Les dernières sessions de la Conférence des parties sur le réchauffement
climatique notamment la COP24 2 récemment tenue en Pologne et surtout la
COP21 3 de Paris, ont permis des accords de limitation d’ici 2100 de la hausse
des températures à +2 o C, à l’échelle mondiale. Le réchauffement de la Planète
est une réalité et les conséquences qui n’épargnent aucune nation, se
matérialisent par la fréquence et l’intensité des événements météorologiques
extrêmes, comme les vents violents et les pluies diluviennes, les inondations, les
crues soudaines, l’érosion des côtes et les glissements de terrain. Le Sénégal,
qui n’est pas en reste, s’est fixé l’objectif de réduction de 5 à 9% des GES à
l’horizon 2035, tout en mettant en œuvre un ensemble de mesures pour les
atteindre – Des mesures et des efforts en matière de développement durable et
de lutte contre les changements climatiques que viennent renforcer les deux (02)
projets phares portés par l’équipe de son Excellence le Président Macky Sall,
que sont le TER 4 et le BRT 5 .
On a tendance à parler de ces projets du point de vue de l’amélioration de la
compétitivité économique du pays, mais voilà des projets qui contribuent
mondialement aux objectifs de réduction des gaz à effet de serre. Au-delà du
Fast-track érigé en leitmotiv dans le cadre des actions de l’équipe en place, c’est
justement un cap vers un changement de paradigme qui vient d’être opéré
sous l’impulsion de son Excellence le Président Macky Sall. De nouveaux
modèles sont proposés pour vaincre les obstacles comme la problématique des
transports, qui seront désormais durables au Sénégal.
Les systèmes de transport de nos villes répondent actuellement à une mobilité
de plus en plus intense, avec la prépondérance du recours à la voiture
individuelle. Ce qui leur confère un caractère non durable. Les problèmes de
mobilité et d’accessibilité dans les zones urbaines sont quotidiennement vécus
par les citadins et menacent la compétitivité économique de nos pays :
congestions, insécurité routière, pollution atmosphérique, etc…
La ville de Dakar, qui compte pour 0,3% de la superficie et 25% de la population
du pays, ne déroge pas à cette règle ; les pertes liées aux problèmes de mobilité
sont estimées à 100 milliards par année.
Par la création de pôles urbains et le lancement des projets TER et BRT en
cours de finalisation, son Excellence le Président Macky Sall apporte une

1 GES -Gaz à Effet de Serre
2 24eme Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les Changements climatiques
(CCNUCC)-Pologne
3 21eme Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les Changements climatiques
(CCNUCC)-Paris
4 Train Express Régional (http://investinsenegal.com/IMG/pdf/fiche_de_projet_ter_dkr-aibd_fr_1_.pdf)
5 Bus Rapid Transit (http://www.cetud.sn/index.php/qui-sommes-nous/activites/145-les-caracteristiques-
techniques-du-projet-brt.html)

solution aux problèmes de mobilité que vit notre capitale, ce qui permettra
d’améliorer la compétitivité économique du Sénégal.
Outre la rentabilité économique de ces projets, ceux-ci revêtent une dimension
environnementale de haute facture, par leur contribution au développement
durable et à la lutte contre les changements climatiques.
Sans revenir sur les caractéristiques de ces projets, rappelons seulement leur
spécificité qui repose sur le transport collectif ou public ; et aujourd’hui, il n’est
plus à démontrer qu’un système de transport basé sur l’usage de véhicules
motorisés individuels est à l’origine de charges environnementale excessives
avec notamment l’augmentation des émissions et concentrations de gaz à effet
de serre, principalement à l’origine du réchauffement climatique. En effet, « un
système de transport n’est durable que si le nombre de déplacements motorisés,
la distance parcourue lors d’un déplacement motorisé et la consommation de
ressources pour les déplacements motorisés sont minimés » (Marti et al., 2000) ;
ce qui caractérise essentiellement les transports collectifs, comme le TER et le
BRT. Ces deux projets réduiront considérablement les émissions de gaz à effet
de serre par rapport aux objectifs de réduction déclinés par le Sénégal et ainsi
permettront de lutter contre le réchauffement climatique dont les impacts sont
déjà visibles sur le territoire : inondations à Saint-Louis, Dakar. Le BRT à lui seul
permettra une réduction d’environ 446 000 Tonnes de CO2 6 à l’horizon 2035 ; ce
qui est équivalent à près de 60000 automobiles et camions légers non
utilisés, et près de 192000 litres d’essences économisés (Estimation
Retscreen Expert) 7 .
Selon le DG de l’Apix, Mr Mountaga Sy, que nous félicitons d’ailleurs pour son
brillant exposé sur ces projets dans le cadre du C2R, les travaux du TER seront
achevés le 30 Novembre 2019 et il ne restera que les autorisations de mises en
exploitation et les certifications de sécurité pour être opérationnel avant la fin de
l’année. Quant au BRT, qui sera articulé au projet TER, son lancement est
imminent.
En pensant et mettant en œuvre les projets TER et BRT, et en laçant la création
de pôles urbains comme celui de Diamniadio, le Président Macky Sall vient de
mettre ainsi en marche une politique intégrant urbanisation et transports
permettant de favoriser une mobilité durable dans nos villes.

Cheikh Oumar Dieng
[email protected]
Membre Coordination des Cadres républicains APR/Section de Sherbrooke-DSE CANADA

2 Commentaires

  1. Saluons ces belles performances précédant d’une vision de génie participative et concrète:« Le BRT à lui seul permettra une réduction d’environ 446 000 Tonnes de CO2 6 à l’horizon 2035 ; ce
    qui est équivalent à près de 60000 automobiles et camions légers non utilisés, et près de 192000 litres d’essences économisés» Une performance pour une économie propre et durable

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here