La potion venimeuse du FMI n’a même pas encore subi les assauts des sucs gastriques qu’une autre déconvenue vient clore la sale semaine présidentielle : le boycott offensant de ses homologues du fameux « G5 »

Il y a des jours comme ça, où les astres refusent de s’aligner, les anges refusent de survoler votre Palais, vos patrons les bailleurs vous rappellent , tirent sur les chaînes qui vous attachent à eux, vos collègues présidents vous snobent en se portant pâles à vos palabres sur la « Paix » et le « développement ».

Et même un ex-détenu handicapé de Rebeus a le mauvais goût de venir s’immoler sous vos fenêtres pour protester contre votre peu d’empathie quand il ne s’agit pas de parrains de votre prochaine réélection. Vous faites quoi alors, sanguin et colérique que vous êtes ? Eh bien, comme tous les monarques touchés dans leur orgueil : contre mauvaise fortune bon cœur vous avalez en silence ces couleuvres pourries.

C’est d’abord, le FMI, ce grand ordonnateur et sentinelle implacable des comptes financiers du monde qui vous douche froidement après votre virée allemande, en dévoilant ce que vous cachiez à vos concitoyens : vos comptes sont plus que tendus, vos prévisions noyées dans des choix plus politiciens et électoralistes qu’économiques, qu’à la fin de l’année vous serez à court de quelques 115 milliards de francs CFA.

Entre des prévisions de recettes perdues en route (probablement dans votre précoce et coûteuse précampagne présidentielle) et, des largesses pour perfuser une société (La Poste) saignée à blanc par un de vos souteneurs-ré-électeurs-, honni de tous, mais adulé par vous… Un sacré prédateur comme beaucoup de ceux qui vous entourent et vous murmurent votre comptine préférée : réélection dès le premier tour.

Pour une fois, vos soldats, répondeurs pas si automatiques que ça, ont fait montre d’un courage …silencieux ! Il ne s’agit pas ici d’ex PM, envieux de mon fauteuil, qui lèvent le voile sur des comptes publics pas si élogieux que ça et que vous vendez comme un bilan à faire pâmer la populace. C’est votre surveillant général qui vous rappelle à l’ordre, à plus de modestie et d’orthodoxie dans vos dépenses.

Les largesses destinées à vous faire réélire (ce qui reste un doux rêve), la « poudre-DER » destinée à acheter des voix improbables, les « week-ends -parrainages-distribution-de billets » de vos soldats de fortune, tout cela, vous rappelle le véritable argentier du pays et non l’autre comptable qui décaisse selon vos urgences.

Aucun des soldats du « Macky » n’a fait acte de bravoure en rappelant à l’ordre le vérificateur du FMI ; tous ceux-là qui ont d’habitude le « patriotisme » et le « souverainisme » baveux à la bouche, n’ont pipé mot. Ils ont mis courageusement le fusil au pied, tourné et craché leur venin vers et contre leur intime ennemi : Sonko ! S’il n’était pas là celui-là, on allait mourir d’ennui.

Mais c’est la divine surprise de cette fin d’année qui ronronnait au rythme des cris angoissés des directeurs des instituts supérieurs d’enseignement privé qui réclament au candidat-président, qu’il ne sera pas réélu sur leurs dettes ; que les 40 milles étudiants qui fréquentent leurs écoles iront voir ailleurs. Un ailleurs qui s’appelle la rue et le désespoir. Qu’ils partageront désormais avec toutes les autres victimes d’une gouvernance ni vertueuse ni sobre.

Cette couleuvre, potion venimeuse du FMI, n’a même pas encore subi les assauts des sucs gastriques et des bactéries stomacales, qu’une autre déconvenue clore la sale semaine présidentielle : le boycott offensant de ses homologues du fameux « G5 ». Un forum où on disserte sur « Paix et sécurité » où les pays qui sont en première ligne de la lutte contre le terrorisme se signalent par leurs chaises vides. Comme s’ils disaient au président, nous, nous luttons quotidiennement contre les groupes terroristes, nous n’avons pas le temps et des ressources à perdre pour disserter sur la « Paix et la sécurité ».

Nous en avons payé (et payons tous les jours) le prix. Nous savons bien que la « stabilité et le développement durable » dépendent en grande partie de la paix et de la sécurité. Alors, qu’est-ce que vous avez à nous inviter dans votre CICAD coûteux, et donc incompatible avec le développement, pour nous casser les oreilles avec des évidences.

Évidemment, la France, bailleur du forum joue la vedette avec sa ministre de la Défense qui contient difficilement une sourde colère contre les Russes qui ont l’outrecuidance de venir s’immiscer dans leurs affaires de pré-carré Centrafricaines. Poussée par des « animateurs-journalistes » français de la radio mondiale, embarqués, madame la ministre, a eu du mal à cacher son agacement contre les immixtions intolérables d’un Poutine envahissant.

Je ne sais pas ce qui explique et justifie que ce soit des journalistes « étrangers » qui animent le débat général et soient les seuls à pouvoir poser des questions au président Macky Sall et à ses invités. Une nouvelle dévaluation de la presse locale ? Vous êtes bien bonne pour me lécher les bottes et me promulguer de douces caresses, quand il s’agit de mon machin-truc-PSE-là, mais ici on parle de « paix et sécurité ».

Des choses sérieuses qui sont hors de votre portée. De vos petits cerveaux de sous-développés dociles. Évidemment, comme on n’a pas de « capitalistes nationaux capables » (de gérer nos besoins en eau), nous n’avons pas non plus de presse, de journalistes capables de comprendre les « GRANDES QUESTIONS » de l’Afrique et du monde.

Que les nombrilistes de tous poils continuent de regarder leur ridicule, petit et prétentieux organe de leur bas ventre, et laissent « les grands journalistes, des grands organes, des grands pays » distribuer la parole à nos « grands dirigeants ». Ci-gît la souveraineté et le respect de ses concitoyens. AMEN !

Demba Ndiaye journaliste

3 Commentaires

  1. Ce serait plus intéressant que Demba Ndiaye fasse une chronique utile sur Ila Touba ou sur le nouveau Pont de Farafénié en finalisation ! Des ouvrages majeurs qui ont un impact positif direct sur des millions de Sénégalais. Mais vous n’en parlez jamais, toi comme le revueur-de-presse Pape Alé Niang ! Vous ne parlez jamais des faits concrets qui intéressent les populations ! Que des spéculations de journalistes paresseux ou camouflés…

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here