A deux jours de son huitième de finale contre le Sénégal, l’équipe de l’Ouganda ne se prépare pas dans les meilleures conditions. Les Cranes sortent de deux jours de grève pour réclamer une revalorisation de leurs primes pour la CAN 2019.

C’est encore une affaire de primes qui secoue une autre sélection de la CAN. Après le Cameroun, le Nigeria, avant le début de CAN, c’est au tour de l’Ouganda de s’offrir sa crise, après un premier tour réussi (2e du groupe A derrière l’Egypte). Les Cranes ont ainsi boycotté leurs séance d’entraînement de mardi, et retardé celui de mercredi jusqu’à 22h 30 pour inciter leur fédération à accéder à leur demande. Les joueurs de Desabre réclamaient une revalorisation de leurs primes, sans doute galvanisés par leurs performances. La fédération, elle, ne voulait rien attendre affirmant dans un communiqué que tout « avait été discuté depuis le 13 mai dernier, y compris les bonus en cas de victoire et de qualification ».

Le résultat de la gréve serait un entrainement zappé et un autre commencé plus de trois heures après l’heure prévue. Laissés au repos lundi après leur qualification en huitièmes de finale, en grève, mardi et une bonne partie de la journée de mercredi, les Cranes ne sont donc pas entraîné véritablement depuis trois jours. Il ne leur reste que jeudi, la veille du match pour réfléchir à l’équation Sénégal. Cela fait peu et avec la pression qu’ils se sont mise, ils seront plus que jamais attendus.

Source: RFI

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here