Une fois encore, les engins de la mort abandonnés par l’armée Française dans ses lieux d’entrainement, viennent de faire une autre victime. Pape Niang, ancien militaire vivant à Diakhaw vient d’être retrouvé mort au cham de tirs de la base aérienne de Thiès. Il avait trouvé comme préoccupation ; c’est de ramasser les douilles, les grenades éteintes et tout ce qui contenait du cuivre, qu’il allait revendre au marché central de Thiès. D’après ses voisins, un jour une des grenades qu’il avait ramassée et qu’il croyait inoffensive avait explosé dans sa chambre, le blessant gravement à la main, il a été sauvé par ceux-là mêmes. Mais cette fois, c’est au champ de tirs qu’il a été tué par un engin explosif parce qu’il n’y avait personne qui puisse lui venir en aide. Durant deux jours ses parents l’ont cherché partout, mais en vain. Son corps en état de putréfaction a été retrouvé par de jeunes peulhs qui pâturaient leurs troupeaux. Déclaré aux gendarmes; qui sont venus faire le constat, il a été conclu que la victime a été tué par un engin explosif, car les traces étaient visibles. Pourtant la zone où Pape Niang est mort est interdite aux personnes, mais hélas, on y peut rien les gens sont têtus et voila.
Frédéric Diallo Xalimasn Thiès.

Pas de commentaire

Réagissez à cet article