Le dimanche 11 août dernier, à 8h et sous un climat doux, la communauté sénégalaise vivant au Canada a célébré la Tabaski. La prière a eu lieu à la grande mosquée et au centre d’expositions de Sherbrooke.

Malgré les différences dans le port vestimentaire, le public multiculturel venu célébrer la Tabaski à Sherbrooke atteste de la panoplie des pratiques, des cultures religieuses, mais surtout de l’unicité d’un Dieu qui reste leur dénominateur commun. Des fidèles venus prier la fête de la Tabaski en chemise, pantalons jeans, en casquette, en costume et cravate, en caftan, en jogging ou en grand boubou, les vêtements retiennent l’attention du visiteur qui prie pour la première fois dans cette partie du Canada.
Plusieurs compatriotes sénégalais sont venus avec leurs familles prier au Centre d’expositions. Sherbrooke a réuni le plus grand nombre de fidèles dans une grande salle aménagée pour accueillir des centaines de personnes. Tôt le matin, les fidèles s’étaient donné rendez-vous à la grande mosquée de Sherbrooke et au Centre d’expositions de cette localité. L’imam a rappelé l’importance de la solidarité dans ce moment de communion et de fête musulmane qui commémore la soumission, le respect de la parole donnée et la dévotion d’Abraham et de Ismaël son fils vis-à-vis de Dieu. « La prière s’est bien passée. Nous avons une bonne communauté sénégalaise à Sherbrooke qui est très soudée comme l’atteste le monde musulman se trouvant dans la salle qui contient les fidèles issus de deux à trois mosquées de la ville et réunis ici pour prier ensemble dans la paix et la concorde. Nous demandons pardon et prions que le Seigneur nous accorde sa Miséricorde », a dit Cheikh Oumar Dieng, résident canadien d’origine sénégalaise.

Selon cette dame, sous le couvert de l’anonymat, « c’est une bonne chose que je vienne ici. C’est la première fois que je célèbre la Tabaski à Sherbrooke, mais j’apprécie l’harmonie, la rencontre unitaire et l’unité fédératrice autour d’Allah le créateur de l’univers, et qui prouvent à suffisance que les composantes islamiques et la communauté sénégalaise s’ancrent sur leurs valeurs religieuses. J’ai vu des Arabes, des Québécois, des Noirs, tous venus prier ensemble. Tout cela démontre la volonté de se soumettre en Dieu l’omnipotent.»

Mamadou Aicha NDIAYE

le soleil

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here