L’Association sénégalaise des utilisateurs des technologies de l’information et de la communication au Sénégal (Asutic) constate avec regrets «le recul du Sénégal dans l’indice 2016 de développement des Tic».

Dans l’indice 2016 de développement des Tic, un instrument avec lequel l’Union internationale des télécommunications (Uit) mesure au plan mondial le niveau de développement du secteur des Tic, «le Sénégal a un indice de 2,53 en 2016,  contre 2,68 en 2015. Le pays a ainsi, dégringolé de la 124e  place en 2012, à la 141e  place en 2016. Il était classé à la 132e place en 2015, un recul de 9 places en une année et de 17 en 4 ans», rapporte l’Association sénégalaise des utilisateurs des technologies de l’information et de la communication au Sénégal.  Au niveau africain, souligne Ndiaga Guèye, président de l’Asutic, «le Sénégal est classé à la 15e  place en 2016 alors qu’il était à la 11e place en 2015». Et pour M. Guèye, cette régression du Sénégal n’est rien d’autre que «le résultat d’une absence totale de stratégie nationale de développement des Tic depuis plusieurs années». En effet, explique-t-il, «depuis 2012, aucune stratégie de développement des Tic n’a été élaborée par les nouvelles autorités (gouvernement de Macky Sall). Par conséquent, aucune de leurs décisions ne rentre dans le cadre d’un plan de mise en œuvre d’une quelconque stratégie. On constate plutôt une gouvernance caractérisée par du pilotage à vue et des annonces de projets épars sans aucune cohérence, encore moins une définition d’objectifs spécifiques chiffrés, mesurables attendus en termes d’impacts positifs sur les populations sénégalaises. C’est seulement durant cette année 2016 qu’une stratégie nationale de développement du numérique ‘’ Sénégal numérique 2016-2025’’, a été présentée par les nouvelles autorités en charge du secteur». Pour la formulation et le suivi-évaluation d’une stratégie de développement des Tic estime le président de l’Asutic, «il est indispensable de disposer de statistiques sur l’accès aux Tic et sur les usages. (…)». Or, fustige le «défenseur» des usagers des Tic, «la stratégie ‘’Sénégal numérique 2016-2025’’ a été élaborée, sans dresser au préalable un état des lieux clair et précis du secteur des Tic au Sénégal».  C’est pourquoi l’Asutic «demande à l’autorité gouvernementale d’éviter la précipitation et de geler la stratégie ‘’Sénégal numérique 2016-2025’’, en vue d’une refonte totale». Elle «recommande aussi, au ministère des Postes et des télécommunications, comme préalable fondamental à la définition d’une stratégie de développement des Tic, une enquête nationale sur les Tic, qui permettra de détenir une cartographie actualisée du secteur, avec ses forces et faiblesses». Le ministère, dira Ndiaga Guèye, «pourra alors aisément, reformuler les orientations stratégiques sur la base d’un diagnostic réel et fiable. C’est à ce prix qu’il pourra impulser le développement de l’économie numérique du Sénégal pour en faire un véritable levier de croissance».
Le classement africain selon l’Association, «est dominé par les Iles Maurice, les Iles Seychelles, l’Afrique du Sud et le Cap-Vert.  Le Sénégal n’est même pas parmi les cinq pays les plus dynamiques en évolution de l’indice de développement des Tic en Afrique, encore moins dans les dix au monde. On retrouve plutôt le Sénégal parmi les pays les moins connectés au monde». L’indice 2016 de développement des Tic par pays a été publié par l’Uit à l’occasion du 14e symposium mondial sur les indicateurs Tic qui s’est tenu du 21 au 23 novembre 2016 à Gaberone (Botswana).
lequotidien.sn

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here