2STV

0

Les travailleurs de la 2stv voient rouge. A l’occasion de la fête de Tabaski, ils n’ont pas reçu d’avance. Pis, ils n’ont pas touché leurs salaires. Ce qui n’a jamais eu lieu depuis la création de cette télévision, la doyenne des chaînes de télévision privée.

Pourtant, le patron de la chaîne annonce une nouvelle grille et des changements importants. N’est ce pas mettre la charrue avant les boeufs ?

3

– Une émission mensuelle dénommée « Un mois, un toit » sera bientôt diffusée sur la chaîne de télévision privée 2STV en coproduction avec l’agence de communication, ITC (Initiative Télé Conscience), indique un communiqué transmis à l’APS.

‘’Cette téléréalité s’inscrit dans une dynamique de bienfaisance à l’endroit des couches les plus défavorisées de notre société. Elle consiste ainsi, à reconstruire ou à rénover, à chaque émission un toit pour une famille dans le besoin’’, explique la même source.

A travers cette émission, les coproducteurs visent à ‘’atteindre une nouvelle conscience de solidarité entre les individus à travers des actions concrètes hautement humanitaires’’, lit-on également dans le même document.

Cette initiative, souligne le texte, ‘’constitue, entre autres, pour les accompagnateurs, une plateforme pour mieux mettre en exergue leur politique de responsabilité sociétale’’.

0

Chronologie d’un désastre manqué

Une causerie qui finit en dialogue des sourds ou, pire, le déchaînement des gros bras ! Des nervis troquent le micro contre le gourdin, pour venger l’offense faite à leur Cheikh. Un branle-bas sur les deux médiats qui s’attachent ses services. En cette soirée du mercredi, Oustaz Mohamed Taïb Socé est passé si près du désastre…

Lorsque les ombres ont fini d’envelopper les êtres et les choses de leur robe vespérale, la voix de stentor du prédicateur déchire le soir, ce mercredi. Le ton badin de l’animateur « Koloss » est subitement submergé par la réaction, en direct, de Taïb Socé. Ça ne rigole pas ! Sur la Zik FM, le solo du collaborateur de la 2STV et de la RFM n’a rien d’un doigté apaisant. C’est une alerte à l’émeute qu’il lance, avec la verve que lui connaissent déjà les angoissés dans cette marche quotidienne où chaque pas rapproche de l’au-delà. « J’attire l’attention de tous les Sénégalais. Que Serigne Moustapha Diakhaté me laisse tranquille ! »

Le propos est sec, le ton haut. L’animateur n’a pas besoin de placer une question pour un entretien à sens unique. Un monologue alimenté par le dépit. Les mots tombent. La peur grossit. C’est sérieux. « Ce jour, il a animé une émission sur Lamp Fall FM pour appeler à l’émeute. Il m’a prêté des propos hostiles à Serigne Touba. Il a même annoncé, à l’antenne, qu’il était entrain de préparer des nervis à me faire la fête… », crie-t-il presque. Lynchage promis. Le prédicateur révèle avoir repoussé cette attaque, à son domicile. « Les nervis sont venus chez moi, pour s’acquitter de leur mission. Des jeunes les ont contenus », explique-t-il.

La colère et le choix du martyr

Le chef d’inculpation de cette justice expéditive : Taïb Socé a minimisé le rôle joué par Khadimou Rassoul dans la résistance par la propagation de l’Islam au Sénégal ; un autre Cheikh, lui aussi, aurait dû être déporté pour avoir construit des lieux de culte avant Bamba. Haro sur l’entreprise de dépréciation ! Taïb Socé est formel : il n’est hostile ni au message du Cheikh ni à la confrérie mouride. Il se pose une question, cependant : « qu’ai-je fait à Moustapha Diakhaté pour qu’il dénature systématiquement mes propos depuis plusieurs années ? » Puis, le danger gronde. Sa poitrine vibre. Il promet la riposte. « Je ne me laisserai pas faire. Je prends tous les Sénégalais à témoin. Ma foi, dignité d’homme et la Constitution de mon pays me donnent le droit  de me défendre. Ce serait un bonheur de mourir en martyr, dans la célébration du Seigneur ! »

Plus tard, des talibés mourides sont venus, spontanément, se masser devant les locaux de la Radio Futurs Médias, à la Médina. Ils récitent des poèmes de Cheikh Ahmadou Bamba. Le Directeur de la radio rapplique. L’édition du soir du Journal parlé est interrompue. Mamoudou Ibra Kane appelle les talibés au calme. Quelques minutes plus tôt, il s’est entretenu avec les responsables de la 2STV afin qu’une solution soit trouvée. Les propos incriminés ont été tenus sur cette chaîne. M. Kane fait un témoignage élogieux sur son collaborateur, un Musulman exemplaire et un talibé mouride dévoué. Enfin, il invite les chefs religieux à parler à leur talibés. El Hadj Assane Guèye prend le relais pour délivrer le message du pardon et de la retenue. Il s’adresse directement aux Mbacké-Mbacké. Serigne Saliou Mbacké, ami de Youssou Ndour, réagit en direct, dans le sens de l’apaisement et sans juger utile de revenir sur le contenu de  l’émission de la discorde.

Dieu, le Prophète… et les « voyous »

Sur la 2STV, Maodo Faye joue les sapeurs pompiers. Pendant de longues minutes, il revient sur cette affaire qui aurait pu dégénérer. Vers la fin, Oustaz Taïb Socé le rejoint sur le plateau. Il réitère son attachement à la confrérie mouride. Il est minuit. Une folle soirée vient de se terminer pour Oustaz Taïb.

Ce jeudi, le prédicateur est réapparu à la télé. Cette fois, sur l’écran de la Walf TV. La même verve. « J’ai mal de devoir faire face à un problème dans mon métier de prédicateur et de me rendre compte que cette difficulté survienne alors que je parlais de Serigne Touba », dit-il. « Khadimou Rassoul est une fierté pour moi. Il est un combattant de l’Islam», estime celui qui rappelle être au contact des écrits du Cheikh depuis le bas-âge et qui a reçu la bénédiction de Serigne Mourtada Mbacké pour leur diffusion et des exégèses sur ces poèmes. Taïb Socé, habitant le Saloum, dans la proximité de Porokhane, village de Sokhna Diarra, mère du fondateur du Mouridisme, brandit son appartenance à cette famille. Il fait la part des choses. « Je n’ai pas de contentieux avec les Mbacké-Mbacké.  Ils sont nombreux, par téléphone, à me témoigner leur solidarité. Ceux qui sont venus chez moi sont des voyous qui veulent me mettre en mal avec les descendants de Khadimou Rassoul », dit-il.

Il affirme rester debout, droit dans ses bottes d’apôtre du Verbe. « M’adosser à Dieu et célébrer son Prophète me suffisent », tranche-t-il. Est-il prêt à faire amende honorable ? « Demander pardon ? s’emporte-t-il. Il appartient à celui qui a tort de le faire. C’est un règlement de comptes entre Serigne Moustapha Diakhaté et moi. Je le jure (bilahi, walahi, wa talahi !), je règlerai cette affaire avec lui ! »

0

La fatwa lancée contre Taïb Socé, sur la 2 STV et la Rfm, est révélatrice du fanatisme ambiant. Les paroles prêtées à Taïb Socé, ont-elles été vraiment été les siennes ? Sont-elles le fruit d’une mauvaise interprétation ?

En tout cas le prêcheur incrimine Moustapha Diakhaté de la radio mouride « Lamp Fall » par qui, selon lui, tout est arrivé. Ce dernier lui cherche des poux, si on en croit ses déclarations. Des propos qui, selon toujours M. Socé, sont sortis de leur contexte, avec pour seul objectif, de l’accabler. Ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué de s’excuser même si, estime t-il, les propos prêtés à lui, ne sont pas les siens.

Mais au-delà de toute cette polémique quant à au fait de savoir si Taïb Socé est coupable de dénigrement ou non, se pose la question de savoir si l’on a droit de lancer des Fatwas contre un individu en terre sénégalaise. Une attitude illégale, puisqu’on ne demande ni plus, ni moins à des talibés, de s’en prendre à Taïb Socé. Que signifie « répondre au coup par coup », « aucun mouride ne doit rester passif… » ? Il semble qu’il faille de la mesure en toute chose, et lorsqu’on s’adresse à des individus animés pour certains par l’instinct grégaire, puisque n’ayant pas vérifié la teneur des propos ainsi que leur véracité, la responsabilité implique que l’on n’entraine pas un groupe d’individus dans un mouvement de masse de cette envergure là.

Taïb Socé, est certes « dur » selon certains dans ses prêches, mais l’on peut aussi se demander s’il est aussi fou pour avancer de tels propos, connaissant les Mourides et leur attachement inébranlable à leur confrérie et guide ? Il ne prendrait certainement pas ce risque. On ne va quand même pas l’accuser de conspiration contre le Mouridisme. En a-t-il la capacité ? Assurément non. A t-il le pouvoir d’effacer la vérité ? Certainement pas.

Il semble que cette confrérie est si solidement ancrée sur cette terre sénégalaise et rayonne jusqu’à l’étranger dans des zones insoupçonnées pour que de simples paroles l’ébranlent, si tant est que ses paroles ou l’interprétation qui en est faite, correspondent aux propos du prêcheur. D’où vient-elle alors cette idée de s’en prendre à un individu sans au préalable faire preuve de retenue, de discernement ?

Mais au fond, si l’on y réfléchit bien, il n y a pas de contradiction entre l’œuvre de tous ces grands et saints hommes. Tous n’avaient qu’un seul objectif, servir Dieu et participer au rayonnement de l’Islam, et ils y sont tous ensemble arrivés. Ceux-là n’étaient pas dans une logique de concurrence, ils le faisaient tous au nom de l’islam. Que les Talibés veuillent tirer la couverture à eux pour mettre en avant leur confrérie, c’est une attitude qui peut certainement se comprendre et pour laquelle, la liberté peut être laissée à chacun d’entre eux.

Ce que l’on peut au fond retenir, c’est que Bamba a réalisé son œuvre sur terre et n’a demandé ni plus, ni moins, aux talibés de suivre son exemple. La bonne question à se poser, est de savoir ce que toutes ces personnes, mourides ou non font pour suivre au quotidien les prescriptions de ce saint homme qui n’appartient à aucune confrérie, ni à aucune religion. Il appartient à tous, ses principes sont universels. Ces hommes là qui se réclament de lui, essaient-ils de faire le bien, de moins mentir au quotidien, de donner l’aumône, de ne se livrer ni à la corruption, ni au recel, encore moins à la médisance voire la violence … Ce sont là les bonnes questions à se poser.

Sachant que le seul but dans la vie de Ahmadou Bamba était de se conformer scrupuleusement dans ses actes aux prescriptions divines, d’où son nom de Mouridoulahi, il ne serait pas venu dire aux manifestants d’hier, qui le faisaient aux cris de « Serigne Touba n’a pas d’égal !!! », que seul Dieu n’a pas d’égal, et que lui, parmi d’autres n’avait fait à l’égard de Dieu, que son devoir. Pour le plus grand rayonnement de l’Islam au Sénégal.

1


Fatwa de Safinatoul Amane : la maison d’Iba Der Thiam sécurisée
Ils sont six éléments du groupement mobile d’intervention (GMI) devant la maison du député ce matin de jeudi. D’habitude ce sont les chauffeurs, quelques gardiens de la famille des calots bleus, et des éléments de la cour politique du coordonnateur de la Cap 21 qui occupent les lieux. Ils ne manquent pas même parfois de prendre le thé. Aujourd’hui tout ce monde a laissé la place aux forces de l’ordre il en est de même des véhicules.
Comme Taïb Socé, les responsables de Safinatoul Amane, la police de Touba, exigent des excuses publiques de la part du Professeur Iba Der Thiam et d’El hadji Ndiaye le boss de la 2Stv. Oustaz Taïb Socé qu’on accuse d’avoir tenu des propos irrévérencieux à l’encontre de Seringe Touba a présenté ses excuses hier soir sur le plateau de la 2Stv, il était avec le député et historien sur cette même émission qui narrait l’histoire de l’Islam au Sénégal avec des interviews croisées.

    24

    Le domicile de l’animateur et prêcheur sur la chaîne privée, 2Stv et la radio privée Rfm, Taïb Socé, a été saccagé ce mercredi après-midi par des fidèles mourides. Ceux-ci ont accusé l’animateur de manquer de respect vis-à-vis du guide du mouridisme, Serigne Cheikh Ahmadou Bamba.

    Selon la Rfm qui a donné l’information, cet acte de violence résulte des propos que leur collaborateur a tenus sur le plateau de la 2Stv.

    Ces propos concernant le guide du mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba, n’ont pas été du goût de certains fidèles qui se sont rendus au domicile de Taïb Socé qu’ils ont saccagé.

    Sur les auteurs d’un tel acte, le prêcheur n’y va pas par quatre chemins pour pointer du doigt un certain Serigne Moustapha Diakhaté.

     » C’est Serigne Moustapha Diakhaté. Il m’a plusieurs fois menacé à l’antenne et sur le plateau. C’est lui qui a déformé mes propos mais je n’ai aucun problème avec la famille de Serigne Touba à laquelle je reste attachée », a accusé Taïb Socé au micro de la Rfm.

    Moins radicaux, d’autres fidèles se sont tout simplement rendus au siège de la Rfm pour scander des « khaïssides » sous l’immeuble abritant la radio.

    A noter qu’il est reproché à l’animateur d’avoir tenu en substance ces propos : « si les colons étaient bien informés, ils n’allaient pas amener Cheikh Ahmadou Bamba en laissant ici El Hadji Malick Sy. Ce dernier était très actif et propageait l’islam à un rythme soutenu à travers la construction de plusieurs mosquées dans le pays… ».

    D’ailleurs, cette affaire a poussé la communauté mouride à organiser une conférence de presse à la maison de Serigne Touba sise à Colobane.

    Fustigeant le contenu du débat de mardi dernier sur la 2stv entre Oustaz Taib Socé et son invité, Iba Der Thiam, les animateurs de la conférence promettent désormais de répondre coup pour coup contre toute attaque visant à manquer de respect aux mourides.

    Nettali.net
    Source: RFM

    9

    Réagissant à la sortie de Taib Socé, Serigne Moustapha Diakhaté estime qu’il n’a pas de problème personnel avec ce dernier et que, si c’était le cas, tous les gens qui sont sortis manifester leur colère après sa déclaration n’allaient pas le faire. « Il a un problème avec la communauté mouride, pas avec moi. Il veut par contre déplacer le débat sur ma personne, mais ça ne marchera pas », a-t-il ajouté. « Que Taib Socé sache que nous ne boxons pas dans la même catégorie et que j’ai d’autres chats à fouetter », poursuit celui qui se considère comme le défenseur infaillible de la cause mouride.

    MoustaphaDiakhate

    Pour Serigne Moustapha Diakhaté, Taib Socé est un « récidiviste » car il s’était illustré en 2003 avec des déclarations malsaines. « On le lui a fait savoir et il avait changé de discours ». Pour cette fois, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est, selon Serigne Moustapha Diakhaté, le fait que l’animateur religieux s’attaque aux écrits de Serigne Sohaibou Mbacké concernant surtout les prières surérogatoires pendant le mois de ramadan. « J’ai pris le soin de l’appeler et de lui demander d’arrêter ses déclarations, mais il s’est entêté », ajoute le directeur de « La voix de Touba ».

    A en croire toujours ce dernier, la sortie de Taib Socé dans l’émission « Demb » de 2STV sonne comme un acharnement. Et de marteler qu’il est hors de question pour lui de rester les bras croisés face à ce qu’il prend pour un « énième dérapage ». « Rester insensible aux propos d’un homme qui estime que les écrits Serigne Sohaibou sont sans fondement, c’est avaliser ses propos », défend celui que l’on surnomme Khadimoul Khadim. Il révèle que Serigne Fallou Mbacké, le fils de Serigne Sohaibou Mbacké a voulu tirer les choses au clair et s’est aussi insurgé contre les déclarations du prêcheur de la 2STV et de la RFM. Très remonté contre son contradicteur, Serigne Moustapha Diakhaté laisse entendre que Taib Socé joue au dilatoire quand il affirme que des dignitaires mourides l’ont appelé pour dire qu’ils sont avec lui. « Je n’ai jamais proféré de menaces contre lui, mais en s’attaquant à la confrérie, il menace sa propre personne et joue avec le feu », fait-il savoir.

    A en croire toujours celui qui a été de l’aventure de la radio Sud FM à ses débuts, les talibés qui ont investi le domicile de Taib Socé ont laissé tomber « parce que Serigne Bass Abdou Khadre leur a demandé de ne plus manifester ». « Quand les gens ont assiégé la Rfm et la devanture de la maison d’Iba Der Thiam, je suis parti leur dire de rentrer et c’est ce qu’ils ont fait », annonce-t-il. Il demande toutefois à Taib Socé de cesser ses déclarations pour ne pas, une fois encore, s’attirer les foudres des talibés mourides.

     

    3

    Une Viviane très décontractée pour une déclaration de flamme sur un ton quelque peu badin. C’est l’histoire d’un plateau de la 2STV. Thione Seck, le crooner, s’est aussitôt mis sur la défensive.

    Thione-seck-viviane
    Dans la famille Ndour, il y a Aby, artiste-chanteuse et fan de Thione Seck. La frangine de Youssou a dit publiquement son admiration pour le crooner. Celui-ci, pour lui rendre la politesse, compose une belle chanson en son honneur. Et puis, il y a «le Roi du Mbalakh», souvent opposé au papa de Waly Ballago dans une rivalité dont personne n’arrivait à cerner les causes réelles.
    La réconciliation a eu lieu avec You. En tant que cadet, le lead vocal du Super Etoile a fait les premiers pas. Il s’est rendu chez son aîné en compagnie d’amis et de très proches collaborateurs. Bercy a été la scène de cette paix retrouvée entre deux ténors de la musique sénégalaise. La chanson «Ndiadiane Ndiaye», retravaillée avec un nouveau texte, a été entonnée par You et Thione.
    Dans cette famille Ndour, il y a aussi un producteur qui suivait de très près la carrière de son épouse, Viviane Chidid Ndour. Après un divorce, le couple s’est formé à nouveau, sur initiative de l’aîné, You. Une nouvelle séparation est intervenue, il y a quelques semaines. Les supputations vont bon train sur les prétendants de la pimpante artiste. Blague ou déclaration d’amour in fine ?
    Ce mercredi, sur le plateau de la 2STV, la chanteuse, après avoir fait un play-back de son tube «Waaw», a dit «oui» Thione qui, pour les besoins du format de cette spéciale Korité, s’est engagé dans une séance de questions-réponses, aux côtés de l’animatrice Keb’s Thiam. «As-tu un époux ?», demande le chanteur. Réponse : «C’est toi que j’aime !» Ah oui ! Le ton est badin, mais Thione se met sur la défensive.
    Viviane précise : «Papa Thione, je l’admire au point de l’aimer !» Apprenant que le crooner de Tata Kiné Diouf se produit au Penc-mi, l’interprète de «Kumu nexul» et «Champion» lui donne rendez-vous pour plus tard. Avis de Thione : «Pour Viviane, je l’invite à se produire en soirée spéciale dans cette boîte !» Pour une blague, c’est parfois osé !

    4

    La TFM est la télévision leader du Sénégal, selon un sondage effectué sur toute l’étendue du territoire national par le très crédible institut de sondage BDA. Sur chaque échantillon de 100 Sénégalais interrogés, 83,6 disent regarder la TFM, 65,4% 2STV, 63,6% la RTS, 52,9% Walf et 33,9% RDV.

    TFM, la reine des télévisions, selon un sondage BDA.
    La télévision de Youssou Ndour a un succès fou sur toute l’étendue du territoire national, à l’exception de Ziguinchor où elle n’est visible que sur satellite. L’explosion de la TFM n’est pas fortuite. Elle est le fruit du facteur personnel et du travail de grands noms de l’univers médiatique sénégalais : DJ Boub’s, Alassane Samba Diop, Mamoudou Ibra Kane, Déguène Chimère Diaw, ainsi que le directeur Moustapha Diop et beaucoup d’autres professionnels tapis dans l’ombre.

    0

    Avec le Ramadan, les télévisions sénégalaises ont changé leurs programmes. En dehors des nombreuses émissions religieuses, ce sont surtout les sketches diffusés juste avant la rupture ou un peu plus tard dans la soirée qui accaparent le petit écran.
    Parcelles assainies, Unité 1. Il reste quelques minutes pour la rupture du jeûne. Toute la famille Guèye, à l’exception du père assis un peu plus loin sur sa natte, s’est agglutinée devant le petit écran. Tasse de café au lait et pain à portée de main, Khady, l’aînée, comme le reste de la famille, guette aussi bien l’annonce de la rupture du jeûne que la diffusion sur la Tfm du sketch «Le Ramadan du brigadier» dont le personnage principal est le tonitruant Per Bou Xar, un comédien qui, actuellement, fait des ravages dans les chaumières, du fait de ses prestations humoristiques à travers le petit écran. A la même heure, «Ndogou li», avec comme acteurs principaux l’imposant Taan Bombé et le bouffon Tony, est diffusé sur Walf Tv. Mais la maisonnée semble avoir une préférence pour l’artiste à la voix fluette et au débit aussi rapide qu’un Tgv.
    A 19 heures 33 minutes, la star du moment fait son apparition. Le visage de Khady s’illumine un peu malgré la dure journée qu’elle dit avoir vécu. Au même moment, la radio annonce la rupture du jeûne. Tout en avalant son mets, Khady dévore des yeux les péripéties du brigadier corrompu. C’est la fin du sketch. Place aux commentaires, en attendant que Serigne Ngagne n’entre en scène un peu avant 20 heures dans «Le Ramadan de Ngagne» qui passe sur la 2 Stv et en attendant aussi que la dizaine d’autres sketches ne soient diffusés un peu plus tard juste après la fin des éditions d’informations de la soirée. Depuis le début du mois de Ramadan, c’est le même menu dans les différentes télévisions de la place. C’est du sketch en veut-tu, en voilà. Seule la Rdv a échappé à cette routine. De toutes les télés, c’est sans doute la chaîne d’Elhadji Ndiaye qui rafle la mise en termes de sketches diffusés par jour.  Après un premier passage donc juste avant le début du journal télévisé, Serigne Ngagne revient vers 21 heures dans un autre sketch intitulé « Eutou Bira » dans lequel on raconte le quotidien d’un chef de famille pris en tenaille par la concurrence que se font ses trois épouses.

    La débrouille pour survivre
    Juste après, c’est Djiby Sèye et sa bande d’amis qui font leur entrée en scène dans « Ndiol Totch-Totch » qui narre les tribulations d’un gars particulièrement maladroit, lequel va de méprises en méprises dans tout ce qu’il fait. Après ces artistes de Saint-Louis, c’est autour de « Li ci koor gui » avec Lamarana Diallo dont le sketch a migré de la Rts à la 1ère chaîne privée du Sénégal. Pour boucler la boucle, la 2Stv propose à ses téléspectateurs, un peu plus tard dans la soirée, de découvrir les aventures de Yoro, leur nouvelle recrue dans l’émission « Good Morning », dans « Koor gui ak… ». A la Télé Futurs Médias, c’est donc Per Bou Xar qui ouvre le bal. De temps à autre, l’artiste originaire de Guéoul, alterne, pour la même tranche horaire, avec Sanekh dont le sketch « Les locataires » s’est mué, le temps du Ramadan, en « Ndogou chez les locataires ». Comme pour permettre aux téléspectateurs de reprendre leurs esprits après avoir peut-être rit aux larmes, on leur propose « La gargote » où ils retrouvent la bande au comique Per Bou Xar autour d’une gargotière témoin ou actrice de beaucoup d’intrigues qui se passent dans son restaurant. La Rts, elle, se contente de diffuser seulement deux sketches. D’abord le célèbre et mythique « Goorgorlou » avec les célèbres comédiens Habib Diop Baye Ely et Seune Sène.
    Avec toujours la même trame d’il y a quelques années : un père de famille débrouillard toujours sur le qui-vive à la recherche de la dépense quotidienne. Ensuite, après la grande édition du soir, Mayacine et Dial du nom du même sketch est diffusé. Un sketch qui rencontre actuellement un très grand succès du fait de la pertinence des thèmes qui y sont développés et du talent de ses acteurs. L’autre chaîne qui s’est mise à la mode Ramadan, quoi qu’elle revendique faire dans l’information pure, c’est bien Canal Info News. Selon toute vraisemblance, la télé de Vieux Aïdara n’a pas voulu être en reste. Elle a donc concocté ses bouffons pour meubler la tranche horaire de dix minutes d’après rupture.
    Chez la famille Guèye, après Per Bou Xar et Serigne Ngagne, on attendait de zapper sur la Rts pour Mayacine et Dial. Il en sera ainsi durant toute la soirée, quitte à louper une des séries Indou qui passent sur d’autres chaînes.

    CARICATURE

    radiosudfm
    radioxassida
    rewmi
    rfm
    zik
    jaamilahi
    zik

    TAKOUSSANOU DJOLOF

    0
    “Pourquoi tant de remous dans les partis politiques: P.S/P.D.S/ Reewmi? C’était dans Takoussanou Djolof avec Mayacine Diop et Adama Diouf.. cliquer ici