En interview dans les locaux de xalima.com, le Vice-président de Renapta, Khalilou Ndiaye, présentant son réseau, nous fait savoir que: le Réseau National des Prestataires d’Argent, est une association à but non lucratif, spécialisée dans la distribution des services des différents Opérateurs.
A lui de poursuivre en signalant que le réseau permet aux gens, de pouvoir bénéficier, des transferts d’argents très rapidement et sans problème.
C’est ainsi qu’il aborde le problème de RENAPTA avec Orange. Il nous fait savoir que, Orange est un partenaire qui est né, avec eux, quand ils cherchaient une alternative. « On a suggéré beaucoup de choses à Orange Money. On a encouragé les clients à s’inscrire sur orange money. Seulement avec le succès, ils ont changé de visage », lance-t-il. A l’en croire, des agents qui travaillent en longueur de journée, ne gagnent que des miettes, avec des commissions très faibles.
Avec le dépôt de 1000F, le prestataire ne recevait que 18 FCFA. Dans leur discussion, ils n’invitent même plus RENAPTA. Ils ont diminué toutes les commissions et pour avoir 700 FCFA, il faut faire maintenant 100 dépôts de 1000, ce qui est assez difficile. Et pour les dépôts de 2000F, les prestataires ne gagnent aussi que 28 FCFA par dépôt. Ce que nous déplorons avec la dernière énergie. C’est pourquoi, on a invité les prestataires à boycotter. Et cela a coûté très cher à Orange. « Il y a boycott qu’on dit passif, mais qui a, au contraire, coûté cher à l’Orange », a laissé entendre la chargée de communication.
A en croire Khadija Baldé, le réseau ne lutte que, pour les intérêts des travailleurs et de la population sénégalaise. « Si on nous laisse aujourd’hui au chômage, en nous délogeant et en mettant partout, des kiosques orange money. Nos employés seront alors, au chômage et pourront devenir des agresseurs », dit-elle.
Khalilou Ndiaye, le vice-président, a également affirmé qu’avec le transfert d’argent «Sûr», les prestataires vont pouvoir gagner, plus d’argent et les clients payeront, alors moins cher. « On ne veut pas les petits entrepreneurs du Sénégal, soient malmenés. On veut qu’ils puissent gagner de l’argent sans aucun problème et sans être exploités », dit-il.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here