Henryk Kasperczak a la rancune tenace. En effet, onze ans après son départ de la tête de l’équipe nationale du Sénégal (2006 – 2008), le technicien polonais ne digère toujours pas son passage à la tête de l’équipe nationale sénégalaise. Il a fait une sortie dans la presse pour révéler les pratiques mystiques dans la tanière des lions « Les charmants ou sorciers par exemple s’occupent de l’aspect rituel et ils jouent un rôle important dans leur sélection nationale. Une de leurs habitudes est par exemple de brûler des poulets vivants. Les chamans prennent la cendre qui en résulte pour en faire de la pommade qu’ils donnent aux joueurs qui l’enduisent sur leurs genoux et sur leurs chevilles. »

Footempo

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here