L’État et le Groupe Saudi Ben Laden ont signé hier, jeudi 29 avril à Dakar, une convention de partenariat d’un montant de 250 milliards de Fcfa et un contrat de cessions d’actions d’une valeur de 7 milliards soit 34% des actions que l’État détenait dans la Sar. Ce nouveau partenariat a pour objectif de faire de la raffinerie un outil industriel rentable au service de la sécurité de l’approvisionnement en produits pétroliers du pays. Il a aussi pour ambition de développer un programme d’investissement pour l’extension et la modernisation de la Sar entraînant des mutations techniques, technologiques et logistiques.

L’État a présenté à Saudi Binladen Group (Sgb) par le biais de sa filiale Pcmc ses objectifs stratégiques de faire de Dakar une plateforme pétrolière internationale. Et ce, en mettant en place une industrie de raffinage permettant de satisfaire l’approvisionnement régulier du marché national et sous régional. C’est dans ce cadre qu’une convention de partenariat entre le gouvernement, représenté par le Ministre de l’Energie, Petrosen, Sar, d’une part, et Sgb et sa filiale Pcmc d’autre part. Cette convention de partenariat porte sur un programme d’extension et de modernisation d’un montant total de 250 milliards de Fcfa. Ce programme permettra à la Sar d’opérer une mutation technique consistant en une augmentation de sa capacité de raffinage de 1,2 millions de tonnes à 4 millions de tonnes par an, selon le Ministre de l’Energie, Samuel Amète Sarr. Ce dernier d’assurer qu’il y aura aussi une mutation technologique de la Sar avec une évolution du schéma de raffinage par, dans un premier temps, la construction d’une unité d’hydrodésulfuration du gasoil permettant de traiter plusieurs catégories de brut et notamment des brut plus sulfurés.

A cette convention de partenariat s’ajoute un contrat de cession entre Petrosen et Pcmc. En effet, l’Etat par le canal de Petrosen, a cédé 34% de ses actions pour un montant de 7 milliards de F Cfa à Pcmc, filiale du groupe Saudi Binladen.

C’est dans ce sens que le vice président de Gsb, Cheikh Saad a déclaré que : « nous sommes là pour faire partie de la Sar et nous comptons durer longtemps. Nous sommes disposés à faire tout pour améliorer les conditions de la Sar et de ses travailleurs ». C’est ainsi qu’il a donné une prime d’un million pour tout le personnel de la Sar. « Cette signature est perçue comme de l’extension et de la modernisation des installations de raffinage qui garantira les performances et la pérennité de notre entreprise », dira le Directeur général de la Sar, Carmélo Robert Sagna. Pour le représentant des travailleurs de la Sar, François André Sarr : « un jour nouveau s’est levé dans le secteur de l’énergie ».

Le Ministre des infrastructures et de la coopération internationale, Karim Wade a abondé dans le même sens. A son avis, « pour maintenir l’activité de raffinage des hydrocarbures dans notre pays, le président de la République a pris la décision d’augmenter les parts de l’État dans le capital de la Sar à hauteur de 80%, tout en s’engageant à payer la dette de 85 milliards de F Cfa qui avait été à l’origine de l’arrêt des activités industrielles et commerciales de la raffinerie ». M. Wade d’ajouter que c’est dans ce cadre que le gouvernement a défini le programme d’investissement prioritaire appelé programme d’extension et de modernisation (Pems). Pour lui, la réalisation de ce programme a pour objectif de faire de la Sar un outil industriel rentable au service de la sécurité de l’approvisionnement en produits pétroliers du pays mais aussi du marché sous-régional.

C’est dans ce sens que le Ministre de l’Energie a affirmé qu’en raison de la place centrale de l’énergie dans le développement économique et social, aucun effort n’a été ménagé pour doter le Sénégal d’un système énergétique performant. Il a jouté que C’est dans ce cadre, a-t-il ajouté que le gouvernement, en partenariat avec un privé sénégalais, est en phase de terminer la construction d’un dépôt de 167.000 m3 qui, non seulement comblera le déficit de capacité de stockage mais encore permettra de résoudre une bonne partie des problèmes de mobilité urbaine car situé dans le périmètre de la Sar.

sudonline.sn

Lire le commentaire de Frédéric Tendeng sur cette affaire.

PARTAGER

Repondre