L’Alliance des Forces de Progrès (AFP) dément toute négociation avec le président de la République, Macky Sall autour d’un prétendu poste. Elle a été catégorique et s’est attaquée vigoureusement aux personnes qui ont tenté de véhiculer ce type d’informations.
Refus de Niasse à une demande de Macky : “une contrevérité monstrueuse”, selon l’AFP

Moustapha Niasse et la direction politique de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP) sont très en colère. Ils s’insurgent contre les informations véhiculées faisant état de négociations entre le leader de l’AFP et celui de l’APR, par ailleurs, président de la République pour le poste de président de l’Assemblée nationale.

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de PressAfrik, il est écrit : «depuis quelques jours, à l’approche de la l’établissement de la liste des membres du Gouvernement et de l’installation du Bureau de la 13ème Législature, il s’opère de manière insidieuse une campagne de désinformation éhontée sur la personne du Président Moustapha NIASSE».

La direction de l’AFP dénonce qu’un journaliste «sans sourciller a fait des constructions d’une gravité extrême, allant jusqu’à inventer un entretien en tête à tête entre le Président de la République et le Président de l’Assemblée nationale, sur de prétendues négociations au sommet».
Elle a tenu à indiquer : «il convient de signaler que Moustapha Niasse n’a été demandeur à aucune étape de sa carrière administrative et politique. Ce constat intangible reste d’actualité. Il n’y a pas eu l’ombre de négociations autour de la Présidence de l’Assemblée nationale, parce que ce n’était pas nécessaire».

Selon les responsables de l’AFP, «le Président de la République n’a jamais demandé au Président de l’Assemblée nationale de renoncer à quelque responsabilité que ce soit». Et de préciser : «le prétendu refus de M. Moustapha NIASSE est donc une vue de l’esprit, une contrevérité monstrueuse, d’autant plus que les Institutions de la République ne sauraient faire l’objet d’une curée, dans une démocratie stable comme la nôtre, qui obéit à la réalité et aux impératifs du terrain».

Enfin, mentionnent-ils, «en pensant à l’éthique et à la déontologie, il convient de s’interroger sur l’identité du cerveau d’un complot en porte-à-faux avec les intérêts stratégiques de notre pays, qui n’a guère besoin de plonger dans la médiocrité».

pressafrik.com

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here