Karim Wade

    0

    Après la brouille qui les opposait sur l’affaire Brussels Airlines, Sénégalais et Belges ont quitté la zone de turbulence pour se retrouver sur un terrain de partenariat. Un acte matérialisé par un accord de service aériens devant permettre à Sénégal Airlines et Brussels Airlines de coopérer sur la ligne Bruxelles-Dakar et sur les destinations desservies au-delà de leurs hubs respectifs que les deux parties ont signé hier, lundi 17 octobre à Dakar.

    Le Ministre d’Etat, Ministre de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l’Energie M. Karim Wade et le Secrétaire d’Etat belge à la mobilité, M. Etienne Schouppe ont procédé hier, lundi 17 octobre 2011 à Dakar, à la signature d’un accord bilatéral de services aériens. Cet acte fait suite aux consultations aéronautiques que les deux Etats avaient tenu à Dakar les 28, 29 et 30 mars 2011 en vue de la négociation d’un nouvel accord aérien.

    Selon le ministre d’Etat Karim Wade, cet accord aérien avec la Belgique, a été négocié dans un esprit de respect des avantages mutuels entre les parties. A l’en croire, partant du trafic réel existant entre les deux pays, le nombre de fréquences hebdomadaires a été fixé a huit (8) a raison de quatre (4) pour chaque partie, avec la possibilité de le réviser chaque fois que la demande l’exige.

    Avant de souligner que « cet accord a également permis de sceller aujourd’hui, un partenariat commercial convenable entre nos deux compagnies nationales, Brussels Airlines et Sénégal Airlines ». Karim Wade fait croire que « ce partenariat commercial vise à renforcer le trafic aérien entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest. Il permet à ces deux compagnies de coopérer sur la ligne Bruxelles-Dakar et sur les destinations desservies au-delà de leurs hubs respectifs, grâce a des accords interlignes permettant de combiner leurs billets et de faciliter ainsi le voyage des passagers souhaitant faire un même voyage avec les deux compagnies ».

    Par ailleurs, note M. Wade, « ce partenariat commercial permet à Brussels Airlines d’exploiter plus que les quatre (4) fréquences hebdomadaires qui lui sont dédiées sur la base de l’accord aérien bilatéral, en convenant avec Sénégal Airlines d’utiliser une ou plusieurs de ses quatre (4) fréquences contre paiement de royalties ». Ce qui fait dire au Secrétaire d’Etat à la mobilité du Royaume de Belgique, M. Etienne Schouppe, qu’il s’agit d’un accord gagnant-gagnant basé sur le partage des droits de trafic. « Il va permettre aux deux compagnies de nouer des partenariats féconds ».

    Ce compagnonnage rappelle le partenariat commercial dénommé code-share agreement que la South Africain Airways avait signé en mai 2006 avec Air Sénégal International (Asi). Un accord qui lui avait permis d’ouvrir la ligne Johannesburg-Dakar-Washington avec quatre vols par semaine, afin de répondre à la demande croissante relative à la destination des Etats-Unis. Il permet ainsi l’exploitation commune d’une ligne par deux compagnies.

    Un type de partenariat réputé comme étant un moyen de faciliter la présence des deux compagnies sur de nombreux marchés dans le monde. Cette démarche n’est pas loin de celle adoptée par Sénégal Airlines et Brussels Airlines. Le Secrétaire d’Etat belge à la mobilité, M. Etienne Schouppe a assuré qu’à travers cet accord, Sénégalais Airlines peut bénéficier de l’alliance que Brussels Airlines partage avec des géants mondiaux du transport aérien comme la Lufthansa. A son avis, il est à souhaité que les deux compagnies partagent, à l’avenir, une même alliance.

    A son avis, Sénégal Airlines et Brussels Airlines doivent, à la suite de cet accord, voir comment créer une synergie pour exploiter ensemble d’autres destinations. Avant de lancer : « Nous sommes convaincus que cet accord peut être le point de départ d’autres types de coopération de collaboration que nous pourront développer à l’avenir entre nos deux pays ».

    1

    La sortie de l’ancien président de la République sénégalaise prenant la défense de Karim Wade n’est pas du goût de Me Doudou Ndoye. Pour l’avocat libéral, Abdou Diouf a été maladroit et ne doit pas s’immiscer dans ce débat.

     

    Source audio: archipo.com
    Texte: nettali.net


     

    ME Doudou Ndoye pointe du doigt la maladresse d’Abdou Diouf

    Lors d’une cérémonie d’hommage au président à Senghor, l’ex-Chef d’Etat du Sénégal et actuel secrétaire général de l’Organisation de la Francophonie (Oif) avait pris prend la défense de Karim Wade.

    Abdou Diouf avait en effet estimé que les portefeuilles ministériels que le fils du présidnet Wade détient ne sont pas exorbitants pour ses frêles épaules. Il a soutenu que du temps de Senghor, il avait le Plan, l’Industrie, les Mines, l’Energie, l’Hydraulique, l’Animation urbaine, un super-ministère quasi identique à celui que gère le fils du président.

    Cependant ces propos ne sont guère du goût du libéral et leader du courant Jammo, Me Doudou Ndoye. Pour le ministre de la Justice sous Abdou Diouf, celui-ci n’a pas raison de s’immiscer dans un débat de sénégalais qui ont choisi de rester chez-eux à la fin de leur mission officielle.

    «  C’est maladroit de sa part. Le débat c’est pour ceux qui ont servi leur pays et qui y restés », a asséné Me Doudou Ndoye, ce dimanche 16 octobre à l’émission « Grand jury » de la Rfm.


    0

    Le Ministre d’Etat, Ministre de la Coopération internationale, des transports aériens, des infrastructures et de l’énergie, a accordé une «interview bilan», au journal «New Africain, le magazine de l’Afrique». Cet entretien est un document qui pourrait servir aux libéraux pour mieux exposer aux sénégalais les réalisations de 2000 à 2011 et les perspectives économiques du Chef de l’Etat pour l’après 2012. Dans cette interview réalisée par Hichem Ben Yaïche, Karim Wade dit tout sur Sénégal Airlines, Dubaï Port World, sur la SENELEC, AIBD, etc.

     

    Vous êtes en charge, depuis 2009, de plusieurs portefeuilles ministériels de poids, avez-vous eu le temps de faire une évaluation à mi-parcours de votre travail ?

    Oui et les résultats sont là ! Le pays a profondément changé grâce à la mobilisation des ressources dans les secteurs stratégiques. Je pense aux infrastructures, à l’agriculture, à l’éducation ou encore à la santé. Aujourd’hui, le Sénégal est même en avance, dans certains secteurs, par rapport aux Objectifs du millénaire. Pour y arriver, nous avons optimisé nos capacités auprès de bailleurs de fonds traditionnels ou nouveaux, mais également au travers d’émissions obligataires. Le pays ne dispose pas de ressources naturelles suffisantes pour autofinancer son développement. Il n’y a pas de pétrole ou de mines qui permettent de générer des revenus suffisants pour tirer le pays vers l’émergence. Cependant, nous avons une position géographique exceptionnelle. Nous devions en tirer parti, et c’est ce que nous avons fait avec des infrastructures portuaires, aéroportuaires ou encore routières. L’idée était d’offrir une parfaite connectivité entre notre économie et la sous-région. Un de nos succès a été le port de Dakar. Il est aujourd’hui un des ports les plus performants d’Afrique. Il permet d’améliorer les temps de transit, mais de réduire aussi le coût des importations pour les Sénégalais. In fine, le pouvoir d’achat s’améliore et des emplois sont créés.

    Dans quelles conditions se déroulent vos négociations avec les bailleurs de fonds pour financer et appuyer vos projets ?

    Deux possibilités s’offrent à nous pour financer un projet. Nous pouvons nous adresser soit à la coopération bilatérale, soit développer des PPP – des partenariats publics privés. C’est ce que nous avons fait, par exemple, pour le port de Dakar avec Dubaï Port World (DPW). D’un autre côté, à mon arrivée, je m’étais donné quatre mois pour faire un diagnostic sans complaisance de nos installations dans le secteur de l’énergie. Nous nous sommes adjoint les services des meilleurs experts internationaux (McKinsey, EDF…). Nous avons établi un plan d’action d’urgence, puis nous nous sommes tournés vers les bailleurs de fonds. Nous avons réussi à trouver le financement dans un temps record pour réhabiliter les centrales de la Senelec. Mieux, nous avons également trouvé le financement pour des barges et des unités de production d’électricité conteneurisées.

    Tous ces projets sont certes importants et ambitieux… Or le pays a des urgences. Les coupures d’électricité sont monnaie courante, lesquelles exaspèrent la population. Comment pensez-vous pallier ce problème à court terme ?

    Lorsque j’ai été nommé ministre, il y avait déjà des coupures d’électricité. Voilà plus de vingt ans que le Sénégal vit avec ce genre de désagrément. L’impatience des Sénégalais est justifiée. Tout le monde en souffre, que ce soit sur les lieux de travail ou à la maison. La situation que nous vivons est la conséquence de cinquante ans de mauvaise gestion. La Sénélec a des centrales qui remontent à 1966. Une partie du réseau électrique de Dakar ou des villes secondaires du pays remontent même à… 1936. Il était temps de faire un état des lieux.

    Nous avons ainsi conçu un plan d’urgence, le plan Takkal, pour restructurer le secteur de l’énergie. Il s’articule autour de plusieurs phases. À court terme, nous allons déployer des capacités temporaires pour entreprendre des travaux de réhabilitation dans les centrales. À moyen terme, nous allons arriver au charbon qui permettra de réduire de manière substantielle le coût de l’électricité. Le plan que nous avons mis en place traite également les problèmes liés à la production, au transport et à la distribution d’énergie. Le plus gros problème que nous avons concerne l’électricité… Le déficit que nous connaissons s’explique en grande partie par les performances réalisées par l’économie sénégalaise depuis une dizaine d’années. Le président de la République, Abdoulaye Wade, et l’équipe gouvernementale ont multiplié par quatre, en dix ans, le nombre de consommateurs d’électricité. De 280.000, les clients de la Société nationale d’électricité sont passés à 800.000 !

    Augmenter le nombre de consommateurs d’électricité si vite n’était-il pas risqué face à la capacité de production réelle du pays ? Comment expliquez-vous l’absence de vision prospective sur cette question ?

    Absolument, mais les politiques menées avant l’alternance ne considéraient pas le secteur de l’électricité comme urgent, car peu de Sénégalais y avaient accès. Les bailleurs de fonds préféraient investir dans l’éducation, la santé, l’agriculture… Pour moi, ce secteur de l’énergie est prioritaire. J’en discutais encore avec les ambassadeurs de l’Union européenne il y a peu de temps. Ils me faisaient remarquer que produire de l’électricité absorbait beaucoup de nos ressources. Ma réponse a pourtant été claire. Nous ne faisons pas d’erreur. L’électricité à l’instant «T1» va générer de la croissance, de la création d’emplois et de l’investissement à un temps «T2». Le président de la République, grâce à ses relations internationales et aux liens de coopération qu’il a pu construire avec un certain nombre de pays, nous a permis de mobiliser dans des temps records des investissements qui, normalement, prendraient trois ans, ou plus.

    Au-delà de Senelec et du plan Tàkkal, pourquoi le Sénégal a-t-il de tels problèmes ? Les pays voisins semblent mieux s’en sortir…

    Les autres pays ne font pas exception. Le Sénégal n’est pas le seul État à connaître des problèmes de délestage électrique. Récemment, j’ai été dans un pays arabe qui possède des ressources financières importantes et du pétrole dans ses sous-sols. Et pourtant, lui aussi connaît des problèmes de délestage. Cependant, l’électricité au Sénégal a pris une place considérable dans la société en raison du progrès social et économique. La plupart des Sénégalais ne peuvent plus s’en passer. L’électricité est désormais entrée dans les mœurs, c’est un droit légitime ! Par rapport au plan Takkal, un de nos objectifs est de positionner correctement nos capacités. Je pense notamment au charbon. Nous cherchons à construire un mix énergétique adapté qui tienne compte de notre potentiel hydroélectrique avec les Organisations internationales pour la mise en valeur des fleuves Sénégal (OMVS) et Gambie (OMVG). Nous souhaitons à terme pouvoir offrir notre production à d’autres pays. Notons, cependant, que 90 % de notre production actuelle est à base de pétrole… C’est beaucoup trop ! Il est impératif de diversifier notre production d’électricité. Elle ne doit pas dépendre uniquement de cette matière fossile. Avec l’envolée du prix du baril, les conséquences peuvent être catastrophiques pour notre économie.

    Vous êtes également en charge des transports aériens. Dakar est en train de se doter d’un nouvel aéroport, l’AIBD. Des travaux sont en cours. Où en est-on par rapport au calendrier de sa réalisation ?

    Nous suivons le calendrier comme prévu. Ce nouvel aéroport sera un des plus modernes d’Afrique… mais aussi un des plus innovants. Innovant sur le plan financier tout d’abord. Ce projet a été structuré sans coûter un franc à l’État. Mais dès qu’il sera opérationnel, il va en générer plusieurs milliards… et l’État en sera en partie bénéficiaire grâce aux redevances de concessions payées par les opérateurs. Cette manne permettra de financer d’autres projets comme l’éducation, la santé, l’agriculture… La plupart des aéroports de la sous-région génère « zéro » franc à l’État. C’est par exemple le cas de l’aéroport Léopold-Sédar-Senghor de Dakar. Le projet commencé en 2007 est également innovant en raison de son infrastructure, son design et son architecture. Indirectement, l’Aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) va aussi créer des milliers emplois, notamment dans les services. Sa capacité est de trois millions de passagers par an.

    Les compagnies sont en train d’affluer pour ouvrir à Dakar. L’AIBD va nous permettre d’accélérer le processus de développement du territoire et de désengorger la capitale et sa banlieue. Grâce à cet aéroport, le Sénégal va devenir un véritable «hub» sur le continent. Un des gros problèmes que nous avons est la surpopulation autour de Dakar. Nous connaissons des problèmes de délestage, d’infrastructures, d’assainissement ou encore d’inondation. Ce nouvel aéroport va aider à créer un nouveau pôle d’attractivité. De même, il va être connecté à un cargo-village et une zone économique spéciale à l’image de ce qui se fait à Singapour, Hong-Kong et Dubaï. Notre ambition est de devenir un « hub » industriel et commercial.

    Qui dit aéroport, dit avions. Air Sénégal International a été liquidée. Vous avez du coup relancé le projet d’une compagnie nationale en 2009 et Sénégal Airlines est né. Pouvez-vous nous parler davantage de cette nouvelle compagnie et de son montage financier ?

    Sénégal Airlines est un projet qui nous est cher, car c’est la première fois depuis notre indépendance en 1960 que le Sénégal a son propre pavillon. Les Sénégalais ont déjà été actionnaires dans des compagnies aériennes (Air Afrique et d’autres), mais jamais à 100 %. Cette aventure a été possible grâce à des privés associés à l’État. Par ailleurs, un partenariat international technique, commercial et stratégique a été établi avec la compagnie aérienne Émiraties. Nous avons un mode de gouvernance bien définie. Des « privés » gèrent la société, mais l’État défend nos droits de trafic comme le font les autres États.

    Aujourd’hui, le Sénégal a des atouts, des ambitions… Pour accéder au statut de pays émergent, comment voyez-vous les conditions de ce passage ?

    Le Sénégal est déjà dans cette logique de modernisation. Plusieurs facteurs sont là pour le justifier, comme le montre le développement de nos infrastructures. De même, l’industrialisation du Sénégal passe inévitablement par une production d’électricité suffisante, mais à un coût compétitif. C’est un passage obligé dans ce processus d’émergence. Il est important de se démarquer de son voisin. Et de faire mieux. De notre côté, nous sommes en train de créer des avantages comparatifs significatifs pour amener les investisseurs chez nous. Le deuxième point important est la réforme de notre administration pour être plus proche du citoyen. Le Sénégal est sur la voie de l’émergence. Bien sûr, il existe encore des problèmes, mais nous sommes en train de les résoudre.

    Le Sénégal a choisi de multiplier ses partenaires en s’adressant à la Chine, l’Inde ou encore au Brésil. Expliquez-nous ce choix. Et comment votre pays est-il perçu au-delà de vos frontières ?

    Tout le monde le dit : l’Afrique est la zone de croissance future. Chacun veut investir. Cependant, les gouvernements étrangers recherchent de la visibilité et des garanties. L’« afro-pessimisme» qu’on observe chez certains de nos partenaires n’existe pas avec les pays émergents. C’est une réalité ! Mais attention, le Sénégal n’a pas «choisi» ces partenaires. Ils se sont imposés d’eux-mêmes. La richesse du monde s’est transférée, depuis quelques années, vers de nouvelles régions : l’Amérique du Sud, le Moyen-Orient et l’Asie. Des pays sont devenus des acteurs économiques importants comme la Chine, le Brésil, la Russie et certains pays du Golfe. Nous avons ouvert des chemins vers ces pays qui sont devenus des mastodontes sur le plan économique parce qu’ils perçoivent l’Afrique comme un relais de la croissance mondiale. Nous restons très attachés à la coopération avec les partenaires traditionnels. Néanmoins, nous recherchons les meilleures références, les meilleures compétences et les prix les plus bas possibles pour réaliser nos projets.

    Revenons encore au Sénégal. Le pays connaît des difficultés dans différents secteurs : énergie, éducation, agriculture… Pensez-vous que la population comprenne la politique menée par le gouvernement ? De nombreuses critiques ont été formulées à votre égard.

    La vraie difficulté, c’est la communication. Nous n’en faisons jamais assez. Il est important d’être au bon endroit pour expliquer aux gens. Les attaques, les pressions, ce n’est pas ça qui me déstabilise, je suis serein parce que je sais où je vais. Le jour où je ne serais plus capable d’avoir des résultats, je prendrais les décisions qui s’imposent. Par ailleurs, nous sommes en démocratie. Il y a des gens qui vous aiment, d’autres qui vous attaquent. Certains veulent que vous réussissiez, d’autres que vous échouiez. Mais, ça fait partie du jeu ! Cette pression du résultat nous motive. Je connais bien mon pays et les Sénégalais sont quand même profondément justes. Quand nous allons sur le terrain pour nous rendre compte de l’avancée des travaux, nous pouvons constater la spontanéité des Sénégalais qui viennent vers nous pour nous encourager. En ce qui concerne la communication, nous sommes encore dans un pays où l’administration avait pour habitude de « cacher des choses » au peuple. « Cacher » ? Le terme est impropre, je devrais plutôt parler d’une « culture du secret ». On ne communiquait pas, on était froid… Et pourtant, on avançait. C’est toute une culture qu’il faudrait changer. Aujourd’hui, tout le monde veut savoir tout et à n’importe quel moment. Dès qu’on a quelque chose à dire, on le met sur Internet. Cela fait le tour, que cela soit vrai ou non…

    Chacun connaît votre volontarisme pour bousculer les inerties, mais de quelle manière avez-vous construit vos outils et mis en place le processus décisionnel pour un super-ministre comme vous ? 

    Je ne crois pas qu’il existe de super-ministre. Lorsqu’on vous confie des responsabilités, il faut les assumer et être à la hauteur de la tâche. De mon côté, j’ai la chance d’avoir des collaborateurs aussi déterminés que moi pour faire avancer les projets. Nous avons la même vision et sommes très motivés et travailleurs. Maintenant, il faut savoir structurer des dossiers pour pouvoir ensuite les présenter et agréger un soutien franc et massif. Je pense qu’il est important de pouvoir rassembler des compétences autour de soi. Par exemple, pour Sénégal Airlines en particulier, nous avons été capables de mobiliser 17 milliards de F.CFA. Les premiers investisseurs ne sont pas des étrangers, mais bien des Sénégalais. Ce qui prouve que l’avenir du Sénégal est entre nos mains. J’en suis convaincu. Je fais partie des gens qui pensent qu’il n’existe aucune limite… à l’exception du Ciel !

    Dans ce travail, vous livrez-vous à l’autocritique ?

    J’écoute beaucoup. De même, je consulte mes collaborateurs régulièrement. J’ai la chance d’avoir des amis sincères sur lesquels m’appuyer et avoir des conseillers qui sont des experts dans tel ou tel domaine. Bien que ministre d’État, je considère que je suis simplement comme tout le monde… même si certains vous diront le contraire. Ce qui m’intéresse, ce sont les résultats.

      0

      SENINFOS.COM-Ce n’est pas tous les jours que le khalife général des mourides soumet un visiteur au test de sa foi de musulman, en l’invitant à prier en public. Vendredi dernier, après sa visite des travaux routiers dans les environs de Thilmakha, Karim Wade a été soumis à ce test par Serigne Sidy Mokhtar Mbacké, khalife de Touba, auquel il s’est présenté pour une visite de courtoisie. Le fils d’Abdoulaye Wade s’est vu remettre une bouilloire pour qu’il fasse ses ablutions, et invité à sacrifier à une prière avant de pouvoir s’entretenir le guide religieux. Après la récente découverte de sa nationalité sénégalaise tardive par seninfos.com, le fait établi qu’il ne parle aucune langue du pays, ses déboires électoraux aux élections locales de 2009, les accusations portées contre lui dans la gestion des deniers publics au cours des travaux de l’Organisation du sommet de la conférence islamique à Dakar…ce nouveau fait accentue l’amplitude de la désaffection de l’opinion publique à l’égard du fils que Wade présente comme le meilleur d’entre tous. Si Serigne Sidy Mokhar Mbacké a tenu à être édifié sur la foi religieuse de cet hôte d’un jour, c’est qu’il avait des doutes sur le sujet. A Touba, ville religieuse à l’hospitalité légendaire, point n’est exigé d’être musulman pour être reçu. Des personnalités, notamment des ambassadeurs, d’autres confessions, mais aussi de simples anonymes qui ne sont pas musulmans y sont reçus. En parfaite connaissance de leur appartenance religieuse. Dans le cas de Karim, l’autorité religieuse a certainement voulu être édifiée. Il lui fallait savoir à quelle confession il appartient. Il ne s’agit pas d’une stigmatisation. Lorsque quelqu’un se proclame mouride, il est normal de vérifier s’il est d’abord musulman. Abou A. THIAM

        0

        Un fait inédit a retenu l’attention ce vendredi lors de la visite du ministre de la Coopération internationale, des Infrastructures, des transports aériens et de l’Energie, Karim Wade, à Touba. Dès son arrivée chez le khalife, Serigne Sidy Mokhtar Mbacké lui a demandé de faire deux rakkas avant leur entretien.

        En visite à Touba ce vendredi 07 octobre, Karim Wade, a été obligé de se plier à une injonction du khalife général des mourides, Serigne Sidy Mokhtar. Le ministre de la Coopération internationale, des Infrastructures, des transports aériens et de l’Energie a été sommé par le marabout d’aller faire ses ablutions et de faire une prière de deux rakkas avant leur tête à tête.

        Karim Wade a ainsi prié sur une natte remise parle khalife général des mourides, Serigne Sidy Mokhtar Mbacké. Le marabout qui était en retraite spirituelle depuis le 12 septembre dernier et qui projetait de ne ressortir que le 10 Octobre 2011, a écourté sa séance pour recevoir le ministre d’Etat, menu à Touba pour réceptionner la première phase du tronçon Thilmakha-Keur Ngahna. Des travaux que Serigne Sidy Mokhtar Mbacké avait commandés lors d’une audience avec le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade.

        Recevant le fils du président de la République, le khalife des mourides lui a dit :« Je ne cesserais de prier pour vous ».

        4

        Beaucoup de personnes critiquent Karim sur le fait qu’il cumule plusieurs fonctions. «Ils ont tort de dire que M. Karim Wade a un gros ministère. En mon temps, Senghor m’avait donné plus de postes. Il faut que les gens s’en souviennent», a affirmé hier en substance Abdou Diouf, en marge de la cérémonie d’hommage organisée à l’Oif pour saluer l’action et la mémoire de Senghor. Ainsi, l’ancien Président sénégalais, interpellé à la fin de la cérémonie officielle d’hommage à son prédécesseur, par la Radio futurs médias (Rfm) a pris parti pour «wade fils», trouvant normal le fait qu’il cumule plusieurs fonctions au sein du gouvernement de son père. «Sous Senghor, j’ai été ministre du Plan, de l’Industrie, des Mines, de l’Energie, de l’Animation urbaine….», a notamment laissé entendre l’actuel Secrétaire général de la Francophonie.
        En réalité, si Abdou Diouf a effectivement occupé plusieurs postes ministériels, avant de devenir Président du Sénégal, «il n’a jamais cumulé autant de fonctions que Karim du temps de Senghor», indiquent certains témoins, qui se demandent ce qui a bien pu arriver à l’ancien Secrétaire général du Parti socialiste, pour qu’il fasse «une sortie médiatique aussi controversée». Cette sortie de M. Diouf est assez étonnante d’autant qu’il rompt un code de conduite qu’il s’est toujours édicté depuis qu’il a quitté la Présidence du Sénégal. En effet de 2000 à nos jours, à chaque question des confrères concernant les affaires intérieures du Sénégal, il a toujours déclaré vouloir adopter une position de réserve, pour éviter que ses paroles ne fassent l’objet d’interprétation. «Non, ne me posez pas de question. Vous savez que je ne réponds jamais à une question sur le Sénégal», avait-il récemment servi sur Rfi au journaliste Christophe Boisbouvier qui tentait de lui arracher quelques confidences sur ce que lui inspire l’éventuelle candidature de Karim Wade.

        Abdou Diouf aurait dû continuer sur cette lancée, car il avait bien raison d’adopter cette posture de neutralité et de réserve. Ce, d’autant plus que cette sortie intervient dans un contexte particulier et fera sûrement l’objet de beaucoup de spéculations et de suspicions.

        [email protected]

        4


        *Son enfance à Saint-Louis

        *Son refus d’allégeance à Senghor

        *Ses similitudes avec Karim Wade

        *Son accession au pouvoir

        *Son hernie discale

        *Les peaux de bananes

        Rarement le président Abdou Diouf s’est exprimé avec cette liberté. Lui qui a toujours été pondéré s’est lâché, hier, lors du colloque ‘Léopold Sédar Senghor, Orphée noire, avocat de la langue française et père de la francophonie’, en présence de l’ambassadeur du Sénégal à Paris, Maïmouna Sourang Ndir.De sa première rencontre avec Senghor à son arrivée au pouvoir en passant par les peaux de bananes rencontrées, Abdou Diouf a raconté de petites anecdotes croustillantes.Il s’est même laissé aller, chose rare chez lui, à comparer les charges que le président Senghor lui avait confiées à celles que détient, aujourd’hui, Karim Wade. Extraits.

        Toutane Basse, premier lien avec Senghor

        ‘Cette question me ramène loin en arrière dans mes années d’enfance et de jeunesse à Saint-Louis du Sénégal. Senghor a considéré que Saint-Louis est la ville de l’élégance et du bon goût. Mme l’ambassadeur (Maïmouna Sourang Ndir présente au colloque, Ndlr) peut le confirmer. J’espère que Ousmane Paye (son conseiller et ancien ministre des Sports) ne sera pas jaloux, lui qui est Dakarois et nous (lui et l’ambassadeur, Ndlr) Saint-Louisiens. Mais nous considérons que Saint-Louis est le seuil de la terre et la lumière du monde. Tout cela dit sans chauvinisme aucun. C’est l’histoire ! (rires dans la salle).

        Saint-Louis a été la capitale de l’Aof, la capitale du Sénégal et de la Mauritanie avant de perdre son rang, mais pour de bonnes raisons politiques impérieuses au profit de Dakar. (…). Qui connaît bien Saint-Louis sait qu’il y a trois plans d’eau. Il y a le fleuve qui vient à son embouchure avec son petit et son grand bras et la mer. Donc on a un panorama exceptionnel.

        Toutane Basse était la cousine germaine de mon père. Je porte le nom du père de Toutane Basse qui était l’oncle maternel de mon père et qui s’appelait Abdou Samba Toro Basse. Ceux qui me connaissent, quand ils me voient, surtout mes parents toucouleurs, ils m’appellent toujours Abdou Samba Toro du nom de l’oncle maternel de mon père dont je suis le filleul. Toutane Basse était la présidente du comité des femmes senghoristes de Saint-Louis. Avant, c’était senghoriste et non le Bds parce qu’il n’existait pas encore. C’était un militantisme extraordinaire. Ces femmes avaient une admiration, une affection pour Senghor que je ne peux même pas définir. Moi, j’étais considéré comme le secrétaire de leur comité. C’est comme cela qu’elle m’appelait. J’étais chargé de rédiger les lettres adressées au député Senghor ; j’étais chargé de lire et de traduire – parce qu’elles étaient analphabètes – les réponses de Senghor. J’étais chargé de faire la revue de presse de ‘Condition humaine’. Je leur lisais tous les articles. Je leur lisais ‘L’Aof’ qui était aussi le journal de Lamine Guèye parce qu’elles voulaient savoir ce que disait l’opposition. Bien sûr, c’était un coup à dormir à minuit, minuit passé. Elles étaient toujours en discussion politique après le repas du soir. De 21 h jusqu’à minuit passé, elles étaient en réunion. Je ne pouvais pas dormir parce que la chambre était prise. J’étais obligé d’attendre leur départ. La chambre était en plus enfumée parce que toutes ces femmes – je ne sais pas si on se souvient de cette tradition – fumaient la pipe, une pipe en terre. Ça, c’est l’aspect anecdotique.

        Rencontre avec Senghor

        Mon vœu le plus important, c’était de rencontrer Senghor. Cela n’a pas pu se faire tout de suite. Mais déjà je connaissais Senghor. Je l’applaudissais dans les rues de Saint-Louis. Quand son cortège passait, je courais derrière. Quand il faisait des meetings, j’étais là à écouter son français extraordinaire qu’il prononçait. C’était ça que nous aimions. Et nous disions des choses, mais c’était des paroles d’enfants : premier agrégé noir, professeur à l’Ecole nationale de la France d’outre-mer d’où sortaient les administrateurs, les gouverneurs, les gouverneurs généraux. Donc c’était lui qui formait ceux qui venaient gouverner nos territoires. Nous disions que cet homme était extraordinaire. Quand on demandait : ‘Cela veut dire quoi agrégé, surtout de grammaire ?’, nos aînés nous disaient : ‘Le dictionnaire que vous voyez, vous le déchirez entièrement et Senghor peut le réécrire entièrement’ (rires du public).

        On disait que c’était un démiurge, c’est quelqu’un de fantastique. Il habitait chez Médor sur la rue de France. On allait lui rendre visite. Mais je ne l’ai réellement salué qu’à l’âge de 22 ans, je crois. C’était en 1957. C’était déjà la loi-cadre. André Peytavin était ministre des Finances. Quand Senghor est allé déjeuner chez André Peytavin à la Pointe Nord, Toutane Basse lui a dit : ‘Il faut que tu reçoives mon neveu’. Il a dit : ‘Qu’il vienne chez Peytavin.’ Après le déjeuner, je vais le voir. Il a fait mieux. Après le déjeuner, il me dit : ‘Jeune homme, vous entrez avec moi dans la voiture.’ Vous vous rendez compte ! A l’âge de 22 ans, être avec le grand Senghor dans sa voiture. De la Pointe de Nord, il m’a amené jusque chez moi au 43, angle Lebon où était ma tante et où j’habitais évidemment. Et dans la voiture, il m’a dit : ‘Qu’est-ce que vous voulez faire ?’. Je lui ai dit que je voudrai entrer à l’Ecole nationale de la France d’outre-mer. Il m’a dit : ‘C’est très bien, c’est très, très bien.’ Je ne l’ai plus revu à cette période. Et quand je suis rentré au Sénégal après mes études à l’Ecole de la France d’outre-mer, beaucoup de choses se sont passées sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir.

        Mais je reviens sur Toutane Basse qui est une vraie passionaria. Il y en avait deux : Vous aviez à Saint-Louis Toutane Basse et à Dakar Ndoumbé Ndiaye. Et d’ailleurs elles s’entendaient tellement bien que la fille de Ndoumbé Ndiaye s’est mariée avec le cousin de Toutane Basse, le grand-frère de mon père. Elles se faisaient des visites. Quand Ndoumbé venait nous rendre visite à Saint-Louis, c’était la fête, ripaille et bombance comme on dit. Voilà ce que je puis dire. Je pourrais parler de Toutane Basse pendant des jours et des jours. Mon grand malheur, c’est quand j’étais à l’Ecole de la France d’outre-mer, ma tante Toutane Basse a quitté ce monde. Et personne n’a osé de me le dire. Un jour, un de mes amis, Mansour Dia, qui venait de Dakar, m’a dit : ‘Mes condoléances !’. Je lui ai dit : ‘Mes condoléances, pour quoi ?’. Il m’a dit : ‘Ta tante Toutane Basse est morte’. J’ai dit : ‘Comment on a pu me faire ça ?’ Plus tard, on m’explique que c’était pour ne pas me faire de la peine quand j’étais à l’Ecole de la France d’Outre-mer. La photo dont vous parlez (il s’adresse à Hamidou Sall, Ndlr), quand j’ai fini de prêter serment, Senghor et son épouse m’attendaient et je suis entré avec mon épouse Elisabeth, mon père et ma mère. Ils ont salué Senghor qui a dit : ‘Mon grand regret, c’est que Toutane Basse n’assiste pas à cette cérémonie.’ (…).

        On demandait : ‘Cela veut dire quoi agrégé, surtout de grammaire ?’, nos aînés nous disaient : ‘Le dictionnaire que vous voyez, vous le déchirez entièrement et Senghor peut le réécrire entièrement’

        Premiers pas dans l’administration sénégalaise

        Evidemment, j’ai raté un grand événement. C’est la fédération du Mali et son éclatement. Je n’étais pas là. Je dois dire qu’à l’Ecole nationale d’Outre-mer, j’ai trouvé mes aînés : Henri Senghor, Christian Valentin, Cheikh Hamidou Kane, Babacar Bâ, etc. Daniel Kabou était déjà sorti quelques années avant. Kéba Mbaye, Ousmane Ngoundiane et les autres aussi. Quand je suis arrivé (au Sénégal), on m’a dit : ‘Ta place est au ministère du Plan parce que c’est le ministère qui doit assurer le développement du pays.’ J’avais comme directeur de cabinet Christian Valentin et comme ministre Karim Gaye. J’ai commencé par être directeur de la coopération économique et technique internationale. Malheureusement, ce passage a été très rapide. Je me suis retrouvé comme secrétaire adjoint du gouvernement avec un aîné que je respectais beaucoup, qui m’a beaucoup aidé dans ma formation, c’est Jean Collin.’

        Refus d’allégeance à Senghor

        ‘Je suis resté quelques moments avec lui. Ensuite le président Mamadou Dia a fait un remaniement ministériel en 1961 et s’est nommé ministre de la Défense. Donc je suis passé en quelques mois du Plan à secrétaire général adjoint du gouvernement puis à la Défense comme secrétaire général. Quelques années après, j’ai été nommé gouverneur de la grande région du Sine-Saloum. Je ne vais pas entrer dans les détails. Mais, compte tenu des rapports difficiles entre Senghor et Mamadou Dia et le fait que nous soyons dans un régime bicéphale avec un président de la République et un chef de gouvernement qui est président de Conseil, nous n’avions pas de rapports directs avec le président de la République. Cela expliquera la suite. Etant gouverneur de la région du Sine-Saloum, j’avais des rapports fréquents avec le président du Conseil, Mamadou Dia qui me recevait tous les mois, avec le ministre Valdiodio Ndiaye qui était le ministre responsable de la région. Quand il y a eu des difficultés avec Dia (…) en décembre 1962, j’ai été immédiatement catalogué ‘diaiste’, que j’étais du côté de Mamadou Dia et pas du côté de Senghor. Au Conseil des ministres qui a suivi, je fus relevé de mes fonctions de gouverneur. Cela été précédé d’un épisode : on avait dit de faire allégeance au président de la République. Personnellement, j’ai dit que je n’ai pas à le faire parce que j’ai trop de respect pour les institutions. J’ai dit que je respecte les institutions, mais je ne peux pas faire acte d’allégeance à des personnes. En tout cas, j’ai été relevé.’

        ‘Il ne voulait pas que les Sénégalais pensent que le pouvoir était confisqué par les sérères. Lui, Senghor, était sérère, moi c’est Diouf, c’est évidemment sérère. Il voulait qu’on sache que j’étais une sorte de métissage.’

        Ascension dans l’administration

        ‘Mais immédiatement après, le président Senghor m’a reçu. En substance, il me dit : ‘Abdou, j’ai deux choses à te dire : Premièrement, il faut que tu saches que j’ai une meute avec moi – c’est-à-dire qu’il y avait des gens qui voulaient une vraie chasse aux sorcières – Je ne les suis pas. Tu a fait du bon travail là où tu étais. Mais nous considérons que ta place est dans l’administration centrale. Alors voilà : le ministre de la Fonction publique et du travail veut te prendre comme directeur de cabinet, le ministre de la Santé veut te prendre comme directeur de cabinet ; le ministres des Affaires étrangères veut te prendre comme directeur de cabinet ; le ministre des Finances veut te prendre comme directeur de cabinet. J’élimine, la Santé, la Fonction publique. Il reste les finances et les Affaires étrangères’. Il m’a regardé, je n’ai pas répondu. Il m’a dit : ‘Tu n’es pas financier, je te mets aux Affaires étrangères.’ C’est ainsi que j’ai remplacé mon condisciple Habib Thiam qui était devenu ministre. Je me suis toujours posé la question de savoir – j’ai eu la réponse après – pourquoi il a dit que je n’étais pas un financier alors que quand j’étais à l’Ecole nationale d’outre-mer, j’ai fait mon stage non pas en préfecture, mais à la rue du Louvre, au ministère des finances. J’ai dit qu’il doit avoir une idée derrière la tête comme toujours, de bonnes idées d’ailleurs, mais pas des idées tordues. Je suis allé chez Doudou Thiam, qui était ministre des Affaires étrangères, comme directeur de cabinet. Quatre mois après, il a dit à Doudou Thiam : ‘Je veux prendre Abdou comme directeur de mon cabinet.’ C’est en avril 1963, je me suis retrouvé comme directeur de cabinet de Senghor. Là, on a débuté une collaboration extrêmement fructueuse à l’ombre d’un maître tellement humain. On a tout dit sur ses qualités intellectuelles, son génie poétique, littéraire, politique, mais on n’en dit pas assez sur ce que Senghor était au quotidien. C’est un homme d’une courtoisie exquise, d’une grande fermeté dans la gestion des affaires de l’Etat, mais d’une urbanité extraordinaire.’

        Enseignements auprès de Senghor

        ‘J’ai appris à son contact. La première chose qui m’a frappé, c’est quand je suis entré dans son bureau. Le téléphone a sonné. C’était une erreur. Nous tous, nous aurions dit : ‘Faites attention, vous avez fait une erreur.’ Mais, quand l’erreur s’est répétée à trois reprises, il disait avec une politesse extrême : ‘Non, Mme, c’est une erreur. Vous vous êtes trompée. Mes hommages, Madame.’ Et il raccroche. Et cela quatre fois de suite. Je me dis que ce n’est pas un être humain. Moi, à sa place, je serais énergique : ‘Mais Madame, faites attention quand même. Vous me dérangez, etc.’. Voilà comment il était. Une seule anecdote. Quand il s’est agi d’aller présenter les vœux au président Senghor, j’ai dit comment il faut faire. Quelqu’un m’a dit – je ne sais pas s’il me voulait du bien ou mal, celui-là : ‘M. le directeur, vous n’allez pas écrire, vous allez improviser.’ Je me suis dit : ‘Improviser devant le président de la République à mon âge, 28 ans ?’. J’ai dit d’accord, je vais le faire. Et j’ai improvisé. Ensuite j’ai vu que durant toute la journée tous ceux qui avaient adressé des vœux, avaient leur discours écrit. Je me suis dit finalement je ne sais pas si cet homme voulait ma perte. Je n’aurai pas la cruauté de citer son nom.’

        Même charge ministérielle que Karim Wade

        ‘J’ai gardé le cabinet. Le président Senghor m’a demandé de cumuler le cabinet et le secrétariat de la Présidence de la République. C’était une chose très difficile. C’était la première organisation du Festival des arts nègres en 1966. A un certain moment, il a vu que la charge était lourde et il avait eu besoin qu’un directeur de cabinet soit là, un secrétaire général dans un régime où il n’y avait pas de Premier ministre qui tienne la machine gouvernementale. En plus, chaque fois qu’il y a un ministère défaillant, il le supprimait et le rattachait à la présidence, donc au secrétariat général. Ce qui fait que je me suis retrouvé avec la coordination de l’action gouvernementale, mais avec les arts et lettres, l’information, les parcs nationaux. Et à ce moment-là, Christian Valentin a dirigé le cabinet. C’est à cette période qu’on a commencé à parler de la francophonie institutionnelle. C’est Christian Valentin et moi, aidés par un de nos collaborateurs, qui avons été les premiers à jeter les bases, l’avant-projet de texte de l’Acct. Nous avons été les premiers à faire l’ébauche du texte. Ensuite le texte a été travaillé pour devenir le texte qui a été signé le 20 mars 1970. (…).

        Au bout d’un certain temps, le président Senghor ne voulait pas me lâcher, mais disait aux gens : ‘Abdou me permet de travailler.’ C’est étonnant parce que c’est comme si Abdou, lui, ne travaillait pas. Mais ‘Abdou me permet de travailler’, cela veut dire qu’il le dégage des tâches quotidiennes pour qu’il puisse se consacrer aux grandes orientations, à la politique internationale. Cela se passait bien. J’ai fait un bref passage aux ministères du Plan, Energie, Hydraulique. Souvent, quand on dit dans la situation actuelle du Sénégal – je n’en parle jamais – que M. Karim Wade a un ministère trop gros, il y a trop de choses, je dis qu’il faut que les gens aient de la mémoire et se reportent à ce fameux ministère avec la confiance du président Senghor où j’avais l’Industrie, les Mines l’Energie, l’Hydraulique, l’Animation urbaine… Enfin, il y avait énormément de choses. C’est à la même période que nous avons réalisé l’alimentation de Dakar par le Lac de Guiers. C’est la période où nous avons nationalisé la Senelec. Et il fallait trouver les financements à l’extérieur.’

        Compétition pour la primature

        ‘Arrive mai 1968 et réplique 1969. Vous savez qu’on dit que les Sénégalais font tout comme les Français. C’est ce que le président Senghor disait. Mais on va plus loin. Après avoir fait mai 1968, on aurait pu s’arrêter. Mais on a fait une réplique en 1969. C’est à ce moment que certains ont dit qu’il faut que le président change de système. Il ne peut pas être au four et au moulin. Il faut faire les journées d’études du parti pour savoir ce que l’on doit faire. Aux journées d’études du parti, il y avait deux thèses : Il y avait ceux qui disent qu’il faut que le président soit là comme chef de gouvernement avec sept ministres d’Etat qui couvrent des secteurs et qui ont au-dessous d’eux des ministres et des secrétaires d’Etat. L’autre thèse qui disait qu’il faut avoir un Premier ministre, chef de Gouvernement. Et le président Senghor a opté pour cette dernière thèse. Je me souviens de ces journées d’étude du parti socialiste. Moi, je sentais déjà ce qu’il allait faire. Je vous ai raconté la confidence qu’il a faite à mon épouse en 1963 déjà en lui disant : ‘Il faut soutenir votre mari. Il est très bien. D’ailleurs c’est à lui que je pense pour ma succession.’ Vous vous rendez compte ! J’avais 28 ans, il pensait déjà à moi pour sa succession. Ma femme me l’a raconté, mais nous ne l’avons raconté à personne. Nous l’avons raconté beaucoup plus tard. Donc, je voyais un peu les choses qui se dessinaient. Au cours de cette journée d’études, à un certain moment, tout le monde a parlé, sauf moi. Je ne voulais pas me mettre en valeur. Il est venu jusqu’à moi et me dit : ‘Il faut que tu interviennes.’ Je me suis levé et je suis intervenu. Finalement, la révision constitutionnelle a été faite et on a eu la nouvelle Constitution. Là aussi, il y a eu un épisode très intéressant. Le président Senghor écoutait les uns et les autres, avait sa petite idée, mais n’a rien dit à personne. Le mercredi 25 février 1970, nous étions au bureau politique du parti. Moi, j’étais à côté de Caroline Diop qui me soutenait parce que des noms circulaient.

        A 20 heures, au moment où on doit quitter le bureau politique, elle me dit : ‘Est-ce que le président t’a dit quelque chose puisqu’il nomme le Premier ministre demain matin ?’. Je lui ai dit : ‘Non, il ne m’a rien dit.’ Elle m’a dit : ‘Donc, ce n’est pas toi.’ (éclats de rires dans la salle). Et le lendemain matin à 8 heures, le président Senghor m’appelle et me dit : ‘Abdou, est-ce que tu peux venir me voir au Palais.’ Tous les Sénégalais savaient que celui qui entrait ce matin-là au palais, c’était lui qui sera nommé Premier ministre. En face du palais, pour ceux qui connaissent Dakar, il y a le Building administratif où il y a neuf étages. Tous les travailleurs, même les retardataires, étaient à leur place. Tout le monde regardait qui entrerait dans le palais. Alors je suis entré. Le président, toujours courtois, respectueux, me dit : ‘Abdou, viens !’ Il y avait Daniel Kabou, ministre secrétaire général de la présidence qui était là avec ses textes. Le président avait déjà promulgué la nouvelle Constitution, mais n’avait pas signé le décret de nomination du Premier ministre. Il est très républicain, des fois trop respectueux de l’Etat de droit. Il dit : ‘Assieds-toi. Tout d’abord, est-ce que tu veux être mon Premier ministre ?’ Je lui ai dit : ‘Monsieur le président de la République, je suis à votre disposition. Si vous le voulez, je suis d’accord et je suis honoré.’ Il dit à Daniel Kabou : ‘Donne-moi le décret.’ Il le signe et le fait publier. Ensuite il me demande de m’asseoir. Pendant trois heures de temps, il m’a donné ses orientations, ses conseils. Il me dit : ‘Tu sais que je t’aime comme mon fils. Je te considère comme mon fils. J’ai de l’affection pour toi. Mais ce n’est pas pour cela que je te nomme. Je te nomme parce que tu es l’homme de la situation. Tu es mon choix, tu es le choix de l’immense majorité des camarades de mon parti. Donc je veux que tu saches que ce n’est pas un choix purement subjectif. C’est un choix de raison.’

        Confiscation du pouvoir par les Sérères ?

        Après, il m’a dit : ‘Le gouvernement, tu le formes comme tu le veux, mais tu sors telle personne. Tu veilles à l’équilibre régional. Tu fais ceci, tu fais cela, etc.’ Et, à la fin, et ça c’est important, chers compatriotes sérères (en s’adressant à quelques sérères présents dans la salle, Ndlr), il me dit : ‘Quand tu feras ta déclaration à l’Assemblée nationale, je veux que tu dises que tu as un quart de sang wolof, un quart de sang de sérère, un quart de sang peul, un quart de sang toucouleur.’. Il avait ce souci parce que je m’appelais Diouf. Il ne voulait pas que les Sénégalais pensent que le pouvoir était confisqué par les sérères. Lui, Senghor, était sérère, moi c’est Diouf, c’est évidemment sérère. Il voulait qu’on sache que j’étais une sorte de métissage. Et j’ai dit cela à l’assemblée nationale. Il m’a dit autre chose. Il m’a dit : ‘Quand j’écris aux ministres, je dis : ‘mon cher ministre’. Mais toi, quand je t’écrirai, je dirai : ‘M. le Premier ministre’. Et il a ajouté, ‘c’est plus respectueux, c’est plus distant’. Et dans les jours qui ont suivi, il a demandé à son épouse, Mme Senghor et son fils, Philippe, de venir rendre visite à mon épouse en compagnie de son fils, Pape. C’est extrêmement rare.’

        Les remontrances de Senghor

        ‘Il m’a quand même écrit une vraie lettre de reproche parce que j’avais pris l’habitude de me mettre derrière quand les gens se bousculaient pour se mettre à côté de lui. Il n’aimait pas cela et m’a dit : ‘Je constate, à chaque fois, que tu es derrière.’ Je lui dis : ‘Oui, monsieur le président, les gens…. ’. Il me dit : ‘Non, non, tu dois t’imposer…’. Il me l’a dit deux à trois fois et quand il a vu que je ne m’exécutais pas, il m’a écrit une lettre en disant : ‘M. le Premier ministre, je constate, en dépit de toutes les remarques, que vous persistez à vous mettre derrière. Je vous ordonne de vous mettre à côté de moi.’ Même quand il allait devant le drapeau, il s’arrêtait quelquefois et demandait à la musique de s’arrêter pour me dire : ‘Il faut venir (il mime le geste par la main, Ndlr). Ça montre quelles étaient nos relations. Je passe vite parce qu’il y a tellement de choses à dire.’

        Refus de reconnaître le parti de Boubacar Guèye

        ‘Mais il y a des choses qu’il faut quand même expliquer. Un jour, j’avais reçu Me Boubacar Guèye qui est un grand homme politique sénégalais qui a quitté le Parti socialiste et qui est venu me dire qu’il va déposer les statuts de son parti basé sur les valeurs de l’Islam. Je lui ai dit : ‘Boubacar Guèye, l’Islam ne t’appartient pas. Il n’est pas question que nous acceptions un parti basé sur les valeurs religieuses.’ Il m’a dit qu’il y a la démocratie chrétienne en Europe. Je lui ai dit que c’est un autre contexte historique. Ici nous ne l’accepterons pas. Il m’a dit qu’il va déposer ses statuts, mais que je ne pouvais pas m’y opposer. Quelques jours après, il revient me voir en me disant : ‘D’ailleurs j’ai vu le Cardinal Thiandoum, mon parti va s’appuyer sur les valeurs religieuses. Cela te convient ?’. Je lui ai dit : ‘Cela ne me convient pas davantage. Je ne vois pas pourquoi tu feras un parti basé sur les valeurs religieuses alors que nous sommes un pays laïc. Le Sénégal est une République démocratique, laïque et sociale. Je n’accepte pas.’ Le lendemain, il y avait un comité central du Parti socialiste.

        J’étais à côté du président Senghor et je lui ai dit : ‘M. le président, voilà ce que Boubacar Guèye m’a dit. Je ne suis pas d’accord.’ Il m’a dit : ‘Tu as raison. Donc, il faut qu’on fasse une modification constitutionnelle pour préciser cela.’ La fécondité de cet homme est extraordinaire. Il ne connaissait pas le problème. Je venais de le lui exposer. Il m’a dit qu’il faut mettre : ‘Aucun parti ne peut se fonder sur la religion, le sexe, la race, l’ethnie, la langue, la région, etc’. Il y en avait sept. Ce sont des facteurs de rupture de l’unité nationale. Et nous avons fait adopter cette disposition de la Constitution. C’est à cette époque qu’il a fait la loi sur les courants pour indiquer qu’on avait un multipartisme organisé avec quatre courants. Tout cela est connu, je ne vais pas y revenir. Vous allez me dire : ‘Pourquoi avez-vous fait sauter le verrou quand vous êtes devenu président de la République ?’ C’est parce qu’il y avait tellement de partis qui étaient dans la clandestinité. Ce n’était pas sain pour la démocratie. Mais au moment où il avait fait ça, c’était ça qu’il fallait faire. Il faut le reconnaître. Moi, quand j’étais arrivé, il fallait franchir une étape supplémentaire.’

        ‘Il y avait quelques chefs d’Etat qui avaient manqué de respect à Senghor lors de certaines réunions de l’Oua, à qui j’ai montré comment je pouvais régler des comptes.’

        Conflit Senghor et Cheikh Anta Diop

        Liliane Kestellot (présente dans la salle, Ndlr), tu m’avais dit et tu l’as écrit dans ton livre : ‘Qu’est-ce que tu va faire pour Cheikh Anta Diop ?’ Il y avait un contentieux lourd entre Senghor et lui. Senghor ne pouvait rien faire. C’est à cela que servent les successeurs. Moi, arrivant, je pouvais décider de le nommer professeur à l’Université. Ils avaient un gros contentieux. Je suis un grand lecteur de la Bible. Salomon était le fils de David. David avait subi beaucoup d’humiliations, beaucoup d’attaques, il n’a pas réagi. Mais quand Salomon est venu, il a récolté des comptes que son père n’a pas pu régler. Je n’ai pas dit que je vais régler des comptes. Mais j’en avais réglé quelques-uns quand même. Il y avait quelques chefs d’Etat qui avaient manqué de respect à Senghor lors de certaines réunions de l’Oua, à qui j’ai montré comment je pouvais régler des comptes. Senghor m’avait dit qu’il faut être ferme, sans cruauté inutile, ni faiblesse coupable. C’était un homme d’équilibre. (…).’

        Des ‘peaux de bananes’

        ‘Il y a l’article qui a fait du Premier ministre le dauphin du président de la République. Ce qui m’a valu quelques peaux de bananes. Les gens disaient qu’il n’est pas écrit dans la Constitution que c’est Abdou Diouf. ‘Alors, pourquoi on ne s’arrangerait pas pour que Abdou Diouf tombe, pour que nous succédions à Senghor.’ Bref, tout cela, c’est de l’histoire ancienne. Ce qui est important, c’est ce qui s’est passé en août 1977. Le président me demande de venir passer trois jours de vacances en Normandie avec mon épouse. A l’époque, il y avait des Sénégalais qui avaient dit qu’il avait des châteaux en Normandie. Il n’a pas de château. Ceux qui ont été en Normandie savent que c’est un petit manoir. D’ailleurs il n’y avait qu’une salle de bain. La meilleure preuve, c’est que le soir, avant qu’on ne se couche, il m’a dit : ‘Abdou, demain matin, une fois que j’aurais pris mon bain, je te demanderai de venir prendre ton bain dans la même baignoire après.’ Cela montrait que c’était un homme frugale, économe. Jamais Senghor n’aurait fait une chose pareille. Mais bon, passons !

        Nous avons joué au ping-pong. D’ailleurs, Mme Senghor m’a reproché de ne pas avoir été diplomate parce que j’ai battu le président. Il m’a dit, après le déjeuner – ceux qui connaissent Senghor savent qu’il déjeune à partir de 12 h 30 et va faire sa sieste une demi-heure. Après il vient prendre son café et commence à travailler à 14 heures 20 – viens dans la salle que j’ai revue en 2006 avec émotion et me dit : ‘Voilà ce que je vais faire. Je vais me représenter aux élections de février 1978. Si je suis élu, je compte aller jusqu’en novembre 1981. Après je démissionnerai et tu continueras le mandat.’ Mais entre-temps, il a avancé son départ en disant : ‘Ce n’est pas la peine d’attendre jusqu’à novembre pour ne dire que ça. Cela n’a pas de signification. Je vais profiter de mon message du 31 décembre 1980 pour que tu puisses prêter serment le 1er janvier 1981. Donc il y a eu un changement dans la situation. C’est comme cela que les choses se sont déroulées. Ce qui m’a valu d’être président de la République.’

        Hernie discale

        ‘Une dernière chose importante : il m’avait dit qu’il faut être républicain. Il m’avait dit qu’on ne donne pas de noms de monuments, des rues à des vivants. Je te demande de ne jamais le faire. J’ai respecté ça. Mais en 1995, j’ai eu un accident de santé. J’avais eu une hernie discale. Quand on vous endort par anesthésie, vous ne savez jamais si vous vous réveillerez. C’est vrai. J’ai vu la mort d’André Peytavin, de Dieynaba Wélé qui ont été anesthésiés et qui ne sont pas réveillés. Quand je me suis réveillé, j’ai eu la peur de ma vie. J’ai dit : ‘Mon Dieu !’. Je me suis dit là, je vais pour la première fois lui désobéir. C’est pourquoi en 1996, à l’occasion de ses 90 ans, j’ai débaptisé l’avenue Roume qui passait devant le palais pour l’appeler avenue Lépold Sédar Senghor, d’appeler l’aéroport de Dakar, Aéroport Léopold Sédar Senghor, et le grand stade, que j’avais offert à la jeunesse sénégalaise, de 60 000 places, je l’ai appelé Stade Léopold Sédar Senghor. Il y a tellement de choses à dire, mais je m’arrête là. (…).’

        Rassemblés par Moustapha BARRY (Correspondant permanent à Paris)

        0

        Même charge ministérielle que Karim Wade

         

        ‘J’ai gardé le cabinet. Le président Senghor m’a demandé de cumuler le cabinet et le secrétariat de la Présidence de la République. C’était une chose très difficile. C’était la première organisation du Festival des arts nègres en 1966. A un certain moment, il a vu que la charge était lourde et il avait eu besoin qu’un directeur de cabinet soit là, un secrétaire général dans un régime où il n’y avait pas de Premier ministre qui tienne la machine gouvernementale. En plus, chaque fois qu’il y a un ministère défaillant, il le supprimait et le rattachait à la présidence, donc au secrétariat général. Ce qui fait que je me suis retrouvé avec la coordination de l’action gouvernementale, mais avec les arts et lettres, l’information, les parcs nationaux. Et à ce moment-là, Christian Valentin a dirigé le cabinet. C’est à cette période qu’on a commencé à parler de la francophonie institutionnelle. C’est Christian Valentin et moi, aidés par un de nos collaborateurs, qui avons été les premiers à jeter les bases, l’avant-projet de texte de l’Acct. Nous avons été les premiers à faire l’ébauche du texte. Ensuite le texte a été travaillé pour devenir le texte qui a été signé le 20 mars 1970. (…).

         

        Au bout d’un certain temps, le président Senghor ne voulait pas me lâcher, mais disait aux gens : ‘Abdou me permet de travailler.’ C’est étonnant parce que c’est comme si Abdou, lui, ne travaillait pas. Mais ‘Abdou me permet de travailler’, cela veut dire qu’il le dégage des tâches quotidiennes pour qu’il puisse se consacrer aux grandes orientations, à la politique internationale. Cela se passait bien. J’ai fait un bref passage aux ministères du Plan, Energie, Hydraulique. Souvent, quand on dit dans la situation actuelle du Sénégal – je n’en parle jamais – que M. Karim Wade a un ministère trop gros, il y a trop de choses, je dis qu’il faut que les gens aient de la mémoire et se reportent à ce fameux ministère avec la confiance du président Senghor où j’avais l’Industrie, les Mines l’Energie, l’Hydraulique, l’Animation urbaine… Enfin, il y avait énormément de choses. C’est à la même période que nous avons réalisé l’alimentation de Dakar par le Lac de Guiers. C’est la période où nous avons nationalisé la Senelec. Et il fallait trouver les financements à l’extérieur.’

         

        Titre xalimasn.com

        sam_0561.mp3 SAM-0561.MP3  (1.3 Mo)

          1

          Karim Wade, un temps de parole de 1H20

          Alors que le président de séance du séminaire gouvernemental Me Abdoulaye Wade a sommé ses ministres d’être brefs et précis en évitant de « longs développements », le ministre d’Etat Karim Wade a passé plus d’une heure de temps au micro pour exposer sur ses différents départements.

          C’est presqu’un cours magistral que le ministre d’Etat Karim a donné lors du séminaire gouvernemental. Invité par Me Wade à être bref et précis, le discours de Karim Wade a beaucoup tiré en longueur. Il a parlé pendant 1heure et 20 minutes pour exposer sur les réalisations notées dans différents départements qui lui sont confiés. Il s’y ajoute que le ministre délégué Ibrahima Sarr n’a passait que  10 minutes au micro. Ainsi, les départements de transport aérien, des infrastructures, de la coopération internationale en passant par l’énergie, Karim Wade a tout passé au peigne fin.

          Normal, diront certains, parce qu’il ne gère pas  moins de cinq départements ministériels réunis en un. Au même moment, aucun de ses collègues ministres n’a dépassé une demi-heure de parole. S’agit-il de favoritisme ou d’une dérogation  particulière? Pourtant, Me Wade était ferme sur les longs développements. [xalimasn.com] «Ce séminaire est un séminaire de réflexion et non pas de dissertation. Je ne veux pas de très longs développements. Je ne voudrai pas à avoir à interrompre des intervenants. Seulement je serai obligé de le faire si quelqu’un s’écarte du sujet», a avertit Me Wade. 

           

          suivez les recommandations de Wade à partir de 4mn 29

          1

          Entre la chanteuse Viviane et la famille de Wade, c’est le parfait amour. Le fils du président de la République, Karim wade l’appelle « Maman » pour ne pas dire Viviane, prénom que porte aussi  la maman du fils de Wade.

          Rappel, Viviane a été reçue au palais ce lundi pour présenter à Wade ses trophées de l’Afrontainment Music Award.

          xalimasn.com

           

          CARICATURE

          radiosudfm
          radioxassida
          rewmi
          rfm
          zik
          jaamilahi
          zik

          TAKOUSSANOU DJOLOF

          0
          “Pourquoi tant de remous dans les partis politiques: P.S/P.D.S/ Reewmi? C’était dans Takoussanou Djolof avec Mayacine Diop et Adama Diouf.. cliquer ici