Tout ce qui brille n’est pas or. Cet adage se vérifie dans les zones aurifères de Kédougou difficiles d’accès avec des routes poussiéreuses. L’utilisation de produits chimiques et une vie dépourvue de tout confort sont le quotidien des habitants de ces lieux. Le destin est beaucoup plus tragique pour ceux là qui, par malchance sont tombés sur une personne malintentionnée qui les conduit à Kédougou. Elles sont nombreuses, ces jeunes filles “vendues” par un trafiquant et qui sont obligées de se prostituer pour recouvrer la liberté perdue. Une visite dans le site d’orpaillage de Khossanto, à 80 Km de Kédougou, organisée par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (Onudc), son ambassadrice de bonne volonté Coumba Gawlo Seck, l’Ong World Vision et la cellule nationale de lutte contre la traite des personnes, a permis de se rendre compte de cette face monstrueuse des sites d’orpaillage traditionnels. Certaines filles se prostituent de force dans une insalubrité, un inconfort et une chaleur intenable.

Source: SUD QUOTIDIEN

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here