‘’Sur quel pied danse Dame justice’’, s’interroge à propos La Tribune, faisant état de ‘’cafouillages dans le traitement de certains dossiers’’ relatifs à la traque des biens mal acquis visant notamment certains responsables du précédent régime.

‘’La traque des biens mal acquis est relancée. Mais les auditions suivies de libération des dignitaires supposés s’être enrichis commencent à indisposer une bonne frange de la société. Le PDS pour sa part affûte ses armes car décidé à vendre chèrement sa peau’’, résume La Tribune.

Pour enfoncer le clou, Me Félix Sow, un des avocats commis par l’Etat du Sénégal, évoque pour Le Populaire les effets de la plainte de l’Etat en France, pour le compte de cette traque des biens mal acquis. ‘’Les contrevenants sont très inquiets…’’, avance l’avocat en signalant notamment que les mis en cause sont notamment empêchés ‘’de bouger dans l’espace Schengen’’.

Le Pays au quotidien jure pour sa part que l’instruction de cette affaire ‘’peut aller jusqu’en 2017’’, en soulignant, pour le déplorer : ‘’Justiciables à Paris, Karim Wade et Cie interdits de s’y rendre’’.

‘’Comme nous l’avons écrit, il y a quelques jours, c’est une question de bon sens patriotique, de justice indépendante et surtout de souveraineté nationale : pourquoi ne pas les juger à Dakar ?’’, écrit le journal.

Pas de commentaire

Réagissez à cet article