XALIMANEWS : Des fenêtres sans grilles de protection, des portes sans serrures, des toilettes sans lumières, un mur de clôture d’à peine 1 mètre de longueur, tel est le constat qui a été fait à l’hôpital Youssou Mbargane Diop de Rufisque. Une situation déplorante que vivent ses pensionnaires au quotidien. Avec une insécurité grandissante, raconté par le personnel.

A l’en croire, dernièrement, une dame internée au service chirurgie de la structure a été victime de vol dans sa cabine. « C’est dans la nuit du vendredi au samedi, vers 04h40 du matin pendant que je dormais que j’ai entendu des bruits bizarres mais je croyais que c’était le vent. Tout d’un coup j’ai senti la présence de quelqu’un il a voulu prendre mon sac mais mon pied était posé dessus, c’est par la suite que j’ai ouvert les yeux et au moment de criait il a pris mon téléphone qui était sur le lit ; je me suis agrippé à son pied mais hélas je n’avais plus assez de force et il s’est enfuit par la fenêtre », raconte la patiente, encore sous le choc. Qui poursuit, « le voleur pouvait me blesser ou même me tuer et dans ce cas qu’en adviendra-t-il ? C’est par la grâce de Dieu que je suis toujours en vie mais cela pouvait être pire ».
« J’ai crié au voleur ! Au voleur ! Et les patients des autres chambres se sont levés avec leurs accompagnants, ce sont ces derniers qui sont partis avertir les vigiles qui était tous à l’entrée principale », lance son accompagnante.
Toutefois, le directeur de Youssou Mbargane a fait le déplacement pour s’excuser auprès de la famille de la victime. « Je suis désolé de la situation qui est arrivé, mais je vous promets que des mesures seront prises pour renforcé la sécurité au sein de l’hôpital. Je vous présente toutes nos excuses ».
Mais, si dans un hôpital on ne peut pas assurer la sécurité des malades, cela devient un grave problème.
Selon le personnel soignant, ce n’est pas la première fois qu’un cas de vol est signalé dans cet hôpital. Plusieurs d’entre eux ont subi des vols lors de leurs heures de travail et cela de jour comme de nuit. Même le chirurgien qui habite au sein de l’hôpital a reçu la visite des malfrats à plusieurs reprises.
Et pourtant la structure compte un service de sécurité.

Sous le couvert de l’anonymat, un homme tente de nous éclairer un peu la lanterne.
« Je suis un accompagnant, je sors à n’importe quelle heure dans la cour de l’hôpital, mais je ne vois aucun vigile faire la ronde. Ici nous assurons notre propre sécurité et c’est dommage ».
Le chef de la sécurité de l’hôpital a reconnu les faits et explique que celui qui était de garde cette nuit dans ce couloir a été viré pour abandon de poste.
Le responsable de la chirurgie quant à lui s’indigne face à ses dirigeants qui ne font aucun effort pour résoudre les problèmes de cet hôpital. « C’est honteux », dixit-il.
Par ailleurs, la famille de la victime a décidé de porter plainte contre l’hôpital et promet que cette affaire sera porté jusqu’au ministère de tutelle. Pas seulement pour eux mais pour tous les autres patients.
L’insécurité au Sénégal un réel problème que vivent les populations. Et cela se passe jusque dans les structures sanitaires. Et la question qu’on se pose est où va donc notre pays ? Quand on n’est même pas en sécurité jusque dans nos structures de santé.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here