Comment faire de la publicité sur xalima.com ?


Publie le: Samedi 22 décembre, 2012

Premier tour de la présidentielle 2012 : Ousmane Tanor Dieng évoque l’amertume de son camp

Imprimer Envoyer a un(e) ami(e)
Partager
Tags

Ousmane Tanor Dieng, candidat de la coalition  »Bennoo ak Tanor » à l’élection présidentielle de février-mars 2012, a évoqué samedi à Dakar  »l’amertume, la colère et la tristesse » au sein de son camp, à l’issue du premier tour.

 »Notre contre-performance au premier tour de l’élection présidentielle est, comme chacun l’aura remarqué, l’objet principal de l’amertume, de la colère et de la tristesse des camarades, alliés et sympathisants », a déclaré M. Dieng à l’ouverture d’un séminaire d’évaluation des élections présidentielle et législatives de cette année.

Il a prononcé une allocution lors de cette rencontre d’une journée organisée par le Comité central du Parti socialiste (PS).

Il reconnaît que les partis et mouvements citoyens, qui l’avaient investi,  »s’interrogent à juste titre sur les raisons qui ont conduit à un tel résultat », c’est-à-dire le fait qu’il a été recalé au premier tour de l’élection présidentielle en obtenant 11% des suffrages et se classant cinquième sur 14 candidats.

 »Nous examinerons donc ensemble les tenants et les aboutissants de cette épreuve, lucidement [et] objectivement », a annoncé le secrétaire général du PS, qui a fait en 2007 son baptême du feu à l’élection présidentielle, en arrivant troisième avec 13% des suffrages.

Selon lui, après l’évaluation faite par le PS des élections présidentielle et législatives de 2012, la coalition  »Bennoo ak Tanor » procédera à sa propre évaluation des mêmes élections.

M. Dieng a par ailleurs évoqué des  »difficultés » au sein de la mouvance présidentielle,  »Benno Bokk Yaakaar » dont le PS est membre.

 »Le compagnonnage voulu et accepté par le Parti socialiste » a connu des  »difficultés », a-t-il signalé. Ces  »difficultés » sont, selon lui,  »inhérentes à des logiques de positionnement et de rapports de forces propres à ce genre d’alliance ».

Au PS,  »les camarades sont nombreux à estimer qu’il y a dans ce domaine matière à réflexion et nécessité au sein de la coalition à anticiper sur cette question, afin d’ériger de bonne heure une règle d’or » du fonctionnement de la mouvance présidentielle, a-t-il souligné devant des centaines de militants de son parti.

Il estime que cette règle d’or devrait permettre de  »[garantir] la concertation et la recherche d’un minimum d’équilibre, tout en préservant la souveraineté de chaque parti à la coalition ».

 »La consolidation de +Benno Bokk Yaakaar+ […] est d’autant plus souhaitable et utile que la majorité actuelle […] se trouve en face de défis qui appellent, pour être relevés, une cohésion, une entente et un effort dans la durée », a signalé Ousmane Tanor Dieng.

Il soutient que pour mettre fin au  »système [de gouvernance] pernicieux voire mafieux […] mis en place progressivement pendant la présidence d’Abdoulaye Wade », il faut  »asseoir d’autres valeurs et promouvoir d’autres acteurs acquis à la cause de la République nouvelle que nous appelons de nos vœux ».

 »Le Parti socialiste est d’avis que la direction prise [par la mouvance présidentielle] est la bonne, que les résultats actuels doivent être jugés à l’aune du legs calamiteux du régime précédent et qu’il faut poursuivre et accentuer les efforts pour satisfaire la demande sociale », a affirmé son secrétaire général.

 »Notre volonté d’ancrage dans +Benno Bokk Yaakaar+ [.. .] ne fait aucun doute », a-t-il soutenu, soulignant que  »cette volonté […] n’exclut pas pour notre parti le droit et même l’obligation d’évaluer et de réévaluer périodiquement notre partenariat […] ».

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Xalima!!!
Votre e-mail: :
Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

Pour vos besoins publicitaires, Contactez nous



A propos du site ou journal

1 Commentaire
Participer au forum
  1. Ndell dit :

    La seule explication au score minable de Tanor à la présidentielle est que les électeurs l’ont sanctionné pour avoir sabordé le bennoo qui aurait permis d’élire Niass au premier tour. Le PS n’a jamais pardonné à Niass d’être à l’origine de la chute du 19 mars 2000. Voilà la seule explication….
    Si on en est là aujourd’hui avec un président presque par défaut, c’est essentiellement dû au PS. Ceci expliquerait peut-être les bisbilles entre Tanor et le jeune Makick Noel. Je suis de ceux qui ne pardonneront jamais au PS cela ( en plus de n’avoir rien fait pendant leur magistère).
    Rappelez-vous: quel était le slogan préféré de Tanor du temps de sa toute puissance? « Démenteler le PDS » Il avait réussi à enrôler les autres Ousmane Ngom, Jean Paul Diakhassé et autres trâîtres comme le Diagne (de baba Garage, ex-DG de la SICAP).
    Nous devons la plupart de nos malheurs et retards infrastructurels au PS…
    Alors, muuuuuute!!!

Poster un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

XALIMA SUR FACEBOOK

XALIMA ON FACEBOOK
Lire les articles précédents :
Une étude lancée pour mieux aborder les enjeux futur

Des universitaires sénégalais ont procédé, samedi à Dakar, au lancement d'une étude prospective devant induire un changement de comportement de...

Fermer

Premier tour de la présidentielle 2012 : Ousmane Tanor Dieng évoque l’amertume de son camp