XALIMANEWS : L’enquête ouverte l’Inspection générale d’État (IGE) pour déceler les dysfonctionnements a? l’origine de la mort de l’étudiant Fallou Sène, envoie déjà la Direction des bourses et Ecobank au banc des accusés.

Pour cause, révèle Libération, des documents, partiellement publiés, tentent de dédouaner cette Direction et son autorité? de tutelle, a? savoir le ministère de l’Enseignement supérieur de la Recherche, mais la vérité? des faits est tout autre.
En effet, ces documents tentent de faire croire que la Direction des bourses avait e?mis un bon d’engagement depuis le 13 avril et que les retards dans le paiement seraient le fait du Tre?sor. Une légende. Premièrement : la Direction des bourses a effectivement émis un bon d’engagement de 6 milliards de FCfa le vendredi 13 avril. Mais ce n’est que le lundi 16 que ce bon a e?te? saisi dans le Système inte?gre? de gestion des finances publiques (SIGFIP).
En clair, c’est en ce moment que le Trésor venait d’e?tre informe? puisque la mise en système est du ressort de l’autorité? qui émet le bon. Mais il y a bien pire. le bon d’engagement fait, il fallait en- voyer les états de paiement, c’est- a?-dire communiquer la liste des étudiants qui doivent bénéficier des allocations. Et ceci n’a e?te? fait par la Direction des bourses que le…vendredi (décidément) 20 avril comme l’atteste le courrier adresse? a? cet effet par le directeur des bourses au payeur général du Tre?sor. Aussi, dès le 30 avril, le Tre?sor a procédé? au paiement intégral des cinq milliards de FCFA. Ce, par che?que tre?sor nume?ro 0044387 de trois milliards et che?que tre?sor nume?ro 44388 de deux milliards.
Quid du milliard restant ?

La? aussi, des sources renseignent qu’un troisième bon a e?te? émis le 4 mai par la Direction des bourses mais il n’a été? valide? par le Tre?sor que le 11 mai pour la bonne et simple raison qu’il n’y avait pas de cre?dits nécessaires dans le compte. Ce qui est de la responsabilité? de la Direction des bourses, en tant qu’administratrice de crédits. Si sa responsabilité? est maintenant avérée, celle d’Ecobank ne souffre aussi d’aucun doute. Lorsque les crédits ont e?te? mobilisés et le che?que vise? le 11 mai par le Tre?sor, la banque a attendu trois jours, c’est-a?-dire le 15 mai, pour annoncer le début de paiement des bourses.
Dans tous les cas, le Président de la République ne parlait pas dans le néant lorsqu’il annonçait, en Conseil des ministres, avoir saisi l’Inspection générale d’État (Ige) pour faire la lumière sur ces dysfonctionnements. Libération a appris de sources autorisées que l’Ige est descendue a? Ecobank ou? elle a emporté? plusieurs documents.

1 Commentaire

  1. Tout est rangé derière un gouvernement qui ne croit pas en lui, il se penche uniquement aux audits pour se développer, au moment ou les pays se concentrent sur leur ressources et leurs secteurs de développement telsque l’education, la santé, l’agriculture ect…. Notre espoir c’est le Président Bougane GUEYE , l’homme qui sait s’y mettre ni politicien, ni homme d’etat son soucis majeur, c’est le changement de la mentalité des sénégalais.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here