XALIMANEWS: Après la sortie de jeune Afrique confirmant les propos du responsable des cadres libéraux, Cheikh Seck, sur une rencontre entre le président de la république Macky Sall et son prédécesseur Abdoulaye Wade, le jour de la tabaski, les langues commencent à se délier dans les entourages de certains chefs d’État africain, qui auraient eu à jouer également leur partition entre le « père et fils » ennemis.
Après Alpha Condé et François Hollande,les facilitateurs du « protocole » de conakry, d’autres chefs d’État ont mouillé âprement le maillot, pour faire fumer le calumet de la paix entre l’ancien président Abdoulaye Wade et et son successeur Macky Sall.
Le quotidien « Source A » soutient « formellement » qu’aussi bien l’ancien président Malien, Amadou Toumani Touré, actuel Ibrahim Boubacar Keïta,son homologue Ivoirien Alassane Ouattara, que le président congolais Denis Sassou Nguesso, ont, chacun en ce qui le concerne, joué sa partition, depuis près de trois ans dans le rapprochement.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here