Le camarade Guy Marius Sagna passera la nuit à la section de recherche et il sera déféré demain matin. Il lui est reproché ses deux publications d’hier dans lesquelles il relevait, encore une fois, le bilan catastrophique de nos hommes politiques ou hommes d’Etat dans le domaine de la santé publique! Un bilan tellement catastrophique qu’ils privent (Nous ne parlons même pas du peuple) mais à leurs familles, leurs partisans des infrastructures de santé dignes de ce nom dans leur propre pays.
Tout comme Guy Marius Sagna nous refusons ce marketing politicien qui, comme s’ils se sont passé le mot, sont systématiquement dans l’embellissement post-mortem qui nous rappelle bizarrement les pleureuses de morts dans les pays de l’Afrique Centrale. Aujourd’hui c’est le peuple qui devait pleurer et non quelques politiciens qui espèrent eux aussi, à leur tour, que leurs ‘‘collègues’’ du même « jeu politique » leur applique le même principe de soutien mutuel.
En lieu et place de ce principe de soutien mutuel qu’on veut également imposer à tout le monde, les gens doivent se demander pourquoi on se rappelle plus de Cheikh Anta Diop qui n’a pas été homme d’Etat que l’ensemble des hommes politiques réunis de ce pays ? L’hommage d’un peuple ça ne se force pas, elle s’acquiert après de longues années de travail et de dévouement à son service exclusif. On ne peut pas récolter dans le cœur d’un peuple ce qu’on n’a pas semé. Ne forçons pas les choses ! Un homme politique a fait un choix de vie difficile : servir son peuple. S’il obtient des responsabilités à ce titre avec les privilèges qui vont avec, parfois à vie, chaque citoyen a le droit d’apprécier son ŒUVRE POLITIQUE ce qui n’a rien à voir avec la foi ou la religion. D’ailleurs, il y a une grande contradiction intellectuelle dans le fait d’écarter Dieu de la gestion publique (République laïque) et d’invoquer subitement la religion quant il s’agit d’apprécier post-mortem l’œuvre politique d’un Homme politique.
Ce que le camarade Guy Marius a dit n’a rien de personnel. Il n’a fait qu’ exposer la réalité quotidienne de nos hôpitaux sous équipés et la propension systématique de nos hommes politiques à aller se soigner à l’étranger . Les mêmes propos de Guy tenus sur un citoyen sénégalais ordinaire mort à l’hôpital de Thiaroye sans prise en charge et dans des conditions atroces n’aurait choqué personne. L’idée qu’il y a deux Sénégal (ceux des hommes d’Etat et ceux des « électeurs » est dépassée) ; c’est une réalité vivante. Au fond, beaucoup d’hommes politiques /d’Etat, à commencer par le président actuel, ne nous considèrent pas comme des citoyens comme les hommes d’Etat/hommes politiques, mais des électeurs, juste de potentiels parrains, des bulletins de vote en devenir.
Certains zélés vont jusqu’à reprocher à notre Camarade de vouloir, Nous citons : « organiser le monde à la place de Dieu ». A ceux-là nous répondons que Dieu a crée le soleil, la terre avec ses richesses et commodités naturelles, l’air, l’eau, le vent, la mer et les autres ressources naturelles. Dieu ne viendra pas nous dire comment bien négocier nos contrats pétroliers, quand construire un hôpital, de même Il ne viendra pas creuser le puits dont à besoin le village de khaira ou Gueumbeul. Pour ça, les hommes sont là, mieux des hommes d’Etat.

Par conséquent, nous soutenons sans réserve notre camarade de combat Guy Marius Sagna injustement arrêté pour délit d’opinion sur l’état catastrophique de la santé publique au Sénégal depuis 1960. Nous demandons tout ce qui partage la même opinion que lui de la partager et de le soutenir dans ce combat.
Fait à Dakar, le 16 Juillet 2019.

Le comité de coordination nationale.

PID

7 Commentaires

  1. Tanor ne mérite rien. C’est clair. Vous avez péché en crachant sur un mort. Aucune religion révélée ne l’autorise. Donc, allez voir ailleurs. Enfin, vous n’avez aucune existence légale.

  2. La vérité rien que la vérité. Plus la population augmente moins il y a de service public. Ils ont abandonné la planification depuis longtemps car comme disait l’autre nos hommes politiques pensent plus a la prochaine élection qu’à la prochaine génération du coup ils ne sont pas des hommes d’État.

    • Cette problématique de la surpopulation au Sénégal est taboue depuis toujours ! On devrait en parler librement, même si pour certains, nous devrions augmenter la population de la famille de Muhammad ! Le président A. Bourguiba a lutté toute sa vie pour enlever cette idée idiote de la tête des Tunisiens, et il a réussi! Les Tunisiens ne font plus comme les lapins, ils se limitent au maximum à trois enfants par femme depuis des décennies, et le résultat est que tout est à peu près maitrisé dans leurs politiques sociales. J’ai entendu des Sénégalais qui ne gagnent même pas 80.000 FCFA/mois se vanter d’avoir deux épouses et 9 enfants dès leurs 50 ans d’âge ! Si on continue ainsi, dans 25 ans le Sénégal comptera 30 millions d’âmes, dont 70% vivront entre N’gor et Diamniadio, et les revenus qui seront tirés du pétrole et du gaz ne serviraient presque qu’à régler un peu les choses.

  3. Dire que le Sénégal tous gouvernements confondus n’ont, depuis l’indépendance, été capables de construire des hôpitaux, ni former des médecins généralistes et des spécialistes suffisamment pour permettre aux autorités et aux Sénégalais en général d’être bien soignés chez eux, ne devrait pas amener un honnête citoyen en prison ! Monsieur Guy Sagna doit sortir immédiatement et sans conditions de cette situation. Déjà, les radios Communistes de France en parle en boucle depuis deux jours, et cela n’est pas bon pour l’image de notre pays. Les militants de France dégage qui s’exprime sur les ondes des radios Françaises depuis hier devraient penser aux intérêts de notre cher pays, le Sénégal, c’est à cause d’eux que cette affaire est dans les médias Français.

Répondre à Gorguidiop Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here