifier rapidement!

  3. CHEIKH IBRAHIMA NIASS (DIT BAYE), UN SUBSTITUT ET REDOUTABLE CHALLENGER DU MAHDI (TIDJANIYA) !!! En vérité, Allah n’envoie qu’un seul ‘’Mujaddid’’ par génération, conformément au Hadith :
    Abû Hurayra rapporte ces propos du Prophète – sur lui la grâce et la paix – : “Au début de chaque siècle, Dieu – Exalté soit-Il – enverra à cette communauté un homme pour revivifier [la pratique de] sa religion”. (Sakhawi, al Maqasid al Hasana).
    Et c’est dire que tout ‘’Homme de Dieu’’ contemporain d’un ‘’Vivificateur de la religion’’ (Moujadid) ne peut être que son substitut. … Et certes, ce vivificateur de la religion est le Pôle (khoutbou zamân) et est toujours un khalife attitré du « Sceau des Saints » ; mais du fait de son orthodoxie religieuse, il ne peut pas toujours prendre en charge toute la communauté dont il est pourtant l’Imam et le témoin. Ainsi, Dieu lui associe des substituts et place un voile entre eux de sorte que le Pôle (khoutb) connaît toujours ses substituts, mais ces derniers ignorent toujours leur Pôle (khoutb). Ainsi ce dispositif complexe permet, avec la bénédiction du Pôle (caché), de sauver l’immense majorité des fidèles que l’on rencontre généralement dans les autres communautés religieuses ‘’rivales’’ gérées par les substituts – Une véritable miséricorde ! Et la mission de rétro confirmation du Mahdi confirme de façon indiscutable que Serigne Babacar SY était le ‘’mujadid’’ de son époque ; et c’est ainsi qu’il faut comprendre sa relation spirituelle avec tous ses contemporains – Il en fut de même pour les Khalifes attitrés de Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif (Cheikh Seydi El Hadj Malick SY, Cheikh El Hadj Oumar Foutiyou TALL).
    Incontestablement, Cheikh Ibrahima NIASS (Baye) est un grand dignitaire de la Tidjaniya et Allah l’a récompensé d’une renommée sur les langues de la postérité. Mais, en dépit des mobilisations exceptionnelles de ses partisans, surtout à l’étranger, il demeure un précurseur du Mahdi – au même titre que tous les autres Saints (vivificateurs de la religion) ; ainsi, la poursuite de leur mission, en cette ‘’fin des temps’’ (akhirou zamân), ne peut plus être envisagée que dans celle du Mahdi – chargée de parachever celle de tous les ‘’Hommes de Dieu’’, toutes obédiences et toutes générations confondues ; oui, c’est cette mission universelle que votre serviteur a l’insigne privilège de piloter qui a l’exclusivité de rétro confirmer Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif – qui s’était proclamé comme le ‘’Sceau des Saints’’ (al khatimal wilayah) – comme le ‘’Christ de la Parousie’’ (Jésus fils de Marie revenu) ; en effet, personne ne peut justifier une mission dans l’Islam, après le rappel à Dieu du Prophète Mouhammad (PSL), en dehors de celle du Mahdi (retour de Jésus) [(4. Les Femmes : 157-159 – An-Nisâ’) ; (43. L’Ornement : 57-62 – Az-Zukhruf) ; (2. La Vache : 253 – Al-Baqarah)] ; et à l’évidence, toutes les missions des ‘’Hommes de Dieu’’ s’estomperont inéluctablement, au profit de celle du Mahdi, conformément à la perspective annoncée par le Prophète (PSL) ; ils ont, en vérité, un seul et même combat ; un seul et même objectif : la victoire éclatante de l’Islam !!! …
    Et pour en savoir plus, suivre ce lien : https://docs.google.com/document/d/1frjIuFHZF8r64N5xl78MJZ2Rp2meI2gfIEDbLNQ7PXs/edit?usp=drivesdk

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here