IL est parti un Mardi, 1er jour du mois de Ramadan comme le souhaitent tous les musulmans et Hommes de Dieu. 
Beaucoup de personnes parlent de lui mais très peu le connaissent véritablement. 
Je suis né et j’ai grandi sous son « Képaar » et je vais vous dire qui est Serigne Cheikh Béthio THIOUNE diamou Serigne Saliou MBACKÉ. 
Il a en fait des kilomètres à pied et en voiture pour rendre visite à Serigne Saliou MBACKÉ à Khabane, Gott, Lagane, Ndoka, Oumoul Khoura, Ndiappandal, Khelcom ou Diabal. 
Il en a préparé des mets succulents pour donner à manger aux pauvres, aux rejetés de la société et autres marginaux. 
Il en a soigné des jeunes talibés malades, venus des Daara de Serigne Saliou et des villages des dignitaires mourides. 
Il en a envoyé des personnes à la Mecque pour effectuer leur pèlerinage sur les Lieux saints de l’Islam.
Il a en a acheté des moutons de Tabaski à des pères et mères de famille de condition sociale modeste. 
Il en a éduqué des jeunes égarés et ignorants les préceptes de l’Islam. 
Il en a sorti des jeunes des chemins tortueux de la délinquance, de la drogue et de l’alcool. 
Il en a formé des jeunes pour qu’ils aient une maîtrise parfaite du coran et des Khassaïdes de Serigne Touba, en commençant par ses propres enfants.
Il en a construit des maisons pour loger des familles pauvres terrorisées par la faim et le mal logement. 
Il a pris en charge des jeunes étudiants en France en leur envoyant de l’argent chaque mois pour payer leurs études parfois dans des universités privées.
Il en a construit et aménagé des villes sur des terres hostiles et arides peuplées par des loups et des hyènes. 
Il a permis à beaucoup de jeunes femmes et jeunes hommes de se marier et d’être des pères et mères de famille modèles. 
Cheikh BÉTHIO était un éducateur hors pair, un perpétuateur du travail âpre et rédempteur, érigé en valeur cardinale, un père de famille aimant, rigoureux et généreux, un intellectuel hors pair, un talibé mouride dévoué et discipliné. 
Un soir de septembre 2017, mon téléphone sonna et au bout du fil, j’entendis la voix grave et pénétrante du Cheikh. Il me dit  » Alboury naaame Ndiaye, cela fait des années que je ne t’ai pas vu, j’ai ta nostalgie et j’aimerais que tu viennes me voir dans ma résidence de l’Essonne… » Le lendemain je me suis présenté au Cheikh et j’ai été reçu comme un Roi. Nous avons parlé sciences politiques, géopolitique, aménagement du territoire notamment dans la ville de Médinatoul Salam. Cette rencontre m’a beaucoup marqué. Le Cheikh me considérait comme son fils et me donnait de la force et du courage. 
Cheikh BÉTHIO vouait un amour sans limite à Serigne Saliou MBACKÉ son guide et maître spirituel. Cheikh BÉTHIO a sacrifié sa carrière professionnelle dans la haute administration pour se consacrer exclusivement et entièrement au Ndiguël de Serigne Saliou. 
Avec le rappel à Dieu de Cheikh BÉTHIO le mouridisme perd un fervent disciple. 
Les familles pauvres, les veuves, les orphelins et les pères de famille vont pleurer Cheikh BÉTHIO. 
Je fais confiance à ses enfants notamment Serigne Saliou Gueule Tapée et Serigne Khadim Thioune et ses frères et soeurs pour perpétuer l’oeuvre du Cheikh et assurer la cohésion des talibés et de la famille. 
Repose en paix TONTON auprès de Serigne Saliou MBACKÉ. 
QU’ALLAH t’accueille au Paradis Firdawsi et veille sur toute la famille. 
Dr Alboury NDIAYE.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here