rdc

 Le match

 

 

 Les Lions ont obtenu samedi la qualification pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2012, en dominant la République Démocratique du Congo (RDC) en match comptant pour la cinquième journée des éliminatoires de cette compétition.

Fiche technique :
- Stade : Léopold Sédar Senghor
- Public : nombreux

- Arbitres : Nomandiez Désire Doué, Songuifolo Yéo et Kouadio Eugène Oussou (Côte d’Ivoire)

- Buteurs : Moussa Sow (34-ème et 50-ème mn)

- Avertissements : Kader Mangane (21-ème mn), Souleymane Diawara (72-ème mn), Cheikh Mbengue (81-ème mn) pour le Sénégal et pour la RDC Mulotopa P Kabangu (68-ème mn), Joël Kimuaki (85-ème mn)

- Sénégal : Bouna Coundoul, Cheikh Mbengue, Jacques Faty, Kader Mangane, Souleymane Diawara, Rémi Gomis (Matar Thoiune, 76-ème mn), Mohamed Diamé, Pape Kouly Diop (Malickou Diakhaté, 60-ème mn), Papiss Demba Cissé, Moussa Sow, Ndiaye Dème Ndiaye (Diomansy Kamara, 72-ème mn). Entraîneur : Abdoulaye Sarr.

- RD Congo : Muteba Kidiéba, Eric Nkulukuta, Jean Kasula, Joël Kimuaki, Kazembe Mihayo, Tshimiyama Tsniolola (Simbi Ebunga, 87-ème mn), Mulotopa P Kabangu, Patrick Ilongo, Hugues Bedi (Bosenge Bakongolia, 67-ème mn), Trésor Mputu, Kanda Mukok. Entraîneur : Claude Leroy.

Devant un public nombreux, les Lions devaient chercher un point pour se qualifier à la CAN 2012. Face à une équipe des Léopards de la RDC très motivée, les Lions ont rmarqé un round d’observation dans les dix premières minutes.

Amenés par Trésor Mputu qui revient d’une suspension d’un an, les Léopards déroulent le jeu. Le trio du milieu de terrain sénégalais, Rémi Gomis, Mohamed Diamé et Pape Kouly Diop semble perturbé par le jeu des protégés de Claude Leroy.

Mais ils retrouvent leur rythme grâce à la pression dans le deuxième tiers du terrain. Très présents et jouant collectif, ils réveillent les attaquants. A la 10-ème mn, Jacques Faty parti du milieu adresse un centre. Ndiaye Dème Ndiaye reprend de la tête. Son ballon trouve les pieds du gardien Muteba Kidiéba.

Premère frayeur dans le camp des Léopards, le public donne de la voix. Les protégés de l’entraîneur Abdoulaye Sarr, qui a pris la place d’Amara Traoré suspendu, prennent l’avantage du jeu.

Papiss Demba Cissé, Moussa Sow et Ndiaye Dème Ndiaye donnent du fil à retordre à la défense des Léopards.

A la 34-ème mn, Ndiaye Dème Ndiaye sert un ballon à Papiss Demba Cissé à l’entrée de la surface de réparation. L’attaquant de Fribourg (D1 allemande) sert un caviar à Moussa Sow.

Bien placé, Moussa Sow place un tir qui sera repoussé par le gardien des Léopards. Mais, il suit l’action en buteur pour ouvrir le score.

Comme au match aller où il avait ouvert son compteur buts avec les Lions, le meilleur buteur du championnat de France, la saison dernière, donne l’avantage à son équipe.

Le public exulte. Les premières fumigènes sont allumées. Avec ce score, les deux équipes vont à la mi-temps.

Dés la reprise, les Lions accentuent la pression. Sur un corner de Ndiaye Dème Ndiaye à la 50-ème mn, Papiss Demba Cissé reprend de la tête.

Moussa Sow, par le genou, envoie le ballon au fond des filets des Léopards. Il marque son deuxième but du match.

Le staff technique du Sénégal choisit de maintenir l’avantage en entrant un défenseur au milieu. Pape Malickou Diakhaté prend la place de Pape Kouly Diop mais le public rouspète.

Les Léopards éprouvent des difficultés pour revenir au score. Les Lions en profitent pour régaler le public. Papiss Demba Cissé (70-ème mn) et Matar Thioune (86-ème mn) ratent à deux reprises l’occasion d’inscrire le troisième but.

Un individu a failli gâcher la fête des Lions en entrant sur la pelouse. Mais il est vite maîtrisé par la sécurité.

Au coup de sifflet final de l’arbitre ivoirien Nomandiez Désire Doué, le public réserve un standing ovation aux Lions.

Le Sénégal retrouve la CAN, après avoir manqué l’édition angolaise en 2010.

BHC/AD

aps.sn

 

 

Jeu des Lions: Une question de système

Les Lions du Sénégal se sont qualifiés à la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) 2012 en battant les Léopards de la République démocratique du Congo (RDC) par deux buts à zéro, samedi au Stade Léopold Sédar Senghor de Dakar.

ndamli.sn

Enfin le peuple s’est régalé du beau jeu des « Lions ». Même si le jeu était loin de la perfection, la prestation des « Lions » de samedi aura réussi à dissiper certaines inquiétudes. Mais, s’ils ont réussi à dompter les Congolais et se montrer séduisants, c’est que le fameux 4-2-4 a été enterré par un nouveau système qui a complètement changé le visage de l’équipe.

On ne parlera pas de surprise. C’était programmé bien avant cette cinquième journée que le Sénégal allait dérocher sa qualification pour la prochaine Coupe d’Afrique des nations. Un seul point pour valider le ticket, l’opération était en fait loin d’être une équation diable pour Moussa Sow et compagnie qui ont déjà balayé sur leur passage l’un des géants du football africain, le Cameroun. Mais, impossible peut-être de parler de la qualification des « Lions » sans parler du niveau du jeu de l’équipe, surtout la grosse prestation de samedi. Oui, grosse si on jette un regard dans le rétroviseur pour revoir ce que les « gosses » d’Amara Traoré ont toujours servi au public depuis le début des éliminatoires. Samedi, au moins, il y a eu de la qualité dans le jeu et une esquisse de ce pourrait et devrait être le vrai visage du Sénégal pour la Can dont les joueurs ont réussi à décrocher le ticket avec beaucoup de personnalité.

On comprend alors grand enchantement qui s’est emparé des milliers de supporters ayant fait le déplacement au stade Léopold Sédar Senghor. Et là, on n’attendra pas le rendez-vous fixé par Amara Traoré pour faire son évaluation. Cette fois, on va anticiper sur les évènements d’autant que la prestation des « Lions » hier, remet sur la table le fameux débat sur le système de jeu, principal point de discorde entre le patron de la « Tanière » et la majorité des Sénégalais. Du haut des gradins, Amara Traoré s’est certainement aperçu qu’il avait jusqu’ici entrainé son équipe dans un système dont lui-même ne maîtrisait pas forcément la nature. En effet, entre le casting d’hier et l’incompréhensible 4-2-4 du passé, c’était comme le jour et la nuit. Et au sortir de ce match, les techniciens ne devraient pas manque de revoir leur copie pour adapter l’équipe à un autre système plus équilibriste à l’image du 4-1-2-4 adopté samedi face aux « Léopards ».

ndamly.net

Pour une fois, il y a en effet eu du jeu avec des joueurs plus libérés et une bonne coordination entre les lignes. Une défense moins acculée, un milieu moins vagabond et une attaque plus correcte, le nouveau système a ainsi permis à l’équipe de se libérer et présenter enfin le visage parfait de la grande équipe dont se glorifient les Sénégalais et qui incarne le rêve de tout un peuple. Même si Ferdinand Coly et les autres reconnaissent qu’il reste encore beaucoup à faire, il reste clair que cette équipe, bien travaillée, peut faire des misères à la Can. En tout cas, pour beaucoup de Sénégalais, le match de samedi restera le véritable symbole de la renaissance d’un football anéanti par une double élimination en Coupe d’Afrique et en Coupe du monde en 2010. L’espoir d’un retour en grâce peut maintenant être aussi grand que ce rêve étoilé qui fait vibrer le peuple tout entier. Pourvu que la question des systèmes soit définitivement enterrer. Amara a certainement retenu la leçon : le 4-2-4 était bien réel. Mais, il n’a plus sa raison d’être.

 

 

Moussa Sow est l’auteur des deux buts des Lions marqués aux 34-ème et 50-ème minutes.

Le Sénégal retrouve ainsi la CAN, qui se jouera au Gabon et en Guinée Equatoriale en 2012, après avoir raté l’édition 2010 organisée par l’Angola

Buts , résumé du match et réactions joueurs

Récations Laye Sarr et Leroy (RDC)

 

Un point, un tout petit point ! Et ce sera le grand retour des « Lions » du Sénégal en phase finale de CAN, l’année prochaine en Guinée Equatoriale et au Gabon. Et cela, une journée avant la fin des éliminatoires. C’est dire que le Sénégal n’a jamais été aussi bien placé dans une course à la qualification en Coupe d’Afrique des Nations. Traditionnellement, c’est au bout du bout des éliminatoires que le billet lui tombait dans l’escarcelle. Une fois même (CAN 2000), les « Lions » avaient dû en passer par les barrages (contre le Zimbabwe et l’Erythrée) pour être du rendez-vous biennal du foot continental. Quelques années plus tôt (en 1994), c’était même à la faveur d’une « faute administrative » de l’Algérie que le Sénégal avait gagné son droit de siéger à la table des grands.

Cette fois, les « Lions » n’ont point besoin de passer par des chemins sinueux ou de traverse, pas plus qu’ils ne comptent sur personne pour décrocher leur visa à la CAN de l’année prochaine. Tout repose sur leurs pieds et leur capacité à négocier cette avant-dernière étape de la route menant en phase finale. Leaders de la Poule E avec 10 points, ils accueillent ce soir les « Léopards » de la RD Congo qui pointent trois longueurs derrière. Et il leur suffira d’un nul pour composter dès aujourd’hui leur ticket. En effet, dans ce cas, ils ne pourraient que, dans le pire des cas, être rejoints au classement par les Congolais au terme de la dernière journée en octobre. Mais, faudrait-il pour cela que les « Léopards » battent les « Lions Indomptables » du Cameroun, leur ultime adversaire, et que dans le même temps, les « Lions » perdent à Maurice. Et comme les « Lions » avaient eu la bonne idée de s’imposer dès le premier jour des éliminatoires à Lubumbashi face à la RDC (4 – 2), ils finiraient premiers grâce au goal-difference particulier.

Qu’importe, les hommes de l’entraîneur Amara Traoré ne chercheront certainement pas à « jouer le nul ». D’abord, parce que c’est bien aléatoire de choisir d’entrée de rester derrière et pour toute une partie. Ensuite, parce que c’est, semble-t-il, contraire aux principes de jeu de l’équipe. « Je cherche toujours la victoire dans un match et quel que soit le terrain où la rencontre se joue », a plusieurs fois dit Amara Traoré. A plus forte raison donc à domicile. Surtout que ses hommes ont des choses de se faire pardonner après avoir perdu (la face et le match amical) à Dakar même, en aout dernier face au Maroc (0 – 2). Alors, Kader Mangane, le capitaine en l’absence de Mamadou Niang suspendu, et ses partenaires savent ce qu’ils ont à faire. Il leur faut s’imposer pour reconquérir leurs supporters qu’ils avaient sérieusement déçus face au Maroc et leur donner des raisons de croire que la Reconstruction n’est pas qu’un slogan.

On l’a dit, le Sénégal n’a jamais été en aussi bonne position, en situation de se qualifier avant terme. La preuve que, malgré de sérieuses lacunes dans le jeu, cette équipe est redevenue compétitive. Car, on ne la donnait point favorite dans un Groupe E où elle était censée concourir, dans le meilleur des cas, pour une deuxième place qualificative, la première semblant être réservée d’avance au Cameroun. Mais, les « Lions » ont su déjouer les pronostics et bien mener leur affaire. Absents de la précédente CAN en 2010 en Angola, ils ont l’occasion aujourd’hui de renouer avec le haut niveau. Pour cela, il leur faudra gommer les aspérités notées dans leur jeu lors de leur dernière sortie à Dakar, face au Maroc. Ce jour-là, les spectateurs n’avaient pas reconnu leurs joueurs. Aujourd’hui, ils devront être à la hauteur des attentes et de l’évènement. L’enjeu est important : devenir la première génération de footballeurs à qualifier le Sénégal avant même la fin des éliminatoires ! Le talent y est. Le gros problème reste la manière de faire jouer l’équipe. Mais un point, un tout petit point : ce serait le diable si les « Lions », même dans un jour sans, ne parvenaient pas à le décrocher sur leur herbe…

lesoleil.sn

 

Gagner pour se qualifier

Le Sénégal reçoit la Rd Congo, demain samedi à 19h 00 à «Senghor», en match comptant pour l’avant-dernière journée des éliminatoires de la prochaine Can. Un match d’attaque pour les Lions qui devront s’imposer pour assurer leur qualification pour «Gabon-Guinée Equatoriale 2012».

2stv – gagner tel est le leitmotiv des lions du senegal

Du coup, tous les regards sont dirigés vers les coéquipiers en attaque de Moussa Sow, restés deux matches sans marquer le moindre but (Contre Cameroun à Yaoundé et face au Maroc à Dakar). Occasion saisie pour leur donner la parole, avec au bout une promesse de violer à nouveau la cage des Léopards, comme au match aller à Lubumbashi où les hommes de Amara Traoré avaient réussi un retentissant hold up (4-2). MOUSSA SOW : «Rassurez-vous, on ne doute pas !»
«C’est un match que nous jouons pour le gagner. Nous savons que la Rd Congo a de bons joueurs professionnels. Au match aller, on a su être efficaces. On va essayer de faire de même à domicile. C’est vrai que cela fait deux matches qu’on n’a pas marqué. On essaye de se chercher, de faire des combinaisons. Mais il n’y a pas de soucis, car on se connaît bien. Cela fait plusieurs matches qu’on joue ensemble. Après, il ne faut pas tout remettre en cause. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas marqué depuis deux matches qu’il y a plus de pression. Rassurez-vous, on ne doute pas.»


DIOMANSY KAMARA : «On sera prêts !»

«On a une bonne équipe. Tout le monde le sait. Ce n’est pas un hasard si on est premier de notre groupe. On a marqué plus d’une dizaine de buts depuis le début des éliminatoires. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas marqué lors des deux derniers matches qu’il y a un doute. La défaite contre le Maroc va nous booster. C’était un match amical. Mais là, on va jouer le Congo. Un match très important pour nous. Maintenant, on est conscients que le Congo viendra à Dakar pour gagner et se qualifier. Donc, il va falloir qu’on soit sérieux. Je pense qu’on a toutes les chances de notre côté pour réaliser un bon match et se qualifier dès ce week-end. Je pense qu’on sera prêts même si on a beaucoup de respect pour cette Equipe du Congo qui a fait également de bons résultats dans ces éliminatoires. Nos attaquants marquent dans leurs clubs respectifs. On a une équipe qui est en forme. On a réussi à en mettre quatre chez eux, on espère en mettre un ou deux à Dakar. L’adversaire a changé entre temps, c’est vrai, mais on ne se préoccupe pas trop de cela.»

SOULEYMANE CAMARA : «Continuer à travailler devant les buts» 
«Il faut comprendre qu’on ne peut pas marquer à chaque match. Ce sont les réalités du football. On aimerait marquer à chaque fois qu’on est sur le terrain, mais ce n’est pas possible. Maintenant, je pense qu’il faut continuer juste à travailler devant les buts. C’est en répétant les gestes à l’entraînement qu’on va y arriver. C’est ce qu’on essaie de faire depuis qu’on est là. On travaille dur avec le coach pour remporter les trois points de la victoire samedi contre la Rd Congo. On a des attaquants qui sont actuellement en forme. Ils marquent souvent dans leurs clubs respectifs. Donc, je ne vois pas pourquoi cela ne devrait pas être le cas avec la sélection nationale.»

PAPISS DEMBA CISSE : «Le coach va trouver la meilleure formule»
«Je pense que sur les deux derniers matches, on n’a simplement pas eu la chance de marquer des buts. On va essayer de corriger cela. On fait confiance au coach pour cela. Je pense qu’il va trouver la meilleure formule. Il est là pour ça. Il va corriger le petit détail qui nous manque, et Inchallah on va retrouver le chemin des filets. Il n’y a pas de pression. Nous sommes conscients qu’il s’agit d’un match très important. On a bataillé dur pour en arriver là aujourd’hui. Il reste juste un dernier virage à faire. Un nul ou une victoire, peu importe ; l’essentiel, c’est de se qualifier.»

MAME BIRAME DIOUF : «Juste un passage à vide… »
«C’est vrai qu’en ce moment, on manque un peu de réussite. Mais, on travaille beaucoup pour retrouver cette efficacité devant les buts. Je ne pense pas que cela soit vraiment un gros problème. On a les joueurs qu’il faut pour marquer beaucoup de buts. C’est juste un passage à vide qui ne nous inquiète pas trop. C’est cela aussi le football. Il y a des moments où les choses ne marchent pas comme on l’aurait souhaité. Il faut s’arrêter et corriger. Et je pense que le coach est dans cette logique. Depuis qu’on est là, on continue le travail. On est tous gonflés à bloc pour réaliser un bon résultat samedi. Et je crois que la meilleure des manières, c’est de marquer d’entrée. Ce sera un match très difficile. Les Congolais sont physiques. Il va falloir répondre aux duels pour espérer remporter ce match. On a beaucoup à gagner dans ce match. Autant pour la qualification, mais aux yeux de l’opinion, après la défaite contre le Maroc. Une victoire contre la Rdc sera la meilleure manière de prouver qu’on a effectivement une bonne équipe.»

[email protected]

0

«En battant la République Démocratique du Congo, vous avez assuré avec brio la qualification de notre pays à la prochaine édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football, et ce avant même la fin des phases éliminatoires »  a déclaré le Chef de l’Etat dans un communiqué rendu public par son porte-parole.

 

«Au nom de la Nation,  dira-t-il, je tiens à vous dire toute ma fierté et vous adresser, ainsi qu’à votre encadrement administratif et technique, mes chaleureuses félicitations ».

 

«Cette brillante performance traduit assurément la détermination sans faille et la générosité dans l’effort dont vous avez fait preuve tout au long de votre parcours sans faute » dit le communiqué.

 

Le Chef de l’Etat se dit persuadé «que l’engagement patriotique qui vous habite tous vous servira de viatique pour hisser nos couleurs nationales à la plus haute marche du podium à la CAN 2012 ».

0

Originalité dans le discours, appel à l’introspection, refus de se faire pahgocyter par la classe politique classique : le mouvement « Y en à marre » s’est déjà fait une réputation. Ils ont montré une autre facette de la personnalité de leur association en donnant le bon exemple à la fin du match Sénégal – Rd Congo au stade LSS de Dakar.

Samedi dernier, ils ont ainsi été les derniers à quitter les gradins. En effet, ils avaient lancé un mot d’ordre à leurs sympathisants : affluer en masse mais rester sur les gradins à la fin du match pour les nettoyer : sachets, gobelets, papiers et ordures de toutes sortes ont ainsi été enlevés par les « y en à marristes ». Châpeau bas !

1

Le match des joueurs cachait mal un autre match : l’organisation. Après l’envahissement de la pelouse, par le public, à la fin de Sénégal-Cameroun, la Caf a fait appel à un œil très redouté : Walter Gagg, officier de la sécurité de la Fifa. Et sa conclusion n’est pas un mauvais gag ! Il délivre un satisfecit aux organisateurs de Sénégal-Rdc.

 

Habillé d’un tee-shirt de couleur bleue marine à l’effigie de l’instance dirigeante du football, Walter Gagg, classeur et stylo à la main,  a été l’un des artisans de ce match. Dès les premières heures de la matinée, il s’est promené dans le stade Léopold Sédar Senghor pour voir, revoir et même changer certaines choses. Très regardant sur certains détails, le Monsieur Sécurité n’a pas manqué, avant le début du match, de faire changer l’emplacement  des bancs des deux équipes. Ils étaient, selon lui, très éloignés l’un de l’autre, obligeant les organisateurs à définir de nouvelles limites pour les entraîneurs. Il a testé la pelouse à maintes reprises, vérifié les buts en comptant au pas la distance entre les deux poteaux et touché les filets. Pour l’exécution des hymnes nationaux, l’expert Fifa s’est même permis de replacer la fanfare trop proche de la ligne de touche nationaux. Au final, le résultat est probant. «Dans un match comme celui-ci, il faut tout revoir, tout mettre en place et faire quelque chose de bien. Franchement, nous avons été très content de partager notre savoir-faire avec les Sénégalais qui sont très réceptifs », écrit-il.

Le commissaire du match Sénégal-Rdc estime que « le comité d’organisation local, tout ceux qui ont travaillé pour la sécurité, à savoir la police et les autres corps, ont fait un excellent travail ». Note de satisfaction : «Ça nous a fait énormément plaisir de participer à ce match, la victoire est logique et l’ambiance était merveilleuse dans le stade». Toutefois, tout n’a pas été rose lors de cette rencontre. En seconde période, plus précisément, alors que le Sénégal amorçait une contre-attaque vers le but Congolais, un jeune homme, habillé d’un jean noir, à longues enjambées, se dirige vers le rond-central. Il est vêtu d’un tee-shirt blanc sur lequel est inscrit : «Nous réclamons le retour de El Hadj Diouf. »

Pris au dépourvu dans un premier temps, les agents de sécurité se sont, par la suite, rués sur lui pour le mobiliser et le sortir du terrain. Pour Walter Gagg, «c’est un petit incident qui arrive dans tous les stades et son geste n’a pas trop entaché le déroulement du match». Pourtant, avant et pendant la rencontre, le speaker du stade a demandé aux supporters, plusieurs fois, de ne pas descendre sur la main courante car la Caf surveillait le stade Léopold Sédar Senghor de très près. Mais cela n’a pas empêché ce jeune homme de faire passer son message. Tout de même, depuis le début des éliminatoires, c’est la première fois, après un match, que les supporters ne descendent pas sur la pelouse pour féliciter les « Lions » et jubiler à leur manière. Lors de la rencontre Sénégal-Cameroun, un incident de la même nature s’est produit avec, cette fois-ci, un ressortissant gambien qui était entré sur la pelouse avec une pancarte. Dans son message, il demandait au Sénégal et à la Gambie de taire leurs divergences car étant unis et indivisibles.

Pour cet incident, le Sénégal avait été condamné à payer 5 000 dollars. Espérons, pour cette fois-ci, que la sanction ne sera pas lourde de conséquences. Pour une bonne tenue de cette rencontre, 350 gendarmes, 400 éléments du Groupement mobile d’intervention, 80 policiers en civil et 80 sapeurs pompiers ont été mobilisés.

Titre xalimasn.com

0

Battue par la Sierra Leone samedi (1-2), l’Egypte, triple tenante du titre, n’ira pas à la CAN. C’est tout comme pour l’Algérie, tandis que le Cameroun espère encore. Le Sénégal a validé son billet.

Le capitaine Ahmed Hassan et l'Egypte sont éliminés de la CAN, après avoir enlevé les trois éditions précédentes.(AFP)
Le capitaine Ahmed Hassan et l’Egypte sont éliminés de la CAN, après avoir enlevé les trois éditions précédentes.(AFP)

L’édition 2012 comptera deux absents de prestige : tout d’abord, mais ce n’est pas vraiment une surprise, l’Egypte, battue par la Sierra Leone (2-1) sur un but tardif de la nouvelle recrue du Celtic Glasgow, Mohamed Bangura. Les triples tenants du titre (2006, 2008, 2010), représentés vendredi par les – 23 ans nationaux, ne disputeront pas la compétition reine du continent africain pour la première fois en trente ans. Mal embarquée, elle aussi, dans sa campagne qualificative, l’Algérie devrait connaître le même sort après son nul (1-1) contre la Tanzanie à Dar Essalam. Dans ce groupe D, la victoire était impérative pour les hommes de Vahid Halilhodzic, qui devraient avoir toutes les peines du monde à accrocher une 2e place qualificative, vu leur mauvaise différence de buts. Et suivront de près le résultat de Centrafrique – Maroc, ce dimanche.

Le Sénégal sans trembler, le Cameroun quasiment sorti

Le Sénégal a validé son billet pour le Gabon en battant la RD Congo de Claude Le Roy (2-0) grâce à un doublé de l’attaquant lillois Moussa Sow. A une journée de la fin, les Lions de la Teranga ont assuré la première place de la poule E, cinq points devant le Cameroun qui n’a pas – mathématiquement – perdu tout espoir. Après quelques frayeurs et une heure de jeu sans but, les Lions indomptables ont corrigé l’Ile Maurice (5-0) grâce, notamment, un but sur penalty de la nouvelle star d’Anzhi Makatchkala, Samuel Eto’o. Il leur faudra absolument s’imposer en RD Congo, le 8 octobre prochain, pour espérer encore décrocher un des deux accessits attribués aux meilleurs deuxièmes.

La Tunisie en attente, la Libye pour l’histoire

La joie des joueurs libyens.

Dans le groupe K, le Malawi et la Tunisie, à égalité de points, ne sont pas parvenus à se départager (0-0), samedi, à Blantyre. Les Aigles de Carthages restent 3es et devront espérer un faux-pas des Flammes, au Tchad, lors de la dernière journée. A noter également, la victoire symbolique de la Libye, la première depuis la chute du colonel Kadhafi, face au Mozambique (1-0), sur un but de Rabe Allafi. Un match disputé au Caire, à huis-clos, et au cours duquel les Verts ont étrenné leur nouveau drapeau et entonné leur nouvel hymne. La Libye récupère ansi la première place du groupe C devant la Zambie et jouera la qualification lors d’une véritable finale face au Chipolopolo, le 8 octobre prochain. (Rédaction)

lequipe.fr

CAN 2012 : l’Angola ne lâche pas l’Ouganda

Les Angolais Manucho et Flavio.

Les Angolais Manucho et Flavio.

AFP

L’équipe d’Angola a empêché celle d’Ouganda de décrocher son billet pour la prochaine Coupe d’Afrique des nations. En battant les Cranes 2-0, ce 4 septembre 2011 enéliminatoires de la CAN 2012, les Palancas negras ont conservé une chance de ravir la première place du groupe J aux Ougandais lors de la dernière journée.

L’équipe d’Angola participera-t-elle à la CAN 2012 après avoir organisé l’édition 2010 ? La sélection angolaise a conservé un espoir de qualification grâce à une victoire 2-0 contre l’Ouganda dans la poule J des éliminatoires.
Les joueurs entraînés par l’Ecossais Bobby Williamson conservent toutefois les cartes en main avant la dernière journée des éliminatoires pour la CAN 2012 : ils accueilleront les Kenyans tandis que les Angolais, désormais 2es à 1 point se déplaceront en Guinée Bissau.A Luanda, ce 4 septembre 2011, Manucho et Flavio Amado ont enfoncé la défense des Cranes causant la déception dans les rangs ougandais. Un match nul suffisait à qualifier les Est-Africains pour leur première phase finale depuis 1978.

rfi.fr

CAN 2012 : la Guinée s’offre une finale au Nigeria

Le Guinée Pascal Feindouno.

Le Guinée Pascal Feindouno.

AFP

L’équipe de Guinée a pris une option sur la qualification en phase finale de la CAN 2012 grâce à sa victoire 1-0 contre l’Ethiopie ce 4 septembre 2011. Le Sily national disputera une « finale » au Nigeria, en octobre, lors de la dernière journée des éliminatoires.

Un petit point, c’est ce qui manque à l’équipe de Guinée pour retrouver la Coupe d’Afrique des nations après avoir manqué l’édition 2010 en Angola.

Résultat : les Guinéens joueront leur place en phase finale de la CAN 2012 au Nigeria, le 7 ou le 8 octobre, lors de la dernière journée des éliminatoires. Un match nul suffirait aux joueurs de Michel Dussuyer pour éliminer les Super Eagles et s’ouvrir les portes de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (21 janvier-12 février 2012 au Gabon et en Guinée équatoriale).Le Sily national a porté son capital à 13 points dans le groupe B après s’être imposé 1-0 face à l’Ethiopie, ce 4 septembre 2011, en éliminatoires de la CAN 2012. Le défenseur vétéran Dianbobo Baldé a porté l’estocade à la 33e minute, enfonçant au passage les Antilopes Walya.

rfi.fr

3

Un bonheur à savourer, ce retour des «Lions» à la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN), après le cauchemar gambien de 2008 !! Banni par la fédération pour propos jugés diffamatoires, El Hadj Diouf, qui rêve toujours de la Tanière, avertit : «le plus dur reste à faire». La tension, autour de ce match, était dure à vivre. Au bout des 90 minutes, la qualification est acquise pour la Coupe d’Afrique Gabon-Guinée Équatoriale 2012. El Hadj Diouf, international sénégalais «ignoré» par l’encadrement technique et sous le coup d’une suspension par la Fédération sénégalaise de football, a adressé ses félicitations aux «Lions» du Sénégal, qui sont venus à bout des «Léopards» de la République démocratique du Congo (RDC), ce samedi 3 septembre, par 2 buts à 0, en match joué au stade Léopold Sédar Senghor. «La tension s’explique par les attentes. C’est une soirée à savourer. Il faut comprendre que le football évolue dans les deux sens : la victoire et la défaite», indiqué Diouf, peu après le match, par téléphone, sur les ondes de la TFM. Cette mission accomplie, El Hadj Diouf a sonné l’alerte. Il a prévenu n’être pas un adepte de la langue de bois, en abordant l’avenir de ce «Groupe Sénégal». Les politiques apprécieront : «Je ne suis pas un politicien. C’est le souci de dire la vérité qui guide mes interventions. Je souhaite que mon pays remporte un jour la Coupe du monde et tous les autres trophées. Le staff (technique : ndlr) a regardé tous les matches. Il y a du boulot ! Le plus dur reste à faire. J’espère que l’encadrement tirera les enseignements, car jouer la Can, ce n’est pas une partie de plaisir ! Beaucoup de réglages doivent être faits.» Ces changements, à l’entendre parler, concernent la façon de jouer. Une meilleure maîtrise donnerait plus d’allant et d’assurance au collectif. «Pourquoi avoir eu peur ? Ce n’était que le Congo !», s’est-il étonné. Interrogé sur une éventuelle rencontre avec les responsables fédéraux, qui l’ont fait sanctionner pour propos diffamatoires, Diouf a révélé que ses avocats ont écrit à l’instance dirigeante du football sénégalais, aux fins de tirer cette affaire au clair. Sur son absence durant la séance où son sort a été scellé, l’attaquant sénégalais a assuré n’avoir reçu aucune convocation fixant les modalités de son audition. «Ils disent m’avoir convoqué. C’est leur droit le plus absolu de me sanctionner. Cependant, je n’ai reçu aucune lettre dans le sens de mon audition, même pas un huissier ! La loi me donne la possibilité d’apporter un éclairage sur les faits qui me sont reprochés. Je suis quand même une voix autorisée dans le foot sénégalais ! C’est ma connaissance du milieu qui guide mes sorties.», s’est-il défendu. Enfin, Diouf s’est prononcé sur sa future destination, après la résiliation de son contrat avec le club de Premier League anglaise, les «Blackburn Rovers». «Je suis annoncé partout : en Arabie Saoudite, au Qatar, etc. Vous verrez ce qu’il en sera, dans trois ou autre jours. J’ai reçu beaucoup de propositions. Je pèse le pour et le contre, afin de faire le bon choix et, surtout, faire partie des sélectionnés à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, avec les « Lions » du Sénégal», a-t-il conclu.

1

ndamli.sn

Samedi était un jour de gloire pour les « Lions ». Ils sont désormais devenus les seigneurs de la planète foot sénégalaise. En battant avec autorité la RDC dans le cadre des éliminatoires à la Can, les protégés d’Amara Traoré seront bien à Gabon-Guinée Equatoriale 2012. Une journée historique après une année de campagne. Voici en miniature les grands messieurs de la soirée de samedi.

Bouna Coundoul : Il n’avait pas besoin de forcer son talent. Devant, il n’y avait presque rien qui pouvait inquiéter avec une tour de garde bien fermée et un Trésor Mputu trop esseulé pour inquiéter. Mais, Bouna traîne toujours les mêmes problèmes : parfois trop hésitant dans ses sorties et lent comme un caméléon au moment de la relance. Ça va quand même.

Cheikh Mbengue : de l’envie et de la détermination, mais cela n’a pas suffi à faire du flanc gauche du Sénégal un mur infranchissable. En réalité, l’arrière gauche toulousain avait un sérieux candidat devant. Mais, il s’est tout de même tiré d’affaire et souvent très sollicité dans les montées. Cependant, le seul souci c’est qu’il oublie parfois le rôle premier d’un défenseur : défendre d’abord.

Jacques Faty : le forgeron c’est lui. Le roc c’est lui. La solution c’est encore lui. L’homme du match, toujours lui. Jacques était tout simplement dans une forme insoutenable. Plus offensif que les attaquants et aussi défensif que le gardien de but, le « turc » a été énorme. Ce Sénégal-Congo a ressuscité le « bad boy » dont se glorifiait la France toute entière. Si ça continue comme ça, Laurent Blanc et les « quotatistes » remettront l’histoire des quotas sur la table. Bref, Jacques a bien marqué des points. Lamine Sané a dû apprécier de son salon.

Kader Mangane : On le croyait en légère perte de vitesse, mais le capitaine des « Lions » n’a pas encore atteint l’âge de marcher avec une canne. Comme d’habitude, il s’est encore montré impérial dans la charnière centrale. Très calme, solide et plein de sérénité, le capitaine Mangane a fait le boulot. C’est vrai que Mputu n’est pas Hadji ou El Arabi et le Congo le Maroc, mais, bon… De toutes les façons, lui, c’est toujours l’homme des grand rendez-vous.

Souleymane Diawara : Issa Hayatou devrait être fou de rage. Oui, Souleymane Diawara n’a pas purgé sa peine à la suite d’une expulsion imaginaire contre le Cameroun. Le roc marseillais n’a rien perdu de son caractère de « sale gosse » pour les attaquants. Trésor Mputu était certainement averti à d’avance, le « Soul » ne badine pas avec les gamins déculottés. Des relances dignes d’un meneur de jeu, un tacle rageur sur Kanda Mukok et une main pour anéantir une attaque qui aurait fait mouche, on s’est foutu du carton jaune. Un Diawara comme ça, qui n’en rêve pas ?

Rémi Gomis : il est considéré par Amara comme Xavi et la comparaison semble commencer à peser trop lourd sur les épaules du natif de Versailles. En fait, c’est quoi Rémi ? Un peu à l’image de son équipe Valenciennes en Ligue 1 : il entame bien mais finit mal. Heureusement que Laye Sarr pouvaient encore crier, sinon il aurait donné un infractus à Léopold Sédar Senghor tout entier. Les innombrables pertes de balles commencent sérieusement à inquiéter. Un peu de concurrence au poste d’essuie-glace ne devrait pas déplaire à Amara.

Mohamed Diamé : On l’a senti dans depuis le match contre le Maroc. Une entrée en fanfare et une personnalité infaillible, le milieu de terrain de Wigan, qui n’hésite jamais à porter secours à sa défense tout en gardant un œil offensif sur le duo Cissé-Sow, a livré la même copie devant les « Léopards ». Autoritaire dans le jeu aérien, très à l’aise balle au pied et très engagé dans le marquage, l’avenir semble lui promettre de belles choses avec l’équipe nationale. Match correct.

Pape Kouly Diop : Amara l’a certainement amené pour apporter une petite touche espagnole dans son jeu, de la finesse et de technicité quoi. Mais, le nouveau statut de titulaire semblait trop lourd pour le milieu de terrain de Saragosse qui s’est montré très crispé pour son premier match officiel à Dakar. Mais, Kouly peut mieux faire et il l’a démontré dans ses déplacements et son assise technique. Un peu de confiance et Amara tient un bon meneur.

Papiss Demba Cissé : Cette fois, il n’a pas erré comme un berger peulh. On n’a d’ailleurs jamais vu le deuxième meilleur de la Bundesliga aussi à son aise dans le jeu des « Lions », preuve que c’est le système qui détermine le jeu. Et si Moussa Sow s’est fendu un doublé, il le doit à son « voisin » de devant. Remuant et partout et nulle part, Cissé le genre d’attaquant que déteste Marcel Desailly. Alors, Joel Kimuaki et consorts ne devraient pas faire une exception. La défense congolaise ne pouvait pas chômer. Il n’a manqué que le but pour rendre la tâche parfaite. Mention bien.

Moussa Sow : Décidément, le Congo réussi bien à l’artificier lillois. Son premier but en équipe nationale, il l’avait marqué contre les « Léopards » à Lubumbashi, il y a tout juste un an et samedi, il s’est fendu un doublé pour offrir au Sénégal son ticket pour la Can, lui qui n’en a jamais connu. Une soirée deux fois historique donc pour le buteur du Losc qui a réalisé un match plein à gauche comme à droite. Son malheur, c’est juste que Jacques Faty et Mohamed Diamé étaient au dessus du lot. Mais, rien à dire…

Ndiaye Dème Ndiaye : On aura toujours du mal à le comprendre ou à comprendre le choix de son entraineur de ne pas lui faire confiance. Mais, quad il est dans son match, l’ancien joueur de l’As Douanes est intraitable. C’était le cas samedi. A voir la prestation de l’Arlésien, Amara devrait essayer d’en faire la perle rare dont rêverait tout technicien. Son atout, c’est surtout son pied gauche et il s’en est servi pour régaler. Bon match.

Diomansy Kamara : on ne le surnomme pas le cheval fou gratuitement. Malgré le talent immense, Dio ne parvient toujours pas à se servir de ce don. Jamais simple dans son jeu, l’ancien attaquant de Fulham est toujours aussi farfelu qu’un SDF. Mais, il plait bien à Amara, le maître de la « Tanière ». Ceux qui réclament sa tête devraient donc patienter sagement.

El Hadji Makhtar Thioune : On se demandait ce que servait vraiment un joueur toujours abonné à la place des cireurs. Maintenant, on sait que son coup de patte aime flirter avec les montants, qu’il a une lecture du jeu extraordinaire, « leuk le lièvre » miniature. Normal, Thioune n’est pas né hier et l’expérience, ça compte beaucoup.

Malickou Diakhaté : Léopold Sédar Senghor ne l’aime plus et le public garde une dent contre le « copain » de Dioufy. Perturbé par les huées d’un public fumiste, qui n’hésite pas non plus à l’acclamer au moindre geste réussi, la qualification a été amère pour le nouveau « torero » grenadien. On attend avec impatience prochain single d’El Hadji Diouf.

0

Double bonheur pour Moussa Sow. Le joueur à qui la Rdc réussi visiblement puisqu’il avait marqué lors de la confrontation à l’aller, a été double buteur pour la phase retour et a su porter à bout de pied son équipe. Le Dogue qui se dit très ‘’content’’ se définit en plus comme un joueur de devoir

 

Ndamli.sn : Une victoire et une qualification avant l’heure pour la Can, comment vous appréciez-cela ?

 

On est super content, on est heureux. On a réussi à l’emporter et c’est quelque chose de bien. Tout le peuple a prié pour nous et avec cela on ne pouvait être que bon. Je remercie le peuple sénégalais et je dis que cette victoire c’est pour lui. C’est le fruit d’un long travail, depuis deux ans on est dans la reconstruction avec le staff et la fédération et aussi bien nous les joueurs. On a essayé de créer un vrai groupe pour aller de l’avant. On savait que cela allait être dur et aujourd’hui on est qualifié à la Can on espère que ce sera un bon début

Ndamli.sn : Double buteur sur ce match assez important, on peut dire que la Rdc vous réussit bien ?

Je suis content, moi je joue pour l’équipe d’abord. Maintenant quand je joue je donne mon maximum et quand je ne joue pas je supporte mes coéquipiers, je suis là pour faire mon devoir et rentrer à la maison. Je suis content. Cela fait chaud au cœur. C’est vrai que j’avais inscrit mon premier but face à l’équipe du Congo et là également je marque, c’est un plaisir.

Ndamli.sn : Vous jouez à droite et marquez deux fois, est-ce à dire que c’est votre poste de prédilection en sélection ?

Je reste à la base un attaquant axial maintenant je peux rendre service pourquoi pas à droite. Aujourd’hui ça a été le cas, j’ai rendu service en jouant à droite et si demain on fait appel à moi pour la même chose, je m’y plierais sans problème

Ndamli.sn : La qualification avant la dernière journée ?

C’est vrai qu’on est qualifié avant la dernière journée mais il reste un match à disputer en Iles Maurice. On se doit d’aller là-bas pour faire notre travail. Ça ne va pas être une partie tourisme ou faire des vacances. Ce sera un match officiel

0

Le Cameroun a battu l’Île Maurice ce samedi à Yaoundé 5 buts à 0. Un match comptant pour la 5ème journée des Eliminatoires CAN 2012.

A l’aller, le Cameroun s’était imposé devant l’Île Maurice 1-3. Les lions indomptables occupent désormais la 2ème place du groupe E avec 8points derrière le Sénégal (10 points) et devant la RD Congo (7points).

Ndamly.sn

LES CHRONIQUES DE XALIMA

CARICATURE

radiosudfm
radioxassida
rewmi
rfm
zik
jaamilahi
zik

TAKOUSSANOU DJOLOF

0
“Pourquoi tant de remous dans les partis politiques: P.S/P.D.S/ Reewmi? C’était dans Takoussanou Djolof avec Mayacine Diop et Adama Diouf.. cliquer ici