En vigueur depuis le 14 février 2010 sous l’ère de l’ancien gouvernement Charest, le
Programme de l’expérience québécoise (PEQ) est un programme accéléré de sélection de
travailleurs qualifiés (réception, en 20 jours ouvrables seulement son certificat de sélection,
contrairement à des délais plus longs (deux voire plusieurs années) pour le traitement d’un
dossier d’immigration pour une demande régulière).
Ce programme innovateur et populaire qui est destiné aux diplômés du Québec et aux
travailleurs étrangers comporte certaines nouvelles conditions d’admissibilité. Le nouveau
gouvernement Legault, au pouvoir depuis un an, a reculé sur l’application de sa réforme
controversée en instaurant la clause des droits acquis suite à la pression populaire, du milieu
des affaires, des associations étudiantes (la Fédération étudiante du Québec , l’Union
étudiante du Québec, etc.) et des trois partis d’opposition (Parti libéral du Québec, Parti
québécois et Québec solidaire) unis sur un même dossier, un fait rarissime.
Recul partiel du gouvernement sur la réforme du PEQ
Les étudiants étrangers diplômés du Québec et les travailleurs étrangers temporaires déjà
établis au Québec et répondant aux anciens critères d’admissibilité au PEQ (ouvert à toutes
les formations, programmes, étudiants étrangers et emplois selon certaines conditions*), ne
seront pas concernés par les nouvelles modifications réglementaires en date
du 1 er  novembre dernier. En d’autres termes, les étudiants étrangers et les travailleurs
temporaires qui étaient déjà installés au Québec en date du 1 er  novembre bénéficieront d’une
clause de droits acquis et n’auront pas à satisfaire aux nouveaux critères du PEQ en
immigration.
Malgré le recul partiel du gouvernement, les milieux des affaires et de l’éducation continuent
à maintenir la pression. Un texte collectif du milieu des affaires a été publié hier dans le
journal Le Devoir par le président-directeur général (p.-d.g) de la Fédération des chambres
de commerce du Québec, le p.-d.g. du Conseil du patronat du Québec, le directeur principal
de la recherche nationale à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante,
président et chef de la direction à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, la
présidente et chef de la direction à la Chambre de commerce et d’industrie de Québec et le
p.-d.g. de Manufacturiers Exportateurs du Québec). Il y a des inquiétudes dans les cégeps et
régions du Québec exprimés hier, surtout, par les députés du Parti québécois à l’Assemblée
nationale du Québec et résumées aujourd’hui dans un article de la presse québécoise.  Un
texte collectif des acteurs des milieux collégial et universitaire a également demandé
un changement de fond des règles du programme de l’expérience québécoise.
Le gouvernement cherche à sélectionner des étudiants et travailleurs temporaires dans des
domaines d’emploi et de formation qu’il aura déjà définis en fonction des besoins de main-
d’œuvre. 140 420 postes sont à pourvoir au Québec au deuxième trimestre. Le Québec vit
une très bonne santé économique et on note sur le terrain un changement de paradigme des
employeurs qui sont de plus en plus ouverts à accueillir la main-d’œuvre immigrante et issue
de la diversité dans un contexte de rareté et de pénurie de main-d’œuvre. De nombreux
titres des journaux québécois et canadiens démontrent la vitalité économique du Québec.
Les journalistes et chroniqueurs économiques n’hésitent pas à décrire, chiffres à l’appui, la
bonne santé économique du Québec. Déjà le 12 juin dernier, Michel Rochefort d’ICI-Radio
Canada titrait Le Québec, champion de la pénurie de main-d’œuvre au Canada. Michel
Girard du Journal de Montréal n’hésite pas à parler du miracle économique de l’emploi au

Québec et Francis Vailles du Journal La Presse nous revenait avec un texte toujours
documenté Économie du Québec: non, ce n’est pas un accident de parcours.
Hier à l’Assemblée nationale, lors de la période des affaires courantes, le premier ministre
François Legault a admis avoir mal évalué les impacts de la nouvelle réforme sur les
personnes admissibles déjà présentes au Québec ainsi que leurs familles.
Malgré le recul partiel du gouvernement, la grogne continue chez les étudiants étrangers qui
réclament une annulation complète ou totale de la réforme du Programme de l’expérience
québécoise (PEQ).
Le Québec est gagnant sur toute la ligne avec le programme des étudiants étrangers
Le recrutement des étudiants étrangers pour la société québécoise comporte de nombreux
avantages (élargissement du réseau, bonne connaissance de la culture organisationnelle,
adéquation compétences et exigences des employeurs, etc.). L’immigration temporaire
apparaît aux yeux de certains acteurs comme un bassin de recrutement et pourrait soutenir
les PME dans ce sens.
Les immigrants tout comme les étudiants étrangers constituent une manne financière pour
les collèges et les universités. En d’autres termes, l’immigration économique profite à la
société toute entière. Plus de 48 000 étudiants internationaux ont choisi le Québec pour y
perfectionner leurs études et espérer y rester avec la possibilité d’obtenir une résidence
permanente, un incitatif de marketing vanté, à juste titre, par les différents gouvernements
précédents (PLQ, PQ). Les étudiants étrangers constituent une manne financière pour
l’économie québécoise (universités, cégep, etc.) et le Québec est gagnant sur toute la ligne
avec ces talents qui sont, avec les travailleurs étrangers temporaires, les profils les plus
susceptibles de s’intégrer rapidement sur le marché du travail et la société québécoise.
Le Québec est gagnant sur toute la ligne avec le programme des étudiants étrangers qui
confirme son rayonnement international. Il peut recruter les étudiants étrangers ayant un
solide dossier et souligner leur intérêt à rester sur son territoire. Il pourra également
bénéficier d’une bonne visibilité internationale. En clair, les étudiants étrangers deviennent
des ambassadeurs du Québec à leur retour dans leur pays d’origine (transfert de
connaissances et compétences, coopération interuniversitaire, possibilités de faire des
affaires, etc.).
Le diplôme québécois est un diplôme souvent demandé par les employeurs dans des
domaines techniques. Même si on parle plus d’expérience et de compétences transférables
que d’obtention d’un diplôme, il demeure certain que les immigrants formés au Québec
s’intègrent plus facilement que ceux formés à l’étranger, en raison notamment d’une
meilleure connaissance du marché du travail, mais aussi de l’établissement d’un réseau
qu’ils développent et entretiennent continuellement. À titre d’information, plus de 80 % des
emplois au Québec sont obtenus par des contacts directs. De plus, les immigrants formés au
Québec se sont créé des réseaux de contacts, maîtrisent les us et coutumes ainsi que la
culture organisationnelle québécoise et ont eu le temps de cerner le marché du travail. 
Même s’il y a une volonté d’arrimer l’immigration aux besoins de main-d’œuvre, la politique
de baisse de seuil de l’immigration n’est pas également étrangère à la réforme du
programme PEQ. La mobilité internationale incite les pays d’immigration pragmatiques à
recruter et à retenir les talents mondiaux, peu importe leur origine.
Pour prendre connaissance des anciennes et nouvelles conditions à remplir à titre de
diplômé ou de futur diplômé du Québec, lire l’article original ici.
Doudou Sow, Collaboration spéciale

Expert en intégration professionnelle (emploi, entrepreneuriat, mentorat et régionalisation)
A voir aussi :
PEQ : les étudiants manifestent
Immigration : derrière les chiffres, il y a des êtres humains

2 Commentaires

  1. Ce qu’il faut savoir c’est que Legault n’a rien dans la tête c’est juste une personne chanceuse en affaire. Il ressemble à un personnage de dessin animé comme Trump. Son ministre Simon Jolin-Baaarrette est un vrai québecois sournois et populiste qui va avoir la sympathie des secondaires 5, les travailleurs de la construction et des retraités qui voient les immigrés hautement qualifiés réussir et avoir tout ce qu’eux n’auront jamais. Jolin-Baaarrette aura le soutien des québecois et sera le prochain premier ministre du Quebec. Le temps nous le dira. Cette nouvelle Loi vise les Africains et les Arabes les européens majoritairement viennent en échange et n’ont pas de sous pour payer les scolarités exorbitantes du Quebec, même payer $800 pour traiter leur CSQ constitue un gros budget pour eux.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here