Le Forum du justiciable ne fait pas partie des partis de l’opposition et des organisations de la société civile qui critiquent le président de la République qui a pris sa décision de supprimer le poste du Premier ministre dans l’architecture gouvernementale de l’Etat.

Le président de cette organisation de la société civile, Babacar Ba et ses camarades donnent même carte blanche à Macky Sall qui vient d’être réélu et qui pense que sa nouvelle feuille de route «résumé au slogan Fast-track» passe par la suppression du chef du gouvernement afin d’avoir un contact direct avec les acteurs. «Suite à la saisine de l’Assemblée nationale pour statuer sur le projet de loi N°07/2019 portant révision de la constitution devant aboutir à la suppression du poste de Premier ministre au Sénégal, nous avons constaté que des voix se sont levées pour condamner l’approbation du projet de révision de la constitution par voie parlementaire. Le Forum du justiciable précise que toute constitution édicte la procédure de sa révision», indiquent- ils, dans une déclaration rendue publique. Et de poursuivre : «En conséquence, le Forum du Justiciable précise, qu’à l’état actuel de notre charte fondamentale, on ne peut pas reprocher au président de la République d’avoir pris l’initiative de réviser la constitution ni d’avoir choisi la voie parlementaire pour son approbation ». A les en croire, la Constitution sénégalaise définit la procédure de révision à travers l’article 103 qui dispose que «l’initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au président de la République et aux députés. Le Premier ministre peut proposer au président de la République une révision de la constitution. Le projet ou la proposition de révision de la constitution est adopté par l’Assemblée nationale selon la procédure prévue à l’article 71 de la présente constitution ». Les responsables du Forum du justiciable affirment que la «révision est définitive après avoir été approuvée par référendum.

Toutefois, le projet ou la proposition n’est pas présenté au référendum lorsque le président de la République décide de le soumettre à l’Assemblée nationale… »

dakar matin

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here