Monsieur le Ministre Abdou Latif Coulibaly, vous ne répondez pas à mon interpellation relative à l’audit technique et financier de ce que vous aviez baptisé dans une vie professionnelle antérieure le « Monument de la décadence ».
En parcourant votre (si) longue réponse dans l’édition du « Le Soleil » du mardi 10 octobre 2017, je suis resté sur ma faim car, Monsieur Abdou Latif Coulibaly vous nous aviez habitué à des démonstrations plus toniques. La littérature développée dans votre texte relative à l’œuvre d’art que constitue à vos yeux, aujourd’hui, le monument de la Renaissance n’était pas l’objet de mon interpellation. Cependant, les thèses sur l’esthétique de l’art et la controverse « propre » à l’art ont été des arguments défendus, alors, par un certain régime libéral.
Monsieur le Ministre Abdou Latif Coulibaly, la façon dont vous magnifiez aujourd’hui le Monument de la Renaissance me fait frissonner. Je n’ai qu’un seul regret : si vous étiez Ministre de la culture à l’époque, vous l’auriez mieux défendu que l’initiateur même du projet.
Monsieur le Ministre, aviez-vous le choix de refuser de garder comme vous le dîtes si bien, le Monument de la Renaissance que le Protecteur des Arts et des Lettres vous a confié ? Toujours est-il que les questions posées dans mon interpellation ont été évitées. Et c’était ça l’essentiel. Même si je ne suis pas indifférent à l’esthétique.
Par ailleurs, mon statut de Conseiller Economique, Social et Environnemental ne dépare en rien à mon statut ante. INCHALLAH, dehors-avant, aujourd’hui-dedans, demain-dehors mes convictions seront toujours forgées comme le bronze du Monument décadent hier et renaissant aujourd’hui. Vous avez oublié dans votre si long texte de rappeler qu’avant le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) et non le Conseil Economique et Social comme vous le dîtes, j’ai siégé au Conseil de Régulation de l’Autorité de Régulation des Marchés Puplics (ARMP) pendant trois (3) ans (2007 à 2010). Mes positions, mes convictions, mes principes enseignés dans les laboratoires du Forum Civil, m’en ont fait défénestrer. Dans le CES, mes positions, mes convictions mes principes sont restés les mêmes.
Mes interpellations du 6 octobre 2017 était de savoir si vous êtes disposés ou non à faire faire un audit technique et financier de Monument de la décadence-renaissance, fruit, écriviez vous le 15 juillet 2009 « d’une décision aussi surréaliste et grotesque ».
Comme vous pouvez le lire, moi aussi je n’ai jamais critiqué dans mon interpellation l’esthétique de ce monument, troisième mamelle de ce qui est convenu d’appeler la presqu’île du Cap-Vert.
Birahime SECK,
Membre du Conseil d’administration du Forum Civil.
Dakar, le 10 octobre 2017.

PARTAGER

8 Commentaires

  1. Effectivement j’avais moi aussi noté que monsieur coulibaly développait une longue réponse sans répondre à une question très simple.
    Mais tout ceci était fait à dessein.
    C’est tout simplement qu’il ne peut rien dire, les sénégalais ne sont pas fous.
    Ce monsieur racontait beaucoup de choses et aujourd’hui apparemment il n’est plus contre le monument de je ne sais quoi d’ailleurs …. car ce bâtiment coréen n’a rien d’africain encore moins de renaissance.

  2. Moi aussi je trouve que c’est pas une prioritera de faire une audition Pour ce Monument de merde qui ne represente rien Pour Moi musulment .seulement je suis tres desole d’observer ou de constate que Birahime de ce forume civile continu de nous fatiguer avec des arguments qui ne nous apportent abdolument rien du tout si Birahime veux ou cherche a audition ce monument Alors pourquoi arrendet maintenant Pour le faire ,pourquoi si Birahime es de Bonne FoU pourquoi n’a t’il pas interpeller Abdoulaye Wade quand il ett au pouvoire Alors nous autres senegalais pensent que le debat ce Situ silleurs pas dans un monument qui ne nous apportent rien du tout Alors Birahime il faut arretez les senegalais ont d’autees priorites

    • Yowe dé do YARAM! Waxo fi dara ba dara bolo dièkhe. Texte confus dans le fonds comme dans la forme et l’orthographe est calamiteuse. YARAM DAY AM XEL MU LERR NI NAJIU MIDI. LEPPEU LEUNDEUM CI SA BOPPA BI!

  3. Pour ceux que ça intéresse, je suggère de jeter un oeil à la statue “L’ouvrier et la kolkhozienne”, 1937, oeuvre monumentale commanditée par Staline. Après on reparlera de création, d’arts plastiques et d’originalité. Quant aux droits d’auteur, ils auraient dû revenir aux héritiers de Staline, et non à M. WWW.

  4. A vrai dire je me suis poser cette question: mais pourquoi latif ne repond pas a la question de laudit financier et technique? Au lieu de faire une dissertation sur limportance ou la pertinence de lart

  5. En ne répondant pas directement à la question posée, il a montré , lui net ses prédécesseurs ,qu’il ignore ce qu’est la culture :
    ” Je suis de ceux qui œuvrent en faveur de l’unité nationale autour d’une identité forte, mais dans le respect des spécificités et donc de la diversité culturelle”
    Cette identité forte : c’est notre ancrage dans l’Islam à 98%. Une religion qui a ceci de particulier:
    – elle est PARFAITE, donc pas d”innovation
    – elle est PARFAITE, applicable en tout lieu e en tout temps
    Il y aune manière islamique de faire chaque chose. La culture se définit par les rapports que nous devons avoir avec le Créateur, avec Ses créatures et avec son environnement.
    La conception de la culture par les occidentaux est aux antipodes des nos valeurs, Libre à quiconque de faire le pitre ou le golo et se dire artistes ou acteur cultutel.

    • tu ne parles que des musulmans (qui ne sont pas 98%, loin s’en faut, ou apporte-nous les chiffres officiels) Quoi qu’il en soit, le Sénégal n’est pas et ne sera jamais une république islamique. Il faut arrêter de prendre ses fantasmes pour la réalité, et accepter que d’autres pensent autrement que nous. De toute évidence, ce n’est pas ton cas.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here