La XALIMANEWS: L’ailier de Liverpool a avoué qu’il rêve de remporter la Coupe d’Afrique des Nations avec le Sénégal et a raconté des anecdotes sur son enfance.
Vainqueur de la C1 avec Liverpool, Sadio Mané porte les espoirs de tout un peuple. L’attaquant des ‘Reds’ va devoir aider le Sénégal, l’un des favoris de la compétition, à triompher lors de la Coupe d’Afrique des Nations qui se déroule actuellement en Egypte. Dans une interview accordée à ‘France Football’, le leader de l’attaque du Sénégal a révélé qu’il serait prêt à échanger sa victoire en Ligue des champions contre un sacre continental avec son pays.
« C’est à nous de réussir quelque chose de grandiose. Bien sûr que l’on fait partie des favoris, on ne va pas se le cacher. Mais ce statut ne suffit pas pour aller au bout. […] Gagner pour son pays, qui n’a encore jamais remporté une CAN, ça doit être magnifique. Je suis même prêt à échanger une Ligue des champions contre une CAN. Le retour à Dakar serait extraordinaire. Ce serait mon rêve le plus fou », a avoué Sadio Mané.
« Je ne suis pas une vedette »
L’attaquant de Liverpool a révélé avoir eu des problèmes avec sa famille à cause du football : « Personne n’aimait le foot dans ma famille. Ma mère me chassait à chaque fois qu’elle me voyait jouer au foot. Je devais quitter l’ombre de l’arbre à palabres pour me retrouver en plein soleil. C’était dur pour moi car je me sentais un peu seul. Je ne comprenais pas pourquoi on ne m’autorisait pas à vivre mon rêve. […] Au village, quand je faisais quelque chose de mal, ma maman ou mon oncle me frappait. J’ai été tapé pas mal de fois parce que, par exemple, je n’allais pas à l’école. Parfois je rentrais accompagné d’un ami quand je savais que je risquais d’être battu pour ne pas être allé à l’école. Mais ça fait partie de l’éducation. Grâce à ça, je ne me suis jamais perdu. Je remercie tous les jours ma mère pour ça ».
Humble, Sadio Mané se sent à l’écart de certains footballeurs et n’est pas dans le star système : « Après avoir passé toute mon enfance à entendre les adultes inciter à toujours mettre l’autre en avant, là, je me suis rendu compte que c’était un peu du chacun pour soi. Il y a aussi tout cet argent, la médiatisation… Moi, ça, ça ne me touche pas du tout. Vraiment. Je ne me sens pas concerné. Bien sûr, je fais partie de ce milieu. Mais je m’en méfie un peu. Je reste à l’écart, évite les réseaux sociaux et retourne le plus souvent possible au village pour garder les pieds sur terre. Je n’aime pas me faire voir ».
« Je suis quelqu’un de discret qui voulais être footballeur, pas une vedette. Je ne triche pas. Et surtout, j’aime bien tout le monde et ne fais pas trop attention à ce qu’il se passe à côté de moi. […] Je suis peut-être le seul footballeur professionnel au monde à ne pas savoir jouer à la PlayStation. Vraiment. Je n’ai jamais essayé et ça ne m’intéresse pas du tout. Pourtant, que ce soit en club ou en sélection, je suis entouré de joueurs qui y passent leur temps. Mais ça ne me passionne pas. J’avoue que je ne sais même pas comment me servir d’une manette. a conclu le Sénégalais.

PID

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here