Le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi qu’un mariage n’était possible qu’entre «un homme et une femme», en apportant son soutien à l’idée de fixer ce principe dans la Constitution russe.

«Un mariage, c’est une union entre un homme et une femme», a déclaré Vladimir Poutine, lors d’une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d’Etat russe.

«C’est une bonne idée et elle doit être soutenue. Il nous faut juste réfléchir de quelle manière la formuler et où», a-t-il estimé, après une proposition faite par la députée conservatrice Olga Batalina de fixer dans la Constitution que le gouvernement doit soutenir «les valeurs familiales traditionnelles».

Selon Mme Batalina, la notion de famille est actuellement en danger en raison des tentatives d’introduire de nouveaux termes comme «parent numéro un» et «parent numéro deux».

«Ce n’est pas une fantaisie, c’est une réalité dans plusieurs pays», s’est alarmée Mme Batalina, qui représente le parti au pouvoir Russie unie à la Douma d’Etat (chambre basse du parlement) et qui a activement soutenu dans le passé la loi interdisant la «propagande homosexuelle» dans le pays.

«En ce qui concerne ‘parent numéro un’, ‘parent numéro deux’ (…), tant que je serai président, nous ne l’aurons pas. Nous aurons ‘papa’ et ‘maman’», a assuré Vladimir Poutine.

Le maître du Kremlin a créé la surprise en annonçant en janvier que la Russie avait besoin d’amender sa Constitution écrite en 1993 et a formé un groupe de travail composé des dizaines de députés et de célébrités russes pour préparer les amendements.

Lors de la rencontre avec le président russe jeudi, les membres de ce groupe ont proposé notamment de fixer dans la Constitution que la Russie était un «Etat pacificateur» ou encore «pays vainqueur» lors de la Seconde guerre mondiale.

Pour beaucoup d’analystes, Vladimir Poutine organise avec cette réforme l’après 2024, en se laissant le maximum de portes ouvertes pour préserver son influence tout en quittant le poste de président puisqu’il ne peut se représenter.

De son côté, M. Poutine affirme que ses récentes propositions de révisions constitutionnelles ne visent pas à «prolonger son pouvoir» dans le pays qu’il pilote depuis 20 ans.

Cnews

1 Commentaire

  1. Le flou volontaire de la communication de Macky Sall sur l’homosexualité. Opération de manipulation.
    Telle a toujours été le cas, dans la communication de Macky Sall sur l’homosexualité. D’abord il y a ce qu’il fait et ce qu’il dit. Pour ce qu’il fait, depuis le référendum de 2016 les homos n’o,t plus besoin d’aucune lois de plus, à moins de chercher à heurter frontalement les sénégalais.
    Quant à ce qu’il dit, Macky Sall a toujours répété à ses occidentaux qu’il ne rejette pas complètement ce qu’ils lui demandent pour les homosexuels. D’abord face à Obama, Macky a dit que le Sénégal n’est pas encore prêt pour, qu’il faut une évolution des mentalités ». Macky Sall est allé jusqu’à citer l’exemple de la suppression de la peine de mort, pour dire que cela ne s’est pas fait du jour au lendemain,que cela a été fait progressivement. Toutes ces phrases prononcées par Macky Sall, face à Obama, tout sénégalais honnête et qui ne cherche que la vérité, peut les retrouver sur le net parce que la vidéo est encore là, ils ne l’ont pas censurée. Face à Trudeau, Macky Sall a reconduit la même communication. Il dit encore que le Sénégal ne peut pas le faire pour le moment. Mais dans les deux cas, dés que Macky Sall a fini de parler, son armée de communication, qui est en réalité une armée chargée d’abêtir les sénégalais, a tout de suite pris en charge le travail de faire entendre aux sénégalais autre chose que ce que Macky a dit réellement. Et à chaque fois cette armée a fait suivre les discours de Macky d’un véritable bashing médiatique, une vraie opération de lavage de cerveau.
    C’est d’ailleurs parce que ce que dit Macky Sall n’est pas compris, par les personnes qui savent, comme on veut le faire comprendre aux sénégalais, que la suite du premier discours de Macky, face à Obama, a été la proposition de l’ambassadeur du Canada de financer le débat sur l’homosexualité. Macky Sall a dit qu’il faut une évolution des mentalités, alors pour l’ambassadeur du Canada cette évolution se fera par le débat qu’il s’est engagé à financer. C’est très claire pour ces gens. C’est la compréhension des sénégalais que la presse de Macky Sall floute. C’est claire comme de l’eau de roche. La fermeté, sur ce sujet, il ne faut pas l’attendre dde Macky Sall. Cela n’aura jamais lieu. Et pourtant pour proposer d’inclure dans la constitution sénégalaise une laïcité éternelle, une laïcité à jamais, Macky Sall sait s’y prendre. En ce moment, il ignore ses limites temporelles d’humain pour proposer des lois qui régiront les sénégalais qui vivront dans ce pays dans 5000 ans. Wallahi il suffit de se débarrasser de la malhonnêteté intellectuelle et des œillères que la presse de Macky essaie de nous monter pour voir qu’il y a la vérité et il y a la peinture.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here