XALIMANEWS: Si on n’était pas en période de pré-campagne électorale pour la Présidentielle de 2019, Aliou Sall aurait certainement remis à plus tard son adresse aux populations de Guédiawaye. Mais dans un contexte électoral marqué par une rude bataille  d’opinions entre son frère de candidat qu’il entend réélire et ses adversaires de l’opposition devenus plus radicaux, Aliou Sall aurait bien tort de ne pas s’épancher sur certains questions qui rythment la marche de la localité qu’il dirige. En meeting à Guédiéwaye, le week-end dernier, le leader de Pastef avait fait cas de la situation de la bande des filaos qui fait présentement beaucoup jaser. C’est ainsi que le premier magistrat de Guédiawaye a répondu dans les colonnes de l’Observateur à la demande d’explication formulée par ses administrés et portée par Ousmane Sonko. « J’ai eu vent de 2 lotissements en cours sur la bande des filaos. Le premier appartient au syndicat des travailleurs des impôts et domaines, le deuxième de 3 ha, est celui des magistrats regroupés dans une coopérative. Le décret de déclassement de ces sites date de 2013. Donc avant mon avènement à dire que je suis ni de près ni de loin, mêlé à ses attributions », lance-t-il.

Toujours à Guédiawaye, Sonko n’avait pas manqué de s’insurger contre « le manque criant d’infrastructures sociales de base ». Des propos qu’Aliou Sall assimile à de la mauvaise foi:  » Si Ousmane Sonko connaissait le Guédiawaye d’hier pour le comparer à celui d’aujourd’hui, afin de pouvoir faire une comparaison objective et dénuée de mauvaise foi, il n’aurait pas déliré d’une manière si grotesque et ridicule », a laissé entendre Aliou Sall, maire de Guédiawaye.

 

 

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here