Dans son ouvrage paru à Montréal, « Contestations islamisées : le Sénégal entre diplomatie d’influence et islam politique » (Editions Afrikana, 2018), le politiste sénégalais, enseignant chercheur au Centre d’étude des religions de l’Université Gaston Berger, évoque le parcours de jeunes engagés en politique avec un background militant dans les mouvements islamiques. Loin du débat sur son appartenance « salafiste » ou non, c’est sous cet aspect que l’ouvrage évoque le « cas » Ousmane Sonko en ces termes : « Certains de ces nouveaux leaders politiques ont, aussi, eu un passé d’engagement dans des mouvements religieux estudiantins comme Ousmane Sonko qui est un ancien membre actif de l’Association des Étudiants et Élèves musulmans du Sénégal (AEEMS) active sur les campus universitaires de Dakar et de Saint-Louis »

Mais, comme s’interroge le chercheur et actuel directeur du Timbuktu Institute, « la question serait de savoir si le jeune leader lui-même revendiquerait un « projet islamique » ou ce sont certains milieux « islamistes » dont il est proche qui veulent transférer sur une personnalité nouvelle dans le landerneau politique leurs préoccupations d’une prise en charge d’objectifs « religieux » ? »

Il fait remarquer, dans le même chapitre de l’ouvrage à partir de témoignages que «cette tension crée un certains malaise au sein de ses soutiens avec un tiraillement idéologique entre ceux qui adhèrent à son discours « patriotique » et ceux qui veulent s’y identifier en tant que porteurs d’un projet islamique ».

Mais, malgré une rare prudence et en se limitant à ces interrogations sur un débat qui agite la classe politique et la presse, Bakary Sambe, en analyste du discours politique, s’empresse de réitérer que « rien dans leur discours officiel ne laisse transparaitre une quelconque orientation religieuse si ce n’est les indices de leur accointance avec les porteurs du « projet islamique ». Allant plus loin dans cette analyse, Sambe se penche sur ces nouveaux acteurs tels que Mansour Ndiaye du RIS et Imam Mbaye Niang et Ousmane Sonko dans une moindre mesure : « afin de brouiller cette affiliation, les thèmes défendus dans le discours d’acteurs porteurs d’un « projet islamique » sont des plus généraux et en vogue comme le souhait d’une gouvernance plus éthique ou « l’éviction des politiciens professionnels ».

Pour le chercheur sénégalais « ce procédé s’inscrit toujours dans la stratégie de captation des aspirations et des demandes sociales » tout en révélant, dans certaines parties du livre, les « tiraillements » d’obédience et ce qu’il appelle « un conflit de cultures politiques » qui diviseraient, même, certains membres et cadres de Pastef.

Sonko Salafiste ? La question s’est posée dans cet ouvrage qui a essayé de se libérer du « sensationnel médiatique » mais souligne : « le fait est toujours que, poursuit Bakary Sambe, beaucoup d’acteurs proches des mouvements réformistes non confrériques ont eu à appeler, sur les réseaux sociaux, à voter pour la liste dirigée par Ousmane Sonko qui, à leurs yeux, représente une alternative « crédible » de par ses « qualités morales et religieuses ». L’ouvrage révèle bien des aspects de ce type d’engagement aux itinéraires, parfois, « brouillés ».

Ou alors, Sonko un « style nouveau » et produit éthique plus « potable » ? Sur cet aspect précis, Bakary Sambe écrit que le leader de Pastef : « arrive à créer une synergie plus importante que la faible mobilisation d’un Imam Mbaye Niang dont le discours n’a jamais pu percer au-delà des mouvements islamiques dits réformistes ».

Entre autres questions que l’auteur survole, semblent surgir celle de savoir quelle serait la marge de manœuvre d’Ousmane Sonko pour continuer à fédérer et maintenir dans le giron partisan ses appuis « laïcs patriotiques » et ses « souteneurs islamistes » au moment où le jeune leader « ne s’est pas encore exprimé sur les questions de société sensibles telle que les droits des femmes et la laïcité qui vont, sans faute, le rattraper lors de la prochaine campagne ».

Là demeure l’autre grande question traversant cette partie de l’ouvrage de Bakary Sambe qui confie qu’il s’interroge, entre autres, « sur les capacités du jeune leader à faire durer l’enthousiasme autour de sa personne surtout que de mouvement populaire, Pastef va devoir, désormais, gérer les contradictions d’un vrai parti politique avec son appareil et des enjeux de pouvoir qui naissent avec les ambitions très souvent concurrents ».

19 Commentaires

  1. Mr Samb, vous êtes universitaires et l’UGB une université d’excellence, vient d’essuyer une année blanche à cause des ces bandits du pouvoir. Donc je crois que tu devrais plutôt poser tes questions comment le sénégal a fait pour mériter de tels dirigent incompétant au lieu de descendre aussi bas comme ces « cafards » qui s’atardent dans la diversion des question d’appartenance religieuse ou ethnique que notre constitution interdise.

    • Votre commentaire dénote un malaise. Il suffit de vous suivre un peu pour se rendre compte que vous prôner une dictature intellectuelle. Pour vous, personne ne doit parler de Sonko en remettant en cause sa capacité à être le meilleur président pour le Sénégal. Vous êtes prêts à dire du n’importe quoi pour divertir les gens et éviter le vrai débat. Cette question va se poser par A ou B. Vous ne faites que le repousser et cela risque d’être fatal pour vous. Je dois avouer que certains opposants au « projet » de Sonko abuse en le traitant de salafiste. En revanche, M. Sonko s’est attaqué à la laïcité et à l’interdiction de la peine de mort. Ces sujets méritent un éclairage et le débat sera posé encore. Par quoi va t il remplacer la laïcité ? Quel régime ? Nous sénégalais, nous nous posons des questions et ce n’est pas en se fourvoyant que vous nous empêcherez de le faire. Loin du dénigrement, ces quesrions abordées par M. Sonko lui même doivent être éclairées. L’insulte n’y pourras rien. Enfin, vous accusez M.Sambe de ne pas aborder d’autres sujets comme la mal gouvernance. Là vous faites de la mauvaise foi car vous connaissez la spécialité de l’auteur.

      • @@@@Lui : Vous êtes très cocasse et ridicule la Laïcité serait un régime ???!!! Un régime pour maintenir un Peuple dans la misère et la pauvreté ou quoi ???!!!
        Je vous propose une citation du nouveau Président Brésilien Jair BOLSONARO sur la Laïcité, en Février 2017 bien avant son élection comme Président du Brésil :
        [[Dieu est au-dessus de tous. Cette histoire d’État laïque, c’est n’importe quoi. L’État est chrétien, et la minorité qui est contre cela, qu’elle parte. Les minorités doivent se soumettre à la majorité.”
        Lors d’une rencontre à Campina Grande (Paraíba)]]
        Selon la logique de BOLSONARO, le Sénégal étant composé de Musulmans à plus de 90% l’Etat sénégalais devrait être Musulman, Kou Contaanoul Tokhou !!!

        • C’est triste de voir un noir sénégalais prendre exemple de Bolsorano un pur raciste. Dans quel pays les minorités doivent elles se soumettre a une majorité. La premiere règle de la démocratie c’est le respect des droits de la minorité. Je suis un grand fan de Sonko, mais je constate tristement que ses militants et sympathisants sont très allergique a la contradiction. Pas plus tard qu’hier a New York lors de la rencontre avec Sonko ils ont voulu empêcher a quelqu’un de parler parce qu’il avait un discours de questionnement sur Sonko et les politiciens. Sonko est un opposant qui conteste les decisions du regime en place. Alors si le regime en place faisait la meme chose que les sympathisants de sonko, on se rapprocherait de la dictature. Vous êtes certes très passionne -par sonko et son discours mais ayez le sens de la mesure et de dépassement. Sonko n’est meme pas encore candidat a la présidence que vous commencez a intimider les gens. Arrêtez vite car cela ne sert pas Sonko.

          • @@@Paco : La personne de BOLSONARO ne m’intéresse absolument pas. C’est sa pensée qu’il a émise sur la Laïcité qu’il a faite, à un moment où il n’était pas candidat, qui fait que je cite BOLSONARO. Et les Brésiliens l’ont élu !!!
            Par ailleurs Paco, la Démocratie est définie comme étant la Dictature de la majorité sur la minorité !!! Partout dans le monde c’est la majorité qui impose ses vues à la minorité qui subit dans le respect du Droit qui est le même pour tous !!!
            Paco Diappal tchi lii goum, pour le reste de vos amalgames et aberrations je reviendrai peut-être après car le temps me manque…

          • @@@@Paco : Vous êtes fort en désinformations et en contre-vérités, c’est que vous êtes partisan mais malheureusement du mauvais côté celui des ennemis du Peuple sénégalais…
            Je n’ai parlé de BOLSONARO qu’à cause de sa pensée sur la Laïcité, pensée qu’il a exprimée publiquement en tant que candidat avant son élection. Sinon il ne m’intéresse pas, il n’y a que le Sénégal qui m’intéresse. A la limite le Président Ousmane SONKO ne m’intéresse que parce qu’il est le meilleur parmi tous ceux qui veulent diriger le Sénégal…
            Par ailleurs, la Démocratie est par définition la Dictature de la majorité sur la minorité qui s’efface pour laisser la majorité gouverner dans le respect des Lois qui régissent tout citoyen !!!Dans tous les pays démocratiques les minorités se soumettent aux majorité au Pouvoir, c’est élémentaire…
            A l’heure actuelle ce que nous demandons seulement le respect de la Loi au Président Politicard Macky SALL qui doit comprendre que le Sénégal n’est pas sa propriété…

        • Il n’y a pas plus bête que vous. Le pire est que vous ignorez que vous êtes nuls et faites semblant de connaître. En quoi l’idéologie d’un président brésilien devrait-elle être forcément valable au Sénégal ? Pfff

          • @@@@Lui: J’ai cité BOLSONARO-Candidat à la Présidence juste pour montrer comment vous êtes intolérants, bornés, acculturés et dépassez toutes les bornes !!!
            Où et quand le Président SONKO s’est-il attaqué à la Laïcité ??? Il est certes vrai et prouvé que le Brésil bat de loin le Sénégal en matière de Démocratie, de respect du Droit et d’Egalité de tous (y compris le Président de la République) devant le Droit : un Président de la République en exercice y a été destitué pour faute grave !!! et un Candidat à la Présidence y à déclarer, sans être inquiété, que : « Cette histoire d’Etat laïque, c’est n’importe quoi. L’Etat est chrétien… »…
            Imaginons une seule seconde que Ousmane SONKO dise une telle chose khana boon nguène lékk ko !!!
            Dites nous donc ce qu’est la Laïcité, pourquoi et comment cette Laïcité serait si vitale !!!
            Acculturation = grave maladie :doff, niakk fouleu, niak fayda,niakk khorom Watchi sa And Dèmm Di Kharaan : mootakhit deukk ba nguii démoul dikkoull

          • @@@@Lui: J’ai cité BOLSONARO-Candidat à la Présidence juste pour montrer comment vous êtes intolérants, bornés, acculturés et dépassez toutes les bornes !!!
            Où et quand le Président SONKO s’est-il attaqué à la Laïcité ??? Il est certes vrai et prouvé que le Brésil bat de loin le Sénégal en matière de Démocratie, de respect du Droit et d’Egalité de tous (y compris le Président de la République) devant le Droit : un Président de la République en exercice y a été destitué pour faute grave !!! et un Candidat à la Présidence y à déclarer, sans être inquiété, que : « Cette histoire d’Etat laïque, c’est n’importe quoi. L’Etat est chrétien… »…
            Imaginons une seule seconde que Ousmane SONKO dise une telle chose khana boon nguène lékk ko !!!
            Dites nous donc ce qu’est la Laïcité, pourquoi et comment cette Laïcité serait si vitale !!!
            Acculturation = grave maladie :doff, niakk fouleu, niak fayda,niakk khorom Watchi sa And Dèmm Di Kharaan : mootakhit deukk ba nguii démoul dikkoull

  2. Il y a lieu de se réjouir de l’action hautement patriotique du Président des Coeurs Ousmane SONKO et de PASTEF-LES PATRIOTES qui ébranle et secoue si fortement le système corrompu, moribond et inique mis en place par les Politicards depuis des lustres au Sénégal.
    Système pourri qui maintient le Sénégal dans la misère et la pauvreté par un mécanisme de détournements éhontés des ressources nationales : les Politicards qui dirigent s’enrichissent outrageusement pendant que les masses laborieuses végètent dans la misère et la pauvreté absolue !!!
    Il y a lieu de se réjouir de ce que les Masses laborieuses sénégalaises qui ont clairement compris l’origine de leurs souffrances ont fait une jonction salvatrice avec l’offre politique sincère du Président Ousmane SONKO qui devient dès lors la cible de toutes les attaques…
    Il y a lieu dès lors de redoubler d’efforts, de travail, de mobilisation et de sérieux jusqu’à la victoire finale qui est loin d’être acquise car un Animal touché à mort devient du coup beaucoup plus dangereux !!!
    Pour en venir à ce Bakary SAMB qui semble ou qui feint n’avoir rien compris, je dirai simplement que PASTEF-LES PATRIOTES est un et indivisible tout comme l’est ou devrait l’être le Sénégal…
    Le Président Ousmane SONKO l’a dit pourtant plusieurs fois : son action est exclusivement, entièrement dirigée pour le Sénégal !!!
    Et c’est pourquoi il est aimé, supporté, adulé par les Masses laborieuses du Peuple sénégalais qui en a assez des Politicards et qui veut arrêter de végéter dans la misère et la pauvreté…

  3. Bonjour,
    Il de doit d’être cohérent.
    On ne peut pas fustiger tous les anciens systèmes qui se sont succédé, fusiller les présidents qui ont soutenu ces systèmes et s’entêter à chercher coûte que coûte une alliance avec les Wade.

    Comble de ridicule, il n’y a que SONKO qui parle de Wade. Ce dernier ne parle jamais de lui.
    On ne le dira jamais assez, il faut qu’il apprenne à maitriser sa fougue et ses déclarations inutiles.

    Lui qui dit ne pas croire à la réalité du pouvoir se voit rattrapé par les réalités de la politique en moins de 3 mois.
    Trouvez lui un staff avec des hommes d’âge mûr, qui lui donnent des conseils sérieux au-lieu de chanter ses louanges sans réfléchir.
    Il semble engagé à bien faire mais don entourage ne lui rend pas service. Il n’est ni Dieu, ni prophète, ni pôle (Qoutbou Zamane). Aidez le à grandir et surtout à calmer ses ardeurs de débutant.

    Concernant la laïcité, on doit s’en contenter pour l’instant, le temps de bâtir notre économie, asseoir un projet de social et lutter contre l’imperialisme occidental…

    Amicalement.

  4. Bonjour,
    Il de doit d’être cohérent.
    On ne peut pas fustiger tous les anciens systèmes qui se sont succédé, fusiller les presidents qui ont soutenu ces systèmes et s’entêter à chercher coûte que coûte une alliance avec les Wade.

    Comble de ridicule, il n’y a que SONKO qui parle de Wade. Ce dernier ne parle jamais de lui.
    On ne le dira jamais assez, il faut qu’il apprenne à maitriser sa fougue et ses déclarations inutiles.

    Lui qui dit ne pas croire à la réalité du pouvoir se voit rattrapé par les réalités de la politique en moins de 3 mois.
    Trouvez lui un staff avec des hommes d’âge mûr, qui lui donnent des conseils sérieux au-lieu de chanter ses louanges sans réfléchir.
    Il semble engagé à bien faire mais don entourage ne lui rend pas service. Il n’est ni Dieu, ni prophète, ni pôle (Qoutbou Zamane). Aidez le à grandir et surtout à calmer ses ardeurs de débutant.

    Concernant la laïcité, on doit s’en contenter pour l’instant, le temps de bâtir notre économie, asseoir un projet de social et lutter contre l’imperialisme occidental…

    Dernière chose, je pense que le fait de ramener tout le temps l’aspect religieux avec SONKO n’a pas de sens. Je préfère les analyses sur les projets économiques et autres. Côté religieux, qu’il soit salafiste ou pas ne va rien changer à la situation religieuse du Sénégal où tout est sens dessus dessous.

    Amicalement

  5. Nous on sens fou, on veut un changement le Sénégal n’a plus besoin de se système. Composé de vieux corrompus, qui sont la depuis des siècles, on se dit musulmans et on fait pur, les bars, les hôtels qui les remplissent. Donc le débat n’est pas là,

  6. Merci M. Bacary Samb. Éclairant, alarmant et prospectif. Il y a de sérieux doutes sur la personne Sonko. Un tour dans les marchés du pays et les maisons suffit pour voir l’interrogation des Sénégalais. L’individu sait cacher astucieusement son jeu. C’est seulement après la sortie de Cheikh Yérim Seck et de Ahmed Khalifa Niasse que Sonko est allé précipitamment s’afficher dans toutes les familles religieuses du pays. Pour masquer quoi ? Il va a Doha avec quel agenda ? Il reçoit une distinction aux USA dans quel but ? Le pire est que Sonko lui-même n’a jamais apporté de réponses aux interrogations légitimes des populations…

  7. Lemzo,
    Je ne suis pas avec Sonko mais ce que vous avez dit est faux. SONKO on l’à vu plusieurs fois chez les marabouts à Darou Moukhty. Peut être li n’était pas aussi célèbre ou d’ou moins il n’avait pas des ambitions présidentielles.
    Wa salam

  8. Bakary samb est un universitaire, un chercheur dont l’objet de reflexion est la science. Or la science c’est le réel dans les faits et phénomènes. Bakary a retracé son itinéraire militant dans les associations islamiques telle que l’AEEMS. Ceux qui ont étudié avec Sonko dans les années 90 savent que Bakary Samb n’a rien inventé, que c’est vrai.

    • Qu’est ce qui est vrai ? Dans ce texte il n’analyse pas le parcours de Sonko. Il dit juste qu’il était membre d’une association. Quelles étaient ses idées sur telle ou telle autre question, quelles étaient ses actions sur telle ou telle autre objet, c’est ça retracer un parcours. ?Ses opinions sur la laïcité ne sont d’ailleurs pas connues pas l’auteur. Donc on se trouve face à des généralités et des suppositions, rien de plus. D’ailleurs Sambre ne fait que retracer, il ne dit pas que c’est un salafiste ou pas. Mais ce qui est clair c’est je Pastef n’est pas un parti religieux et ne s’est jamais revendiqué comme tel. Il reste un parti patriotique et Sonko la seule alternative pour faire progresser le Sénégal. Quand au second commentateur, il faut savoir qu’autant les gens ont le droit de critiquer Sonko autant Sonko (ou les militants ou sympathisants de Pastef ou de Sonko)a le droit de les critiquer, professeur ou pas, c’est ça la démocratie. Sambe peut en user, et pas les autres. Chacun donne son avis, et chacun a le droit de donner son avis sur l’avis de l’autre. Wa salam

  9. Depuis quand s afficher avec des religieux est devenu un probleme au Senegal?Sonko et PASTEF ont atteind ce systeme pourri qui nous gouverne depuis l independance a nos jours et comble de malhonnetete,nos intellectuels toujours mus par la soupe leur cherchent des poux la ou de toute evidence il n y en a pas.je comprends l exasperation des militants et sympatisants de ce mouvement patriotique qui a identifie ce dont souffre le pays et partant offre une solution de sortie de l abysse.PASTEF et ses sympathisants ont raison sur toute la ligne de se revolter et de reclamer haut et fort la rupture que reclament depuis des lustres les peuples d Afrique victimes de leur classe politique hyper-corrompue !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here