Procès Khalifa Sall et Cie : Voici la déclaration de l’ancien maire de la ville de Dakar Mamadou Diop
« En 1964, M. le président ce sont des fonds politiques mais ce n’est pas autre chose. Il y a une grande réforme de la municipalité de la ville de Dakar qui supprime la fonction de maire et institue le président du conseil municipal. C’est ce qui est à l’origine des fonds politiques. Et en un moment donné le Président Senghor présidait une réunion avec les élus locaux. Et ces deniers lui ont demandé de leur donner des fonds. C’est pourquoi c’est en 1983 que la réforme a restitué le pourvoir au maire. Et nous étions la seule commune à en bénéficier. C’est institué par le président du conseil de la municipalité.

Abdou Diouf avait demandé au ministre Moussa Ndoye et moi de trouver les voies et moyens pour reloger les fonds dans la commune. Quand nous devions recevoir des hôtes, des acteurs politiques étaient financés par des fonds politiques. Le président Senghor avait accepté d’inscrire les crédits dans le cabinet. Ces fonds servaient à alimenter les chefs religieux. J’ai eu à gérer ces fonds politiques. Le décret portant règlementation de la caisse d’avance, la procédure est d’ordre politique. J’étais responsable politique pendant 45 ans. Ces fonds sont nécessaires pour n’importe quelles actions politiques.

C’est le décret 2003 qui régit les deniers publics. Dans tous les grands ministères de souveraineté vous verrez des dépenses diverses. Et c’est nécessaire pour la vie de l’Etat. Pour trouver que ce sont des fonds politiques, et ne couvrent pas ni la procédure ni quand. En ce qui concerne le domaine commun il y a le budget de la ville. Le maire ne voit pas la couleur de la caisse d’avance. Quand j’ai été député j’ai géré les fonds politiques de l’ancien président Senghor. Si on se permet maintenant de dévoiler les choses, c’est fini pour la République. Je suis en train d’écrire la gouvernance du pays. J’ai 82 ans, 60 ans au service de l’Etat. Les fonds politiques n’ont pas de trace. Ce que je donne à Senghor n’avait pas de trace. Vous n’avez pas le droit de me parler comme ça. Pour les fonds politiques ont ne laisse pas de trace. Ce sont des fonds communément appelés les actes de gouvernement. Dans ce monde qui peut vous expliquez qu’il n’a pas utilisé de fonds politiques», a déclaré l’ancien maire de la ville de Dakar Mamadou Diop devant la barre du palais de Justice de Dakar, plus précisément à la salle 4.

pressafrik.com

4 Commentaires

  1. Merci Monsieur le Maire pour la Vérité et la clarté. 82 ans dont 60 ans au service de l’état incluant la gestion des fonds politiques du Président Léopold Sedar Senghor, père du Sénégal indépendant, ce n’est pas ce Macky qui n’a pas 60 ans et sa meute arriviste amatrice et incompétente qui vont démonter votre propos issue d’une connaissance rigide et profonde de l’état, de la mairie de Dakar, de l’assemblée et de la politique. Fond politique = Fond politique. Pas de justice à géométrie variable. Ou bien on doit auditer les fonds politiques de Senghor, Diouf, Wade, Sall, Mamadou Diop, Pape Diop et Khalifa Sall. Ou bien on ne doit auditer personne. C’est cela la logique qu’aucun juge ou procureur ou magistrat ou avocat ou juriste ou ministre de justice ne peut sortir de ma tête.

  2. Peu importe que monsieur Mamadou Diop ait 60 ans de service Si c’est comme ça qu’il a servi dans l’obscurité ténébreuse légalisée, qui ose qualifier ses services de ‘bons et loyaux’.. par rapport au peuple? Et puis lui vieux magistrat de son état, de quel droit se permet -il de parler comme ça au juge même s’il est jeune – Un peu plus de respect quand même monsieur le magistrat, mon colonel, monsieur le ministre, monsieur le maire, pour votre legs à la postérité

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here