revue de presse

0

SENEGAL-PRESSE-REVUE

Magal, protocole de Rebeuss et Journée de la femme en vedette

jeudi 8 mars 2007

 

Dakar, 8 mars (APS)- Les quotidiens sénégalais parvenus jeudi à l’APS sont revenus sur la célébration de la 113-ème édition du Magal de Touba, le protocole de Rebeuss qui renvoie au différend entre Abdoulaye Wade et Idrissa Seck et la Journée internationale de la femme.

Le Quotidien s’intéresse au protocole de Rebeuss et titre : ’’Protocole de Rebeuss : Wade contredit son émissaire, Ousmane Sèye déstabilise le palais’’, et en sous-titres on peut lire : ’’L’avocat réfute tout engagement financier de Idrissa Seck, faux et usage de faux’’.

’’La Présidence de la République ne sait plus que faire de Ousmane Sèye. Ce dernier a littéralement contredit le chef de l’Etat au sujet de l’engagement financier de Idrissa Seck. D’où, la volonté du Palais de lui faire payer sa faute, en sus d’une autre mesure de sanction annoncée du côté de l’Ordre des avocats. De même, le dossier de Rebeuss risque d’atterrir devant le tribunal car, un Directeur général d’une société nationale, présumé faussaire de la signature de Nafissatou Diop, est sous la menace d’une plainte…’’, selon le journal.

Sur la même affaire Le populaire barre ainsi sa vitrine : ’’Deal financier ayant abouti à la libération de Idrissa Seck en février 2006 : Me Ousame Sèye passe à la table’’ . En page intérieure, le journal des ’’Aveux de taille de Me Sèye, avocat de l’Etat’’.

’’Le feuilleton du fameux protocole de Rebeuss, dernier épisode de l’avenir politique de idy ?’’, s’interroge le quotidien Le messager.

Travail d’archives par xalimasn.com

 

0

La presse de ce jeudi fait ses choux gras sur le passage de Karim Wade au domicile de Macky Sall à Fatick pour rendre visite à sa mère. Une maman qui est décédée depuis quatre ans. Une bourde selon la presse qui se demande ce que cherche réellement le fils du président à travers ses visites inopinées.

 

« Karim Wade commet la bourde de trop », titre « Walf Grand-Place ». En effet, selon « L’As », en « escale inopinée hier à Fatick, Karim Wade « rend visite » à la mère de Macky Sall…décédée depuis 4 ans ».

« Le Populaire » parle de « bizarrerie autour du déplacement du fils du chef de l’Etat » pour dire, lui aussi, que « Karim va saluer…la mère de Macky Sall décédée en 2007 ». « Les jeunes de l’Apr de Fatick s’énervent et l’accusent de vouloir semer la confusion », ajoute « Le Populaire ».

« Le Quotidien » note que « Karim Wade frise le ridicule ». « Il demande des nouvelles de la maman décédée depuis 2007, accueilli par la domestique, il est sauvé par l’oncle maternel de la furie des jeunes », indique « Le Quotidien ». Ce qui fait dire à Pape Mor Seck, responsable de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (Ujtl) de Fatick : « Nous déplorons cette visite ».

En fait, croit savoir « L’Observateur »« Karim Wade (est) un « homme mort » qui marche ».

« Vilipendé par-ci, critiqué par-là, Karim Wade, le fils du Président a passé un été tumultueux. Aujourd’hui, il essaie de se relancer sur la scène politique nationale par des coups d’éclats médiatiques », écrit « L’Observateur ».

« EnQuête » se demande ce « que cherche donc Karim ! ».

« Karim semble initier une nouvelle méthode ! Après Idrissa Seck avant-hier à l’hôtel Saint-James, le voilà qui débarque à l’improviste chez un postulant au fauteuil de Gorgui (surnom du président de la République, Me Abdoulaye Wade : Ndlr), Macky Sall. Seulement, Karim n’a trouvé sur les lieux que domestiques et quelques militants de l’Alliance pour la République (Apr). Et c’est la domestique, qui s’est présentée sous le nom de Khady Diouf sur les ondes de la Rfm qui a témoigné que Karim Wade a demandé après la maman de Macky Sall, pourtant décédée il y a quatre ans (le 22 septembre 2007) de cela », écrit « EnQuête ».

« EnQuête » fait savoir que « Karim ne s’est pas rendu qu’à la maison familiale de Macky Sall. Avant Fatick, il a profité du lancement de l’initiative en faveur du plan Takkal auprès du mouvement « navétanes » pour faire une descente chez Souleymane Ndéné Ndiaye ».

« Walfadjri », lui, note que « Serigne Mamoune Niasse boude Karim Wade » lors de son passage à Kaolack.

« Le Soleil » indique que « à Kaolack où il a lancé le partenariat avec l’Organisme national de coordination des activités de vacances (Oncav) sur le plan « Takkal », le ministre d’Etat, ministre des Infrastructures, des Transports aériens et de l’Energie, Karim Wade, a annoncé la baisse du coût de l’électricité d’ici trois à quatre ans ».

« La vraie bataille de l’électricité, selon Karim Wade, est celle dans laquelle il va s’engager, notamment la baisse du prix du kilowatt heure et des factures d’électricité. Trouvant ces dernières trop élevées pour les Sénégalais, le ministre d’Etat est déterminé à réussir le pari de réduire le coût de l’électricité avec les nouvelles unités de production de charbon que son département est en train de développer », écrit « Le Soleil ».

« Sud Quotidien » donne la parole au Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel) qui déclare qu’il n’y aura pas d’élection sans Wade.

« Aller à l’élection présidentielle sans le candidat Wade », le Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel) ne l’imagine même pas. Et si jamais un tel scénario venait à se produire (invalidation de la candidature de Wade par le Conseil Constitutionnel), les partisans de Toussaint Manga soutiennent qu’il n’y aura pas d’élection au Sénégal. Des révélations formulées en conférence de presse hier, mercredi 28 septembre à Dakar », écrit « Sud Quotidien ».

0

 L’ancien Premier-ministre, Idrissa Seck et le ministre des la Coopération internationale, des Infrastructures, des Transports aériens et de l’Energie, Karim Wade, se sont rencontrés ce lundi à l’hôtel Saint-James à Paris. La presse pense que le fils d’emprunt et le fils biologique étaient en train de discuter sur une sorte de « protocole » en direction de la présidentielle de 2012.

 

« Qu’est-ce qui s’est passé hier en début d’après-midi à l’hôtel Saint-James à Paris ? », se demande « EnQuête ».

« Des rumeurs ont circulé selon lesquelles Karim Wade et Idrissa Seck se sont rencontrés dans ce somptueux palace parisien en face des jardins des Tuileries à quelques minutes de marche du célèbre musée de Louvre sur la place Concorde. Les mêmes rumeurs font état de discussions sur la transition politique au Sénégal. Pour évoquer une sorte de « protocole » comme ce qu’on a connu dernièrement dans l’affaire dite des chantiers de Thiès », note « EnQuête ».

« EnQuête » révèle qu’après vérification, il a été prouvé que « Karim Wade s’est effectivement rendu dans ce célèbre hôtel de 200 chambres et suites. Et qu’au moment où il s’y rendait, aux environs de 14 heures, Idrissa Seck, qui a bouclé depuis avant-hier un séjour aux Etats-Unis, se trouvait également sur les lieux. Le maire de Thiès était en train de déjeuner lorsque Karim Wade est arrivé sur place ».

« Walfadjri » donne la parole à Me Boucounta Diallo qui déclare que « Si maintenant l’opposition, devant l’histoire, ne peut pas résoudre cette équation (candidature unique), pour le grand bonheur des Sénégalais, alors en ce moment-là, la société civile prendra ses responsabilités et fera valoir des candidatures dignes de ce nom ».

Me Boucounta Diallo ajoute dans « L’Observateur » que « la société civile doit aider l’opposition au lieu de multiplier ses problèmes ».

En tout cas, note « Sud Quotidien »« des citoyens s’investissent contre la violence ». En direction de la présidentielle de 2012.

« Le Populaire » informe que « le Sénégal ne fait plus partie des dix pays sub-sahariens où il n’y a aucune différenciation légale fondée sur le sexe ». Ce qui fait dire au journal « Le Populaire » que « la banque mondiale enfonce le Sénégal ».

« Le Soleil » informe que « le 9ème anniversaire du naufrage du bateau le « Joola » a été l’occasion pour les différents intervenants à la cérémonie qui a eu pour cadre le cimetière de Mbao, d’appeler les citoyens à un changement de comportements, pour qu’il n’y ait plus jamais un deuxième « Joola ».

« L’As » indique que « les familles des victimes prient pour la fin du règne de Wade ».

Dans « Walf Grand-Place » les familles des victimes exigent que « la vérité soit dite » au moment où Bécaye Diop, ministre des Forces Armées laisse entendre que« la surcharge est une habitude bien de chez nous ».

0

Dakar, 22 sept (APS) – Les quotidiens sénégalais mettent la gomme jeudi sur les préparatifs de la grande fête musulmane de Tabaski, ainsi que sur les remous dans les marchés publics et dans les coalitions politiques, tandis qu’un incident à l’aéroport international de Dakar occupe le top des faits divers.

‘’Une ligne de crédit de plus d’un milliard de francs CFA sera mise en place pour la Tabaski 2011 afin de permettre aux opérateurs d’approvisionner correctement le marché national. L’ambition est d’atteindre 712.000 moutons pour toutes les régions du pays’’, indique Le Soleil.

Le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, a présidé mercredi un conseil interministériel consacré aux préparatifs de la Tabaski 2011. C’était en présence des ministres des Forces armées (Bécaye Diop) et de l’Elevage (Oumy Khairy Guèye Seck), ainsi que les représentants des services concernés de l’Etat, des éleveurs, des transporteurs et des banquiers.

Pour sa part, Enquête révèle ‘’un malaise’’ à l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP). ‘’Abdel Kader Ndiaye a démissionné de l’ARPM et met en cause Abdoulaye Sylla, président du Conseil de régulation et du Comité de règlement des différends (CRD)’’, selon le journal.

En politique, leurs coalitions ne sont pas encore à la fête. Du côté de l’opposition, certains quotidiens mettent en évidence l’orientation de leur mobilisation ou la difficulté de ses leaders à se mettre en ordre de bataille. En face, souligne la presse, l’épée de Damoclès plane sur la candidature du chef, de même que la sérénité de la troupe est mise en doute.

‘’Les opposants au régime du président Abdoulaye ont la fâcheuse habitude de dire pompeusement, le pouvoir amplificateur des médias aidant, que les Sénégalais adhèrent à leur cause à chaque fois qu’ils organisent une manifestation’’, estime Première Ligne.

‘’La marche du 23 juin prochain ce n’échappera pas à cette règle. Surtout qu’elle a la particularité de tourner essentiellement autour de la candidature du président Wade. Un référendum en quelque sorte. Mais un faux’’, proteste le commentateur.

Pour sa part, Siweul évoque l’état de la coalition de l’opposition, Benno Siggil Senegaal, en direction de la présidentielle 2012. ‘’Pour une transition de trois ans, Tanor (PS) était prêt à se ranger derrière le leader de l’AFP dans le cadre du candidat de l’unité et du rassemblement de Benno (opposition)’’, selon le journal. ‘’Mais le deal a avorté depuis que la phase de transition imposée au futur président de Benno est passée de trois à cinq ans’’, affirme Siweul.

Pour Walfadjri, la sérénité n’est pas de mise dans la majorité en raison de l’avenir de la candidature du président Abdoulaye Wade et de la discipline interne au sein de sa coalition. ‘’Derrière l’optimisme qu’ils affichent, se cache véritablement une peur bleue des libéraux’’, selon le journal.

‘’Celle (la peur) de voir leur candidat disqualifié par le Conseil constitutionnel ou, si ce dernier se présentait en 2012, être mis en ballottage. L’un dans l’autre, les conséquences seront incalculables pour le camp du pouvoir. Raison suffisante pour que les partisans de Wade jouent leur va-tout’’, poursuit Walfadjri.

Walf Grand-Place rappelle le deuil qui frappe la classe politique avec le rappel à Dieu du député Ndiawar Touré, dont le dernier message téléphonique au journal à été dévoilé. ‘’C’est comme si Ndiawar Touré était encore maire de Rufisque. Le même sentiment de tristesse, qui règne au domicile mortuaire (du défunt) libéral, a vite envahi toute la ville y compris l’institution municipale.’’

En société, le fait divers est unique pour se passer de commentaire. Les quotidiens en font leurs choux gras. ‘’Plongé dans le noir après l’incendie d’une centrale électrique, l’aéroport de Yoff fermé une partie de la nuit’’, rapporte Le Populaire. ‘’Coupure de la piste de balisage hier nuit, l’aéroport de Dakar hors circuit pendant 2 heures’’, précise L’As.

‘’La centrale électrique de l’Aéroport international Léopold Sédar Senghor qui a pris feu, hier nuit, a entraîné des perturbations dans le mouvement des avions. Le vol de Sénégal Airlines en provenance d’Abidjan a dû être redirigé vers Banjul. La RAM a tourné en rond pendant 1h30’’, signale L’Observateur.

Walf Sports annonce l’ouverture de la saison de lutte et précise, à propos des contrats fermes, que ‘’seul Gris-Bordeaux – Mandione est validé’’. ‘’Aucun des grands combats annoncés n’est enregistré’’, écrit le quotidien sportif qui cite le Comité national de gestion de la lutte (CNG).

Dans Sunu Lamb, la spéculation va crescendo sur l’affiche attendue Yékini/Balla Gaye2, avec l’opinion du vétéran Double Less, père de Balla Gaye2, qui reconnaît les performances de Yékini. Mais il estime que son fils est ‘’blindé en Casamance’’ pour tenir tête à l’actuel roi des arènes sénégalaises.

Pour sa part, Stades retourne la liste des 23 internationaux convoqués pour le dernier match de qualification à la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2012) et note ‘’Tavares, Bayal et Guirane en sursis’’. Le journal publie aussi le portrait de l’international ivoirien Didier Drogba, présenté en ‘’patriote et footballeur fédérateur’’ pour la réconciliation en Côte d’Ivoire.

En basket, Le Quotidien rend compte du non-paiement de primes de participation aux Lionnes qui ont refusé d’embarquer pour Bamako, où elles vont jouer l’Afrobasket. ‘’Tandian (Baba, président de la Fédération sénégalaise de basket) confirme et promet’’, tandis que l’entraîneur Moustapha Gaye estime que ‘’c’est très grave’’.

 

SAB

Wade évoque des troubles au Sénégal pour écourter son séjour aux Usa

NETTALI.NET – Le président de la République, Me Abdoulaye Wade, a décidé d’écourter son voyage aux Usa. Il n’assistera pas à une conférence en Pennsylvanie où il est convié. Il justifie cette défection par des tensions qui guettent le Sénégal. Mais la presse pense que c’est pour éviter une humiliation car il a reçu l’information selon laquelle les opposants à sa candidature en 2012 lui réservaient un accueil en rouge.

 

« Le président sénégalais écourte son séjour aux Etats-Unis. Wade invoque « une tension » au Sénégal », titre « Le Quotidien ».

« EnQuête » écrit que « le président Wade devrait rentrer à Dakar vendredi prochain au plus tard samedi. C’est en effet ce que nous soufflent nos satellites établis aux Usa où il prenait part à la 66e session de l’Assemblée générale de l’Onu. En effet, le président Wade a mis une croix sur une visite dans une université de la Pennsylvanie où il était justement attendu samedi prochain, évoquant des troubles qui pourraient survenir au Sénégal ».

« EnQuête » croit savoir que « l’argument de l’instabilité avancée n’est, en réalité, qu’un prétexte pour ne pas assister à un évènement qui allait être un cuisant échec (pour lui). Le président avait l’information qu’en allant à ce rendez-vous, il allait être humilié par des manifestants contre sa candidature à la présidentielle de 2012 ».

« EnQuête » rappelle que « aux États-Unis des membres du M23 (Mouvement du 23 juin), dont Alioune Tine, Secrétaire général de la Rencontre africaine des droits de l’homme (Raddho), Bara Tall de Jean Lefebvre et l’ancien ministre des Affaires étrangères, initiateur du mouvement « Luy jot jotna », Cheikh Tidiane Gadio, ont fait le déplacement au « pays de l’oncle Sam » pour empêcher le président Wade de se pavaner comme il veut… ».

« Le Populaire » note que le « M23 et « Y en a marre » maintiennent la pression sur le président Sénégalais aux Etats-Unis ». Ce qui fa et dire au journal « Le Populaire » que c’est une « visite sous haute tension de Wade à Harlem ».

« Walfadjri » parle de la « validation de la candidature et victoire de Wade en 2012 »et indique que « derrière l’optimisme qu’ils affichent, se cache véritablement une peur bleue des libéraux. Celle de voir leur candidat disqualifié par le Conseil constitutionnel ou, si ce dernier se présentait en 2012, être mis en ballottage. L’un dans l’autre, les conséquences seront incalculables pour le camp du pouvoir. Raison suffisante pour que les partisans de Wade jouent leur va-tout ».

« L’As » parle d’une coupure de la piste de balisage hier nuit pour dire que« l’aéroport de Dakar (était) hors circuit pendant 2 heures ».

En fait, précise « Walfadjri », c’est une centrale électrique de l’aéroport qui a pris feu.

« L’Observateur » explique que du fait de ce incendie, « (l’avion de) Sénégal Airlines (a été) dévié à Banjul (et celui de) la Ram (Royal Air Maroc) a survolé Dakar pendant 1h30 mn). »

« Le Soleil » informe que « l’ancien député-maire de Rufisque, Ndiawar Touré, est décédé, hier, à Paris, des suites d’une longue maladie. La nouvelle, tombée dans la mi-journée, a pris de court tout le monde à Rufisque. Plusieurs personnes ont rallié, par la suite, la maison mortuaire sise au quartier Fass, dans le Nord de Rufisque. Ses amis, ses « frères » de parti ainsi que ses anciens collaborateurs étaient tous plongés dans une grande tristesse en apprenant ce décès brutal ».

« Walf Grand-Place » évoque « son dernier sms (envoyé) à Walf Grand-Place ». « Il tenait à nous ouvrir son cœur », écrit « Walf Grand-Place ».

0

 Après avoir été accusé par un câble de wikileaks d’avoir été arrêté à l’aéroport de Casablanca avec du haschisch, Karim Wade a été blanchi par une dépêche d’un journal en ligne marocain, « Les échos ». Ce qui entre, selon la presse sénégalaise, dans une opération de blanchissage du fils du président de la République.

 

« Prétendue arrestation de Karim WADE : « Une confusion sur la personne », selon Les Echos du Maroc », titre « Le Soleil ».

« Le Soleil » écrit que « le site du journal Les Echos, publié au Maroc, est revenu sur la prétendue « arrestation » de Karim Wade, ministre d’Etat, il y a deux ans, à l’aéroport pour détention de cannabis. « Il s’agissait d’une confusion sur la personne », selon Les Echos du Maroc qui a interrogé un haut responsable. Ce site du journal que nous avons visité a voulu en savoir plus en posant la question à un haut responsable qui a déclaré, en exclusivité, que « l’information en question était fausse et qu’il s’agissait à la base d’une confusion sur la personne ».

« Un homme portant le même nom de famille a effectivement été arrêté, il y a deux ans, à l’aéroport avec des stupéfiants », révèle le site citant sa source, avant de poursuivre : « que de cette méprise est née la rumeur selon laquelle il s’agissait du fils du président Abdoulaye Wade, rumeur qui s’est propagée assez rapidement », ajoute « Le Soleil ».

« L’Observateur » pense que tout ceci entre dans le cadre d’une « opération de blanchissage » de Karim ».

« L’Observateur » pense que « Karim Wade n’a qu’un seul style. Une seule stratégie. Un processus unique qu’il enclenche « affaire » après « affaire » pour laver son honneur sur lequel il s’emploie à jurer depuis quelque temps. C’est la clé de démarrage de la machine à « blanchir » le fils du Président. A chaque fois qu’une « affaire » à charge contre le ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l’Energie est révélée par la presse, il utilise la même méthode, use du même procédé : d’abord un communiqué où chaque mot, chaque respiration du texte s’emploient à faire de lui une victime, puis une plainte pour intimider les tentations de récidive, enfin un gros travail « souterrain » pour inciter les sources identifiées de l’information à publier des « démentis officiels » pour le laver des accusations ».

« L’Observateur » pense que « la version servie par le journal est grosse : « Un homme portant le même nom de famille (Wade) a effectivement été arrêté il y a deux ans à l’aéroport avec des stupéfiants », rapporte le journal qui cite une source… non identifiée. Et face à l’aubaine, pas question de s’arrêter sur la fiabilité ou non de la source courageusement anonyme du journal marocain. Les services du ministre d’Etat ont passé leur journée d’hier à ventiler l’article sur tous les supports médiatiques du pays ».

« Reste à savoir si Robert Jackson, actuel ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, dont la crédibilité a été mise en doute par le porte-parole du gouvernement, Moustapha Guirassy, est moins fiable qu’une source anonyme d’un journal marocain. Ce diplomate chevronné peut-il faire preuve d’autant de légèreté en envoyant à sa hiérarchie un télégramme avec une si grosse méprise ? », se demande « L’Observateur ».

« L’As » revient sur la « plainte annoncée contre Le Quotidien » pour dire que « Karim se débine ».

« Le Populaire » annonce une « plainte du Quotidien contre Karim ».

En effet, « s’estimant diffamé par le fils du Président, Le Quotidien porte plainte contre Karim Wade », écrit… « Le Quotidien ».

Ce qui fait dire à « EnQuête » que « Madiambal attaque Karim ».

« C’est encore le bras de fer entre le journal Le Quotidien, dont le Directeur de publication est Mamadou Biaye et Karim Wade. Dans un communiqué rendu public hier, la Direction du groupe Avenir communication, informe que « Le Quotidien a donné mandat à ses avocats d’ester en justice contre Karim Wade pour diffamation », écrit « EnQuête ».

« Walf Grand-Place » parle d’une autre plainte, celle de Sidy Lamine Niasse qui« réclame 900 millions à léral.net ».

« Sud Quotidien » informe que « pour le non respect des accords de juin dernier, (il y a une) menace sur la rentrée (scolaire) ».

« Walfadjri », pour sa part, note que « l’Eglise (est) inquiète (de la) situation pré-électorale tendue ».

« Depuis le 23 juin dernier, le Sénégal semble avoir pris une trajectoire qui n’est pas sans susciter d’inquiétude. Et c’est parce que les ingrédients d’une implosion sont réunis à quelques mois de l’élection présidentielle que le clergé a jugé nécessaire de mettre à profit sa 35e assemblée générale pour se pencher sur la situation et proposer des solutions pour une stabilité politique et pour le retour de la paix en Casamance », écrit « Walfadjri ».

0

Le différend opposant le prédicateur Taïb Socé à des talibés mourides est au centre des préoccupations des journaux, jeudi, avec divers sujets.

Le marabout, selon l’Observateur est ‘’accusé d’avoir tenu des propos irrévérencieux à l’encontre de Serigne Touba’’. ‘’Après une émission de Taïb Socé et Iba Der Thiam à la 2Stv (privé), des membres de la confrérie, estimant que l’islamologue a manqué de respect à Serigne Touba et au mouridisme, ont formulé des menaces de mort envers l’islamologue’’, explique le journal.

‘’D’autres joignant l’acte à la parole prenant d’assaut le domicile de Taïb Socé, le Groupe Futurs médias et celui de la 2Stv scandant des khassaïdes (panégyriques) pour magnifier le fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba’’, poursuit l’Observateur.

‘’Dans, écrit l’Obs, la soirée, Serigne Bassirou Abdou Khadre, porte-parole du Khalife général des mourides, Serigne Sidy Moctar Mbacké, a reçu une délégation de la RFM. Ils ont discuté pendant une heure pour arrondir les angles’’.

Dans le même journal, Taïb Socé soutient : ‘’je n’ai pas de problèmes avec les mourides’’, Selon le journal Le Pays, ‘’outrés par des propos du prêcheurs, les mourides sonnent le jihad contre Taïb Socé’’. ‘’Des baye Fall menacent Taïb Socé de mort’’, écrit Enquête.

Sur le même sujet, Walf Grand-place titre : ‘’des fanatiques lancent la chasse à Taïb Socé’’. Et le journal d’ajouter : ‘’le porte-parole du khalife appelle au calme, mais avertit ; Iba Der Thiam et El Hadj Ndiaye dans le viseur’’.

Le Soleil titre : ‘’Les accords de siège des 600 ONG suspendus’’. ‘’Nous devons être informés et savoir qui fait quoi’’, selon le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye qui présidait mercredi un conseil interministériel sur l’intervention des 600 ONG repertoriés au Sénégal, écrit le journal.

Walfadjri revient sur la cérémonie de Prix Félix Houphouet Boigny pour la paix à Paris, attribué à l’Association des grand-mères de la place de Mai (Argentine) et titre : ‘’(Abdou) Diouf-(Abdoulaye) Wade), la guerre des mots’’. Selon Walf, ‘’dans leurs discours, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade ont échangé des propos sur la pratique de la parité’’.

Le Quotidien persiste toujours sur l’arrestation de Karim Wade au Maroc en possession de Haschich et titre : ‘’l’Ambassadeur des USA à Dakar confirme’’. L’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Dakar a apporté ‘’un démenti formel’’ à l’information faisant état d’une rencontre entre Lewis Lukens, ambassadeur des Etats-Unis à Dakar, et les ambassadeurs des pays occidentaux accrédités à Dakar.

‘’L’ambassadeur Lukens n’a rencontré aucun groupe d’ambassadeurs de pays occidentaux accrédités à Dakar le 13 septembre 2011 et n’a jamais discuté d’une arrestation du ministre d’Etat Karim Wade au Maroc’’, indique un communiqué de la représentation diplomatique transmis à l’APS.

En sport, Le Populaire revient sur la relégation de la Jeanne-d’Arc en ligue 2 pour la première fois de son histoire et affiche à sa une : ‘’la JA dans l’enfer de la ligue 2’’.

OID/MBB/ADL

aps.sn

REVUE DE PRESSE
Taïb Socé : les raisons de la colère des mourides

NETTALI.NET – La maison de Taïb Socé et les sièges du Groupe Futurs Médias et de la 2stv ont été assiégés hier par des jeunes mourides qui accusent le prêcheur d’avoir manqué de respect au fondateur du mouridisme. La police a dû intervenir pour sécuriser ces lieux. Taïb Socé jure qu’il n’a jamais offensé Cheikh Ahmadou Bamba et n’a rien contre les mourides.

 

« Sermon sur 2stv mal perçu, des Baye Fall menacent Taïb Socé de mort », titre« EnQuête ».

Selon « EnQuête »« la communauté mouride n’a pas apprécié le débat de mardi dernier sur la 2stv, entre Oustaz Taïb Socé et son invité, le professeur Iba Der Thiam. Elle promet désormais de répondre coup pour coup contre toute attaque visant à manquer de respect les mourides ».

« Le Quotidien » confirme : « Taïb Socé et Iba Der victime de talibés mourides zélés ».

« Le Populaire » informe que « des talibés mourides attaquent la maison de Taïb Socé, les locaux de Rfm et 2stv assiégés ».

« Après une émission de Taïb Socé et Iba Der Thiam à la 2Stv, des membres de la confrérie mouride, estimant que l’islamologue a manqué de respect à Serigne Touba et au mouridisme, certains fidèles ont formulé des menaces de mort envers l’islamologue. D’autres ont joint l’acte à la parole prenant d’assaut le domicile de Taïb Socé, le siège du Groupe Futurs Médias et celui de la 2Stv, scandant des khassaïds pour magnifié le fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba. Pour parer à toutes les éventualités, les forces de sécurité se sont déployées dans les lieux précités pour les sécuriser. Pour des raisons de sécurité, Taïb Socé et sa famille ont été exfiltrés de leurs maisons. Ils ont passé la nuit dans un lieu tenu secret », résume « L’Observateur ».

Dans « L’Observateur », Taïb Socé précise sa pensée et affirme qu’il n’a rien contre les mourides. « L’émission portait sur comment la religion islamique a pu s’imposer au Sénégal. J’ai soulevé les stratégies utilisées jadis par les marabouts contre les blancs qui étaient contre la propagation de l’Islam au Sénégal. J’ai rappelé que les blancs ont emmené Serigne Touba au Gabon où il a passé sept voire plus. J’ai soulevé aussi le fait qu’avant l’arrivée de Serigne Touba, Aladji Malick avait des talibés et avaient des mosquées. J’ai donc dit que si le blanc savait, il allait aussi emmener Aladji Malick. Serigne Moustapha, déformant mes propos, a dit que je rabaissais Serigne Touba », dit-il.

« Le Soleil » se focalise sur la « remise du prix Houphouët Boigny à Paris » pour dire que « Me Wade salue l’effort de réconciliation en Côte d’Ivoire ».

« Invité d’honneur de la cérémonie de remise du Prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix à l’Unesco à l’association argentine Les grands-mères de la Place de Mai, Me Abdoulaye Wade a souligné tout son attachement à cette distinction. Ce fut également l’occasion pour le président de revenir sur la situation post crise électorale en Côte d’Ivoire, avant de lancer un appel à la parité homme-femme », écrit « Le Soleil ».

« Walfadjri » note que c’était la « guerre des mots » entre Diouf et Wade.

« L’association des Grands-mères de la Place de Mai a reçu, hier le prix Houphouët Boigny pour la paix des mains de la directrice de l’Unesco, Irina Bokova. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte de l’Unesco en présence du président Wade, d’Alassane Ouattara, de Henri Konan Bédié, de Blaise Compaoré, de Mohammed Ould Abdoul Aziz, de la présidente Cristina Kirchner, entre autres. Dans leurs discours, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade ont échangé des propos sur la pratique de la parité », indique « Walfadjri ».

« Sud Quotidien » parle de la gestion de la mairie de Yoff et c’est pour informer que« le premier magistrat de la commune d’arrondissement de Yoff, Oumou Khaïry Guèye Seck, par ailleurs ministre de l’élevage, a abandonné la municipalité depuis plus de dix mois. Selon son entourage, aucune explication n’a été fournie par cette dernière. Conséquences ? Tous les projets sont bloqués, faute de signatures, soulignent les pensionnaires de la mairie qui se débattent comme ils peuvent pour faire fonctionner la municipalité ».

0
Sonatel : Wade passe à l’acte

 Il avait dit qu’il ne reculera pas cette fois, il a tenu parole. Avant de s’envoler pour la Mecque, le président de la République, Me Abdoulaye Wade, a signé le décret instituant une surtaxe sur les appels entrant. Une mesure qui a été révélée ce vendredi aux syndicalistes de la Sonatel, décidés à mener un combat. C’est ainsi qu’ils se sont attachés les services du tonitruant avocat, Me El Hadji Diouf.

 

« Contrôle et surtaxe des appels entrants : Wade se paie la Sonatel », titre« EnQuête » qui ajoute que « ce nouveau décret n’est qu’une reconduction du décret 2010-632, mais avec certes un toilettage de certaines dispositions ».

« Le président Wade, dans sa volonté d’instaurer un contrôle et une surtaxe sur les appels entrants au Sénégal, vient de prendre le décret 2011-1271 abrogeant et remplaçant le décret 2010-632 du 28 mai 2010 instituant un système de contrôle et de tarification des communications internationales entrant en République du Sénégal », précise « EnQuête ».

« Le Populaire » confirme l’information, indiquant que « le chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, est passé à l’acte le 24 août avant de s’envoler pour la Mecque ».

« Le Populaire » fait remarquer que « l’information n’a été divulguée qu’hier aux syndicalistes de la Sonatel qui se battent contre cette mesure ».

« Le Populaire » note que ces syndicalistes « sont plus que jamais sur le pied de guerre ».

En effet, informe « Walfadjri »« après le dépôt d’un préavis de grève de ses travailleurs, Sonatel vient d’engager Me El Hadji Diouf pour préparer la grande guerre contre la surtaxe sur les appels entrants que l’Etat va lui imposer » et que« aussitôt coopté, le tonitruant avocat a engagé la bataille de l’opinion ».

« Walf Grand-Place » rend compte de la conférence de presse de Me El Hadji Diouf au cours de laquelle, il a déclaré que « le projet sur la taxe des appels entrants est un plan diabolique de liquidation de la Sonatel ».

extrait revue presse

0

Le combat de lutte entre Yakhya Diop alias Yekini (Ecurie Ndakarou) et Oumar Sakho dit Balla Gaye 2 (Ecole de lutte Balla Gaye) se double d’un duel entre promoteurs de lutte, selon les journaux du week-end.

‘’Luc Nicolaï est en train de prendre sa revanche sur sa monotone saison 2010-2011, avec seulement Modou Lô-Lac de Guiers 2 et, à un degré moindre, Tapha Tine-Elton’’, remarque Walf Sports. En dérochant cette affiche, il ‘’dribble ses concurrents Gaston Mbengue, Aziz Ndiaye et World Wrestling Roots (WWR)’’, note Walf Sports.

Dans ce journal, Gaston Mbengue déclare : ‘’Aujourd’hui, si un promoteur décroche l’affiche Yekini-Balla Gaye 2, tant mieux. La saison prochaine sera très bonne pour les amateurs […] Maintenant, les autres promoteurs doivent oser et risquer pour organiser de grosses affiches.’’

‘’Ce combat déroché par Luc lève un coin du voile sur la bataille larvée que se livreront les promoteurs, la saison prochaine. Et, les combats ficelés une semaine après la fermeture de la saison de lutte 2010-2011 en sont la preuve’’, signale Sunu Lamb. Les promoteurs de lutte ont même déjà livré ‘’une bataille sans merci pour dérocher le combat’’ Yekini-Balla Gaye 2, selon le même journal.

‘’Le combat est prévu pour le mois d’avril. Mais pour des raisons que vous comprendrez, les cachets des deux lutteurs ne peuvent pas être dévoilés dans la presse’’, déclare Luc Nicolaï dans Walf Sports, qui donne la date du 4 avril prochain comme celle de ce combat.

La date de ce duel ‘’sera communiquée lorsque l’affiche sera régularisée auprès du CNG (Comité national de gestion) de lutte’’, indique Le Populaire. Selon ce journal, Yekini aurait accepté d’affronter Balla Gaye pour la somme de 150 millions de francs CFA, tandis que ce dernier devrait percevoir 120 millions.

‘’200 millions à Yekini, 175 [millions] à Balla’’, titre Sunu Lamb, soulignant qu’il a fallu à l’organisateur de ce combat de ‘’batailler ferme et serré pour parvenir à semer les trois autres promoteurs qui étaient sur l’affiche’’.

L’As paraît plus rassurant, qui écrit : ‘’Pas moins de 100 millions de francs CFA par chaque lutteur’’.

Plusieurs journaux signalent que quels que soient le montant des cachets des lutteurs et la date du combat, une chose est sûre : l’affiche fait l’affaire des férus de la lutte.

C’est ‘’l’affiche que tous les amateurs attendent’’, lit-on dans Le Quotidien. Luc Nicolaï ‘’coiffe du coup au poteau Gaston Mbengue’’, écrit Le Quotidien, tandis que Walfadjri titre : ‘’Luc Nicolaï envoie Gaston dans les cordes’’.

‘’Les choses sont allés vite. Très vite. En 24 heures, tout a été calé et rendu public : Yekini et Balla Gaye 2 seront face à face avant le mois de janvier 2012’’, écrit Walfadjri. Il signale que ‘’le promoteur mbourois (Luc Nicolaï) prend ainsi à Gaston Mbengue la meilleure affiche du moment’’.

‘’Luc Nicolaï a ainsi décroché une grande affiche et marque un grand coup. Il battu à plate couture tous les autres promoteurs qui voulaient l’affiche, et plus particulièrement Gaston Mbengue, son rival de toujours’’, commente EnQuête.

‘’Le promoteur de Mbour a coupé l’herbe sous les pieds de tous ses [concurrents] qui avaient en tête de monter l’affiche’’, note Le Soleil. Pour annoncer l’affiche Eumeu Sène-Modou Lô arrachée encore par Luc Nicolaï, Le Soleil joue avec les mots : ‘’Décidément, le promoteur de la Petite Côte (Mbour) […] a la cote’’.

Le doute pèse sur la réalité du combat Eumeu Sène-Modou Lô, annoncé par Luc Nicolaï. ‘’Eumeu Sène est en contrat avec Gaston Mbengue et j’ai les documents qui l’attestent. Aujourd’hui, il ne peut signer aucun combat sans l’aval du promoteur Gaston Mbengue. Toutefois, les gens sont libres de dire qu’ils ont ficelé son combat avec Modou Lô et je persiste et signe qu’il n’en est rien’’, soutient un avocat de Gaston Mbengue dans Le Populaire.

ESF

CARICATURE

radiosudfm
radioxassida
rewmi
rfm
zik
jaamilahi
zik

TAKOUSSANOU DJOLOF

0
“Pourquoi tant de remous dans les partis politiques: P.S/P.D.S/ Reewmi? C’était dans Takoussanou Djolof avec Mayacine Diop et Adama Diouf.. cliquer ici