viviane

0

Nirvana. Devant le célèbre night-club des Almadies, plusieurs dizaines de jeunes, filles et garçons, font le pied de grue. Par question pour eux de se faire raconter cette soirée anniversaire de Viviane Chedid. Surtout quand elle est accompagnée de trophées arrachés avec brio aux Etats-Unis. Mais il n’était pas question de se présenter devant les lieux pour participer à la fête. Il fallait avoir le mot de passe qui était à 5 000 francs Cfa.

A l’intérieur, on voulait la toucher, communier avec elle dans l’ambiance d’une soirée anniversaire. Mais on ne pouvait pas l’empêcher de prendre sa canette de «Red Bull», histoire de se «doper», après un long trajet New York-Dakar, le même jour. Le Nirvana était plein à craquer et il fallait avoir toute son énergie pour faire plaisir à ces nombreux fans. «Je n’ai jamais vu tant de fans sauf à la Voile d’or», s’émeut-elle, siro­tant toujours sa boisson à l’aide d’une paille, qu’elle tient à la main, avant de monter sur scène.  «Merci Vivi !», lance avec enthousiasme les membres du club Vivi.
Au même moment des tests de sonorisation sont assurés par les techniciens de la boîte, ainsi que des chaînes de télévision locales installant leur matériel. Des sonorités et slogans publicitaires sont délivrés par le Dj du jour. Les posters de la chanteuse composent, entre autres, le «paysage» du Nirvana. Sur un fond de décor coloré qui rappelle une crèche lumineuse, le public s’agrandit au milieu de l’espace en cercle de la scène du Nirvana.

Pendent ce temps, des sonorités du Dj du jour retentissent pour combler le temps. Il faisait deux heures du matin passées de quelques minutes. L’assistance nombreuse a patiemment attendu une quinzaine de minutes de plus, pour voir la reine du Djolof band s’avancer sur la piste. Il n’y avait plus une place où piquer une épingle au Nirvana quand, vêtue d’une robe courte, Viviane s’est montrée sur la scène.

Commençant par surchauffer le public sur le ton moderne de l’animateur habitué au langage des stars du Rnb. Un «yeah !» du choriste Ibrahima Mbaye revenait souvent. Le public est ainsi introduit dans l’ambiance générale dans une conception scénique qui a permis à Vivi d’avoir une meilleure communication avec le public. Une communication di-recte, sans grande nuance. La communication totale entre la chanson, le son, le geste, le message, les remerciements et la participation du public ont marqué cette soirée anniversaire.
Cette soirée a été l’occasion pour d’autres artistes de venir féliciter Viviane Chedid. C’est le cas de l’humoriste Per bou khar qui, sur son registre bien connu et apprécié des Sénégalais, a rejoint le groupe pour gratifier le public d’anecdotes et de pas de danse comiques.

GANGSTA WOMEN EN SCENE
Alors que leur idole donnait le meilleur d’elle-même, des filles n’ont rien trouvé de mieux que d’essayer de marquer leur territoire dans ce milieu de la jet-set. C’est ainsi qu’une méchante bagarre entre deux «gangs rivaux» de jeunes filles a explosé en plein concert. La chanteuse a vu se déclencher une bagarre sur la piste du Nirvana. Celle-ci a pris de plus en plus d’ampleur, au point que même le service de sécurité a eu du mal à calmer les jeunes filles. C’est la reine du Djolof Band elle-même qui, vo­yant que les choses ne se calmaient pas, a dû interrompre son concert pour apaiser la tension. La chanteuse Viviane Chedid n’a pas hésité à jouer les chevaliers. Et la reine du Djolof band a été plutôt furieuse à l’idée que l’on perturbe ainsi sa soirée anniversaire. Elle a demandé à son public d’arrêter de se battre. «On fait la fête et vous vous battez», se désole la reine du Djolof band, menaçant de mettre fin au spectacle si le public ne respectait pas les normes d’un concert.

5

La chanteuse Viviane Ndour a été la principale attraction, lors de la soirée de gala des «Awards Afrotainment», qui s’est déroulée dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 septembre 2011 à New-York (Etats-Unis). La Reine du Jolof Band était nominée dans cinq catégories différentes.

Viviane meilleure artiste africaine : Les photos inédites du sacre...

Viviane meilleure artiste africaine : Les photos inédites du sacre...

source: facebook viviane

0

Parmi les sénégalais qui font les choux gras de la presse dite People, Bouba Ndour en fait partie. Depuis son divorce avec une autre vedette de la musique sénégalaise, Viviane Chidid Ndour, les rumeurs vont bon train sur ses « nouvelles liaisons », ses « supposées maîtresses », ses virées « imaginaires » etc. Bouba Ndour se lâche dans cette interview exclusive accordée au quotidien « Enquête ». Et c’est visiblement un homme, pas du tout content des « quolibets » portés contre sa personne, qui parle…

 

EnQuête : Depuis quelques temps, vous êtes en dehors du pays. Bouba Adour a-t-il fui le Sénégal depuis son divorce bien médiatisé avec Viviane Ndour ?

Mais non, le problème, c’est que je n’ai pratiquement jamais pris de vacances dans ma vie, car je travaille tout le temps. Donc, à un moment, j’ai décidé de prendre des vacances et suis allé à New-York avec mon fils pour deux raisons. La première, c’est pour me reposer, changer d’air et New-York est la ville toute indiquée. C’est un peu ma seconde ville. C’est une ville que je connais bien, que j’aime beaucoup parce que le pouls de New-York correspond parfaitement à mon idéal de vie. Pour vous dire, j’y ai vécu, j’y ai des amis et je travaille encore avec des gens basés là-bas. Donc, je suis parti là-bas pour changer d’air avec mon fils. Et c’est la là la première raison. La seconde raison, c’est que je voulais aussi voir ma fille qui y vit. Elle s’appelle Marie. Elle est très attachée à moi. Voilà… Cela fait 5 mois que je ne suis pas allé à New-York, mais bizarrement quand je marchais dans la rue les gens m’interpellaient pour me dire qu’ils croyaient que j’étais frappé d’une interdiction de séjour en Amérique, tellement je me suis fait rare. Cela m’a fait naturellement sourire parce que c’est n’importe quoi.

Vous avez visiblement la passion de l’Amérique.

Ah oui ! Chaque fois que je vais aux Usa je ressens comme une bouffée d’air. Cela me donne de la force. De l’oxygène. Il y a un manager de Youssou Ndour qui s’appelle La Gazelle qui ne cesse de me dire que lorsqu’elle me voit à New-York, elle a l’impression de voir une autre personne. Bien vrai que j’adore le Sénégal mais j’aime beaucoup New-York.

Cette passion fait sans doute que vous ressemblez même à un Américain …

Peut-être. Mais je n’essaie pas de ressembler à un américain. Du reste, il y a beaucoup de choses que j’ai apprises dans leur manière de faire. Cela m’aide à m’améliorer au plan social et professionnel. Il y a beaucoup de gens qui vont à l’extérieur pour y étudier. Ils peuvent décrocher beaucoup de diplômes. C’est une bonne chose, mais aussi il y a une école qui est, je pense, différente des savoirs assimilés dans les Universités. Ce type de savoir, basique, qu’on respire dans le vent, on retrouve en Amérique uniquement. C’est-à-dire qu’on y apprend à vivre, de façon responsable, à persévérer, gravir des échelons et se faire. Je pense que c’est ce qui fait la force des Américains.

Retour au pays natal. Monsieur Ndour, depuis votre divorce d’avec Viviane, il y a eu beaucoup de bruits sur le net, dans les journaux etc. Une femme, précisément ??? a fait des déclarations sur vous pour vous traiter de tous les noms d’oiseaux. Est-ce que vous avez un commentaire particulier à faire ?

Pour cela, je n’ai pas beaucoup de commentaires à faire, car j’ai décidé de porter plainte devant la justice.

Ah oui ?

Oui. Il y a des choses que je peux pardonner. Mais quand cela ne me concerne pas tout seul, je ne peux pas le faire. Dans cette affaire, c’est tout un groupe qui a été cité. Les accusations ne sont pas portées contre ma seule personne mais, elles visent un groupe Djolof-Band avec lequel j’ai travaillé durant 11ans. C’est moi qui ai crée le groupe sur fonds propres, j’ai recruté tous ses membres. C’est l’un des seuls groupes au Sénégal où les musiciens ne partent jamais. Ce sont des frères pour moi et ce sont des gens qui me respectent énormément. Que je respecte aussi. Je pense que s’il y a des fuites, cela ne peut venir que du groupe. Je ne suis pas surpris, mais je pense que cela fait mal à l’ensemble du groupe Djolof-Band. Mais puisque nous sommes dans un état de droit, si une personne dit certaines choses, il faudra qu’elle s’explique. Je me dis que pendant 11ans, j’ai géré un groupe donc je me vois mal accorder de l’importance à une seule personne. Peut-être que durant ces 11 ans, la personne était comme cela, mais on sait qui est qui. Malheureusement pendant 11ans, c’est la première fois que j’ai entendu cette personne dire du mal de moi. Mais entre nous, nous nous connaissons bien. Cette personne n’arrêtait de dire : « Papa, nanga def » (Comment ça va papa ?). Donc si c’est la même personne qui se retourne contre moi pour dire des propos discourtois, je ne peux qu’être surpris…

A votre avis qu’est-ce qui fait que vous ne passez pas inaperçu ?

Je pense que cela résulte du fait que je porte le nom de Ndour. Ce n’est pas facile de porter le nom de Ndour. Mais il y a des gens qui ne me surprendront jamais. Je crois que s’il ne s’agissait que de faire des déballages, ce serait la fin du monde. Donc cela ne m’étonne pas du tout honnêtement.

Dites-nous, confirmez-vous votre divorce avec Viviane ou s’agit-il encore de rumeurs ?

Mais il y a bel et bien séparation. Toutefois, je ne révélerais jamais ni à la radio, ni à la télévision, ce qui nous a séparés. Ce qui me lie ou me sépare de Viviane, je ne m’épancherai jamais là-dessus. Je ne le dirais pas sur la place publique car je ne suis pas comme ça. Je veux que cela soit clair…

Mais est-ce qu’il ne faudrait pas éclairer la lanterne des Sénégalais lorsqu’on se pose beaucoup de questions sur ce bien retentissant clash ?

Si. Aujourd’hui, je veux éclairer une chose, c’est que c’est moi qui ai pris la décision de divorcer d’avec Viviane. Elle en connaît la raison. Moi également, j’en connais la raison. Elle ne la dira pas. Moi non plus. Tant qu’elle n’en parlera pas, j’en ferais autant car nous avons des enfants. Et ce qu’on a vécu dans l’intimité de notre couple reste entre nous. Donc personne ne peut me pousser à dire des choses qui entacheraient sa réputation. Je ne pense pas qu’elle dirait du mal de moi. En revanche, je peux dire que c’est moi qui ai demandé le divorce et cela est clair. C’est le premier point. C’est moi qui ai également décidé d’arrêter de travailler avec Viviane. Moi, Boubacar Ndour. Il faut qu’on soit clair. C’est le deuxième point. J’ai lu dans la presse des choses qui m’ont écœuré. Je travaille avec des sœurs, des collaboratrices, des femmes de principe et vertueuses que je respecte beaucoup. Mais un beau jour, tu te réveilles et tu vois leurs photos dans la presse. Tu ne sais même pas d’où ça vient. C’est comme un jeu d’échec. Je prends par exemple le cas Adiouza, je peux vous dire que je ne l’ai aperçue que deux fois dans ma vie. C’est une fille que j’apprécie bien d’ailleurs car elle se bat. Et quand tu la regardes, tu sens qu’elle a la tête sur les épaules. Son père, c’est mon ami.

Apparemment, cela vous a fait mal…

Honnêtement, il y a des choses vilaines que les hommes devraient se priver de dire. Je ne parle pas pour moi, mais pour elles. Ces filles qui sont appelées à se marier un jour. Et voilà, on invente des choses imaginaires sur elles. On salit leur réputation alors qu’elles ont de la famille, des voisins etc. On dit que les Sénégalais n’inventent pas des faits mais ils les travestissent. Personnellement, je ne suis pas d’accord avec cela. Souvent, ils créent des histoires et les montent de toutes pièces. Imaginez une fille qui sortait avec un homme et qui était prêt à l’épouser. Celui-ci va être habité par un doute que rien ne pourra dissiper. Ce n’est pas bien…

Et Ndèye Ndack alors ?

C’est une fille que je respecte beaucoup et que j’admire. Elle est super bien et on est très amis. Elle est professionnelle et fait bien son boulot. Et voilà, là aussi, un beau matin on a vu dans la presse comme cela s’est passé avec Adiouza, qu’elle et moi, sommes ensemble. (Il étouffe un rire nerveux). Parce qu’une fois je suis allé à un combat de lutte et Ndèye Ndack était là-bas avec des Américains et le lendemain c’est parti. L’histoire a été montée de toutes pièces…

Vous voulez dire que les gens prêchent le faux pour connaître le vrai ?

Je veux que les choses soient claires. Ce n’est pas une femme qui est à l’origine de mon divorce avec Viviane. Je ne veux pas, non plus, que les gens pensent que c’est Viviane qui est venue me demander le divorce parce qu’il y avait une autre femme. Ce n’est absolument pas vrai ! Le pourquoi de mon divorce avec Viviane, elle le sait et moi aussi, je le sais. C’est important. Des gens se marient et puis divorcent. Ainsi va la vie. Viviane n’a tué personne. Moi non plus. Ceux qui écrivent, parlent ou commentent, vivent des choses plus graves. Ce n’est pas la fin du monde. Quand des gens sont ensemble, c’est parce que Dieu le veut bien. Si Dieu en décide autrement, ils se séparent en paix. Je ne souhaite aucun mal à Viviane parce que nous avons des enfants. Elle ne me souhaite peut-être pas de mal. Nous étions mariés. Nous avons essayé une deuxième fois, cela n’a pas marché. J’ai encore pris mes responsabilités. Sans rancune. En revanche, ce que je ne vais pas accepter, c’est ce que font certains. Je lis des infos émanant de gens proches de Viviane et qui se mettent à parler des relations des autres. Quand tu te lèves pour parler, soit tu dis des choses soit tu te tais. Or ces gens parlent pour ne rien dire. Je pense que quand on décide de parler, on ne doit pas le faire à moitié. En disant seulement ce qui t’intéresse et en omettant volontairement le reste. Moi, je m’appelle Boubacar Ndour. Je suis un fervent talibé de Seydina Limamoulaye. Je travaille depuis que j’ai 16 ans. Nul ne me verra dans des choses pas claires. Et personne ne m’a encore vu dans dans quelque chose de louche. Mon frère est l’homme le plus en vue au Sénégal. Et pourtant, je ne lui dois rien. Je le respecte et il me respecte. Je suis un chef d’entreprise. Je dirige des personnes. J’ai ma famille. Et il y a des gens pour qui je suis une référence. Je ne vais pas accepter que n’importe qui se lève pour dire certaines choses sous prétexte qu’elles sont sur l’espace public. Je ne connais pas ces choses. Je ne connais que le travail. Vous savez, ce qui m’intéresse, c’est qu’on me confie une mission, comme par exemple gérer le programme d’une télé. Et qu’au bout de onze mois, je fais de cette télé la première chaîne du Sénégal. Ou que je fasse un ou des albums avec une musicienne comme Viviane qui puissent être les meilleurs en Afrique. C’est ce qui m’intéresse.

Mais vous semblez avoir mis une croix sur la collaboration avec Viviane ?

Oui, j’ai mis une croix la-dessus. Chacun a le droit de prendre ses responsabilités et ses propres décisions avec ses propres raisons. Viviane est une artiste qui chante très bien. Elle a beaucoup de talent. Mais Dieu seul est omnipotent et personne d’autre. Or je ne suis ni Dieu ni son prophète. Toutefois j’ai le droit, en travaillant dans une entreprise, d’arrêter si je ne veux plus m’y investir. C’est une décision personnelle. Nul ne m’a demandé de le faire. Je crois en Dieu. Quand je travaille dans quelque chose, je sens ce que je fais. J’avais divorcé avec Viviane. Je m’étais remariée avec une autre. Et cela ne m’avait pas empêché pas de continuer à travailler avec elle. Cette fois-ci, j’ai décidé d’arrêter. Maintenant, que Viviane fasse son chemin. Il y a cinquante millions de producteurs, cinquante millions de managers qui sont peut-être cent mille fois plus forts que moi. Je prie Dieu pour qu’il l’assiste. Moi aussi, j’ai mon avenir, ma carrière artistique et professionnelle à gérer. Mais pour cette collaboration-là, j’ai décidé d’y mettre fin. Sans aucune rancune d’ailleurs.

Les gens pensent que c’est peut être parce que vous êtes fâché que vous avez décidé de la laisser tomber.

Non pas du tout ! Il y a des façons de se fâcher. Une personne peut prendre une décision de manière libre et délibérée. Et quoi qu’on puisse penser, j’ai décidé de fermer un chapitre de ma vie. J’ai décidé de fermer le chapitre Viviane dans le travail et dans le ménage. C’est aussi simple que cela !

Il n’y aura donc pas de troisième mariage ?

Vous savez, c’est comme si ce que nous avons fait était extraordinaire. Combien de personnes au Sénégal se sont mariées avant de divorcer. Pour, par la suite, se retrouver. Il faut faire preuve de sagesse pour tenir compte des enfants et de beaucoup d’autres raisons avant de décider de réessayer. Maintenant, si on réessaie et que cela ne marche pas, on arrête. Je ne dis pas que c’est sa faute ou celle de l’autre. Mais cela n’a pas fonctionné. C’est tout !

On a l’impression que vous vous aimez toujours ?

Vous savez, ce n’est pas ici que je vais dire si on s’aime toujours ou pas. Je suis assez grand. Je pense que la décision que j’ai prise est personnelle.

Même Youssou Ndour n’y peut rien ?

Youssou, je le respecte beaucoup. Mais il ne peut pas me faire faire des choses que je ne veux pas faire. La dernière fois, si Youssou avait décidé de nous remettre ensemble et que je ne le voulais pas, il n’aurait pas insisté. Il l’a fait et je l’ai suivi parce que c’est ce qu’il fallait faire. Aujourd’hui, on est dans un autre chapitre. Ce que la personne vit et ce qu’elle sent, il n’y a qu’elle qui le sait. On était ensemble, on ne l’est plus. « Waa jobbé dem, waa gannaar war ». Que Dieu la protège et me protège ! On a des enfants. Nul ne peut l’enlever. Mais là, ma tête est ailleurs. Vraiment !

Vous êtes le directeur des Programmes de la Tfm, comment se porte la télé ?

Les gens attendaient beaucoup de cette télé. On a travaillé dur. Je ne suis pas le seul. On est une équipe. Je ne peux même pas imaginer prendre tout sur moi. Car, il y a des gens qui sont là-bas et qui font plus que ce que je fais. Mais, en toute honnêteté, je pense que je pouvais faire plus. D’ailleurs, je vais beaucoup plus m’impliquer. C’est un groupe où il y a beaucoup de gens qui ont du talent. Aujourd’hui, je pense qu’avec les résultats sortis lors du dernier sondage Bda, on ne peut que rendre grâce à Dieu. Je le dis, ce n’est que le début. La formule que doit adopter Tfm se dessine maintenant.

Il y a différentes personnalités qui se côtoient à la Tfm, est-ce qu’il y aura la symbiose qu’il faut ?

Il y a un moment où en regroupant différentes personnes, on ne peut avoir une symbiose. C’est la nature humaine qui est ainsi. Il y a quelque chose qui est important et qui relève de la responsabilité morale. Il y a un directeur, un Pdg, etc. Mais tout cela implique une responsabilité morale. Moi, je fais partie de ceux qui essaient d’installer une bonne ambiance de travail en encourageant les gens à communiquer le plus possible. Même si vous n’avez pas les mêmes idées, vous devez vous parler autant que possible pour échanger et qu’il n’y ait pas d’hypocrisie. Je pense qu’il y’a des gens assez responsables à la Tfm. Seul le cadre de travail les réunit. Ceux qui ne se sentent pas dans ce cadre-là, je pense qu’ils n’ont pas leur place là-bas. Je pense qu’il faut que les gens s’approprient la chaîne. D’ailleurs, on y œuvre. C’est le souhait de l’initiateur de cette télé.

You vient avec son mouvement « Fekke ma ci boolé » de plonger dans la politique. Comptez-vous le soutenir ?

Avant « Fékké ma ci boolé », avant « Y’en a marre », j’avais monté un mouvement. J’ai mon récépissé depuis 2006. Cela remonte à longtemps. Allez voir dans les archives et vous verrez. Je suis jeune mais j’ai toujours eu cette vision. Je l’avais annoncé dans une émission « show tout chaud » que j’avais faite avec Mame Maty Fall sur la 2sTv. Youssou, c’est mon grand frère. On collabore ensemble. Il a ses idées, j’ai les miennes. Ceux qui me connaissent savent que j’aime bien mes idées. Je les défends bien. Pour le moment, c’est « Fékké ma ci boolé » qu’il a mis en place. Je ne suis pas la personne qui est derrière le mouvement de Youssou. S’il arrive un moment où je dois m’impliquer, jouer un rôle et que cela corresponde avec mes convictions personnelles, je le ferais. Je peux plonger dans la mer pour lui. Mais il faut que j’en sois convaincu. C’est mon frère. Je suis toujours avec lui. Il vient de commencer, on est derrière et on pousse. Tout ce qu’il entreprend on est là pour le soutenir. Mais je n’hésiterais pas à lui dire : « Grand », je ne suis pas d’accord, je ne suis pas convaincu ! Et je pense qu’une personne comme Youssou a besoin de cela. Si on doit se chamailler, on le fait. On l’a fait souvent fait, d’ailleurs.

Quels sont les projets de Bouba ?

Mes projets (il hésite). Vous savez, la télé me prend énormément de temps. Mais j’ai un projet qui me tient à cœur qui est le projet « Xeex sibirù ».C’est un projet que j’ai créé au Sénégal et qui est en train de prendre une autre dimension. Le travail qu’on est en train de faire ici est copié en Tanzanie, au Cameroun, au Nigeria l’année prochaine, au Tchad. Le projet est en train de devenir panafricain. Et ce sont des Africains qui ont eu l’idée de le faire. J’ai beaucoup de surprises qui vont être révélées au grand jour. Même si je sais que dans la musique, il est très difficile de gagner sa vie. Financièrement, cela ne porte plus. Mais c’est ma passion. Je vais continuer. Je fais des productions pour le plaisir de les faire. Je n’y gagne rien. Sur tous les derniers albums que j’ai réalisés, inclus celui de Viviane qui marche fort, je n’y gagne rien. C’est juste pour le « fun ». J’ai beaucoup de projets.

Vous ne voulez pas en parler ?

Wait and see. J’ai énormément de projets sur l’international et tout. Et comme je suis libre, je peux m’envoler où je veux.

Comment passez-vous vos journées en tant que célibataire ? Ma vie, je la vis normalement. Je suis « marié » à mes enfants. Ils sont ma raison de vivre. Je concentre toute mon énergie sur eux. Mais aussi, je suis un homme, j’aurai une petite copine incha’allah

Vous avez une petite amie, là ?

Oui bien sur !

Qui c’est, on veut savoir ?

Ce n’est pas important. Là, je m’occupe de mes enfants comme je vous ai dit. Et je profite de la vie. Le mariage n’est pas imminent. Mais je suis un homme et je suis musulman. Je suis quelqu’un de naturellement responsable. Si je vois une femme en qui j’ai confiance j’envoie mes parents demander sa main.

0

Dans un entretien exclusif accordé à facedakar.com, Oumou Provocation dément être à l’origine du divorce de Viviane Ndour. « Je lui ai toujours conseillé de retourner avec son mari lors de son premier divorce », clame la femme d’affaires.

 

Exclusif / Oumou Provocation : "Je n'ai jamais demandé à Viviane de divorcer, je ne suis pas une briseuse de couple..."
Oumou, on vous accuse d’être à l’origine du divorce de Viviane Ndour. A ce sujet, vous avez des précisions à apporter face à de telles allégations. Qu’en est-il exactement ?
Je dois dire à l’opinion que je n’ai jamais demandé à Viviane de divorcer. Lors de son premier divorce, je lui ai demandé avec insistance de retourner dans son ménage. Je n’ai cessé de lui prodiguer alors des conseils. Je lui ai toujours demandé d’aller retrouver son mari Boubacar. Entre filles, je lui disais souvent « boy dieuleul ffils-bi » (reprends ton homme, ndlr). Boubacar le sait, les gens qui me connaissent le savent. J’ai toujours insisté pour qu’elle retourne dans son mariage. Dans notre famille, on ne connait pas le divorce. Mon père et ma mère sont mariés depuis quarante ans. Moi je suis mariée depuis 1996, cela fera bientôt dix sept ans. Chez nous quand, on se marie c’est pour la vie. Alors, comment je peux demander à Viviane de divorcer d’avec Boubacar. Ce n’est pas juste. Viviane une amie que j’aime beaucoup, je ne lui donnerai jamais de mauvais conseils. Quand nous avions appris ici à la maison qu’elle était finalement retournée avec son mari, nous avons dansé moi et mes soeurs. Et d’autre part, je tiens à préciser que je suis une femme d’affaires, je mène pleins d’entreprises, je n’ai pas le temps de briser des couples ou de m’inviter dans la vie des gens. Ce n’est pas mon genre d’aller chez les gens. On peut même compter le nombre de fois où j’ai été chez Viviane. Je ne me mêle pas de la vie des autres et je ne suis pas un briseur de couple, il faut que cela soit clair et précis.

On raconte que Viviane est arrivée complètement ivre chez elle après une longue absence et qu’elle était chez vous. Et cela serait à l’origine de son diovorce ?
C’est faux. Ce qui s’est passé, c’est que Viviane est venue chez moi vers 6 heures du matin pour acheter des croissants à ses enfants. Elle m’a demandé de lui donner des somnifères. Elle l’a pris sur place. Au moment de partir, ma soeur et moi nous savions qu’elle ne pouvait pas conduire. Nous avions donc pris la décision de la raccompagner. Quand nous sommes arrivés sur place, nous l’avons aidé à monter. C’est tout ce qui s’est passé…

Et aujourd’hui quel conseil donneriez vous à Viviane ? De renouer avec Bouba Ndour ?
Ça je lui dira quand on sera seule, elle et moi. Ce sera une discussion privée entre nous deux.

De telles accusations vous ont visiblement déplu…
Oui. Vous savez, je suis une personne bien. Je suis une femme honnête. J’ai une réputation de femme fidèle et travailleuse. Je suis très généreuse. J’ai sous ma charge près de 300 talibés des Almadies à qui je donne des habits de tabaski, c’est injuste donc qu’on m’accuse de la sorte. Je demande aux gens d’arrêter.

Et le chèque de 5 millions offerts à Viviane ?
Non ça on jouait seulement entre filles. Je gagne difficilement l’argent pour la dépenser de la sorte. On voulait juste s’amuser, je tiens à vous rassurer le chèque c’était une blague. Mais Viviane reste et demeure mon amie que j’aime beaucoup.

0

"Je ne suis pour rien dans le divorce de Viviane", confie Oumou Provocation à dakaractu.

 « Je ne suis pour rien dans le divorce de Viviane », confie d’emblée Oumou Provocation à dakaractu. La styliste au nom provocateur est sans cesse indexée comme étant celle par qui le divorce de Viviane est arrivé. Certains proches de Bouba Ndour, l’ex-mari de la chanteuse, sont même allés jusqu’à dire que le compagnonnage de celle-ci avec Oumou l’a entrainée dans une dérive qui a fini par détruire sa vie de couple. « Ceux qui affirment ces inepties ne me connaissent pas et n’ont pas cherché à découvrir qui je suis. Je suis une femme structurée qui vit depuis 1996 avec un seul et même homme : mon mari. J’ai toujours conseillé à mes amies, y compris à Viviane, de tout faire pour préserver leur couple. Je suis d’une bonne moralité, une femme de principe que personne n’a jamais vue avec un autre homme que son époux. » 

Oumou Provocation est convaincue que les Sénégalais la caricaturent à cause de détails comme son nom. Elle réagit : « Oumou Provocation est une marque, un concept pour vendre. Sinon, je ne suis ni provocante ni provocatrice. Je suis une personne bien élevée, issue d’une bonne famille. Mon père est un homme travailleur et respectable. Ma mère est une femme noble. » A l’accusation selon laquelle elle était chez Viviane le jour où celle-ci a eu avec Bouba Ndour la dispute qui a déclenché le divorce, Oumou répond : « C’est de l’affabulation. Je ne suis allée chez Viviane que deux ou trois fois pour lui vendre des habits. Elle aime ma griffe. Je ne vais nulle part. Je suis casanière et adore ma maison où je passe presque tout mon temps. »

Une Viviane très décontractée pour une déclaration de flamme sur un ton quelque peu badin. C’est l’histoire d’un plateau de la 2STV. Thione Seck, le crooner, s’est aussitôt mis sur la défensive.

Thione-seck-viviane
Dans la famille Ndour, il y a Aby, artiste-chanteuse et fan de Thione Seck. La frangine de Youssou a dit publiquement son admiration pour le crooner. Celui-ci, pour lui rendre la politesse, compose une belle chanson en son honneur. Et puis, il y a «le Roi du Mbalakh», souvent opposé au papa de Waly Ballago dans une rivalité dont personne n’arrivait à cerner les causes réelles.
La réconciliation a eu lieu avec You. En tant que cadet, le lead vocal du Super Etoile a fait les premiers pas. Il s’est rendu chez son aîné en compagnie d’amis et de très proches collaborateurs. Bercy a été la scène de cette paix retrouvée entre deux ténors de la musique sénégalaise. La chanson «Ndiadiane Ndiaye», retravaillée avec un nouveau texte, a été entonnée par You et Thione.
Dans cette famille Ndour, il y a aussi un producteur qui suivait de très près la carrière de son épouse, Viviane Chidid Ndour. Après un divorce, le couple s’est formé à nouveau, sur initiative de l’aîné, You. Une nouvelle séparation est intervenue, il y a quelques semaines. Les supputations vont bon train sur les prétendants de la pimpante artiste. Blague ou déclaration d’amour in fine ?
Ce mercredi, sur le plateau de la 2STV, la chanteuse, après avoir fait un play-back de son tube «Waaw», a dit «oui» Thione qui, pour les besoins du format de cette spéciale Korité, s’est engagé dans une séance de questions-réponses, aux côtés de l’animatrice Keb’s Thiam. «As-tu un époux ?», demande le chanteur. Réponse : «C’est toi que j’aime !» Ah oui ! Le ton est badin, mais Thione se met sur la défensive.
Viviane précise : «Papa Thione, je l’admire au point de l’aimer !» Apprenant que le crooner de Tata Kiné Diouf se produit au Penc-mi, l’interprète de «Kumu nexul» et «Champion» lui donne rendez-vous pour plus tard. Avis de Thione : «Pour Viviane, je l’invite à se produire en soirée spéciale dans cette boîte !» Pour une blague, c’est parfois osé !

0

Le chanteur Youssou Ndour et la styliste Oumou Provocation filaient une amitié parfaite. Mais un divorce déchirant est passé par là. Bouba Ndour, frère de Youssou, s’est séparé de Viviane, amie d’Oumou, reprochant à cette dernière d’avoir cassé son ménage en entrainant sa désormais ex-femme dans une vie incompatible avec le mariage. Que pense Youssou Ndour de cette querelle ? Aurait-il affiché le même sourire, s’il devait prendre la photo aujourd’hui avec Oumou Provocation ?

0

Beaucoup prédisent que la carrière de Viviane Chidid va dégringoler à nouveau, suite à sa séparation avec son mari et producteur, Bouba Ndour. La chanteuse était au creux de la vague lors de son premier divorce avec le frère de Youssou Ndour. Il a fallu qu’il se remarient pour qu’elle sorte Wuy Yaay Yooy, l’album qui a explosé et l’a propulsée parmi les tout premiers rangs du hit parade sénégalais. Viviane, en concert sur la photo dans le cadre de la lutte contre le paludisme, aura-t-elle la ressource suffisante pour continuer à créer et à jouer sans Bouba ?

Viviane sur le point de dégringoler à nouveau ?

LES CHRONIQUES DE XALIMA

CARICATURE

BLOG/OPINION

0
Le printemps des comédiens et autres ''névrosés'' (tourmentés) - Un signe de la ''fin des temps'' (akhirou zamân) !!! En ce mois béni de Ramadan,...

0
J’ai toujours cru à l’homme comme bon nombre de sénégalais soucieux d’humer l’air d’une alternance, d’une rupture en profondeur contre ces vieilles pratiques ...

1
On n’entend que lui, aussi on ne voit que ses gesticulations ubuesques et stériles à la Télé (Emission Sortie-Walf Tv), à la manière d’une...

0
Les inégalités sociales naissent de la pratique de privilèges ainsi que de l’impunité en faveur de groupes minoritaires, souvent escrocs et magouilleurs, qui...

1
Nous citoyens sénégalais , rassemblés au sein de : ACTION POUR LA REFONDATION DE LA RÉPUBLIQUE ET DE LA...

TAKOUSSANOU DJOLOF

0
“Pourquoi tant de remous dans les partis politiques: P.S/P.D.S/ Reewmi? C’était dans Takoussanou Djolof avec Mayacine Diop et Adama Diouf.. cliquer ici