XALIMANEWS : La recrudescence de la grève des syndicats fait peur aux élèves. Depuis octobre des préavis de grèves ont été déposé sur la table du ministère de tutelle.
Et depuis décembre, les cours ne se déroulent plus normalement sur l’étendue du territoire.

Le Syndicat des Enseignants Libres du Sénégal (SELS) avaient déposé un préavis de grève au mois d’octobre pour la rentrée des classes 2017/2018. Souleymane Diallo et ses camarades exigent du Gouvernement le respect des accords, la prise en charge de certaines préoccupations notamment l’indemnité de logement, les rappels, le statut de l’élève-maitre, entre autres.

« Le Gouvernement a privilégié le dilatoire au courant de l’année 2017 dans la prise en charge des préoccupations des enseignants, en général et en particulier, dans l’application des accords signés avec les syndicats d’enseignants. Nous dénonçons aussi la non convocation des négociations sérieuses sur les nouvelles préoccupations des enseignants », avait dénoncé le Secrétaire Général du Sels, Souleymane Diallo sur les ondes de la Rfm.

La Fédération des enseignants était partie en grève les mardi et jeudi sur toute l’étendue du territoire national. Selon ces syndicalistes, le système éducatif est en crise et il a besoin de secours.
«C’est la deuxième phase que nous allons entamer par une grève totale sur l’étendue du territoire national pendant deux jours, les 19 et 21 décembre», avait déclaré le vice-coordinateur de cette fédération qui invite ses camarades à suivre le mot d’ordre de grève.
Mbaye Sarr indexe Serigne Mbaye Thiam d’être le seul responsable de cette crise
Dans plusieurs établissements moyens et secondaires de Saint Louis par exemple, les élèves ne suivent pas correctement les cours. Des perturbations causées par le mouvement d’humeur de certains syndicats de l’enseignement.
A en croire le secrétaire général du Cusems, la grève sera bien suivi jusqu’à satisfaction totale de leurs revendications par le gouvernement.

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here