Divers sujets à la UNE de la presse du jour. Commençons par le journal l’AS qui informe que le chef de l’Etat a décidé de dédommager les victimes de la Cité Tobago en leur octroyant des parcelles dans la commune de Yoff. Le journal ajoute que le ministre du Budget avait trouvé les terrains à affecter aux impactés estimés à plus de 400, comme le lui a recommandé avec insistance le PM. L’AS rappelle que l’Etat avait décidé de raser toutes les habitations construites à la Cité Tobago pour irrégularités car elles étaient érigées dans le périmètre sécuritaire de l’Aéroport.
Le QUOTIDIEN informe que le chef de l’Etat, par ailleurs Président du Conseil supérieur de la Magistrature, calme le jeu en annulant la convocation du juge Souleymane Téliko. Selon le journal, il désavoue son ministre de la Justice et évite aussi de rendre davantage exécrables les rapports entre l’Exécutif et le Judiciaire. Téliko qui devait être traduit devant le Conseil de discipline avait dénoncé à travers un mail les affectations de certains magistrats via des consultations à domicile. Le TEMOIN soutient ainsi que la forte mobilisation des magistrats, des avocats et de la société civile a fini par payer. En fait selon VOX POPULI, « une quinzaine de magistrats et une vingtaine d’avocats s’étaient constitués pour défendre Téliko ».
A la UNE du SOLEIL, on apprend que l’Agence de notation Mody’s a rehaussé la note du Sénégal qui passe de B1+ à Ba3. Les raisons de cette progression sont la croissance économique, la consolidation budgétaire continue, les indicateurs de la dette. La notation financière constitue pour les investisseurs un critère clé dans l’estimation du risque qu’un investissement comporte particulièrement dans les marchés financiers. Le SOLEIL ajoute qu’avec cette note le Sénégal rattrape la Côte d’Ivoire et reste avec ce dernier, les deux pays subsahariens à atteindre cette notation.
Restons dans le monde des finances en rapport avec la justice. LIBERATION parle du bras de fer judiciaire entre la Sgbs et le groupe Jumbo. La banque avait effectué une saisie-vente sur le titre foncier abritant le siège du groupe Jumbo. La Cour d’Appel de Dakar a cassé cette décision de justice mais la Sgbs qui réclame 20 milliards de FCFA n’a pas lâché prise puisqu’elle a intenté une autre procédure devant le tribunal correctionnel pour escroquerie.
Toujours dans le monde des finances mais cette fois-ci avec nos milliardaires. L’AS réalise un dossier sur ces sénégalais qui sont dans le lot : Aliou Sow, Yérim Sow, Baba Diao, Cheikh Tidiane Mbaye, Ameth Amar, Pierre Goudiaby Atepa. Le journal retient qu’ils ont un point commun : une vie en discrétion et simplicité.
SUDQUOTIDIEN parle aussi de milliards. C’est dans un dossier consacré aux fonds politiques. Dans ce dossier, le journal constate que ces sommes souvent abyssales, sources d’enrichissement n’en sont pas moins régies par des normes de droit, même si celles-ci sont en elles-mêmes germes d’embrouillement.
De fonds politiques, on passe à la politique. Dans l’OBS, on apprend que Macky Sall va désigner le chef de l’opposition après les Législatives. C’est une question inscrite parmi les 15 points qui étaient soumis au peuple.
Pour ces législatives, ENQUETE informe que la coalition au pouvoir va sans doute vivre des moments mouvementés dans les prochaines semaines. Le schéma des investitures, les dissidences, la tête de liste nationale, les rancunes du passé sont autant d’éléments à résoudre pour maintenir l’unité.
La TRIBUNE parle du retour de Karim Wade. Selon la source du journal, le fils de Me Wade qui s’est constitué un trésor de guerre pour faire face à Macky Sall, va remobiliser ses troupes à coup de financements. En tout cas dans DIRECT INFO, Moustapha Fall « CHE » soutient que le Qatar est prêt à donner 1000 milliards à Karim Wade pour qu’il gagne les élections et devienne président. Pour le CHE en gagnant les Législatives, l’opposition va lancer l’opération « blanchir Karim ». Cette déclaration est présentée par le journal comme une nouvelle bourde de Moustapha Fall «CHE ».
Terminons avec WALFQUOTIDIEN qui informe que Tanor Dieng entame la « dékhalifisation » dans les instances du parti socialiste. Selon le journal, la direction du parti cherche à chasser Khalifa Sall et ses partisans des postes qu’ils occupent pour les remplacer par des pro Tanor.

Ndiaga Diouf

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here