Dans la foulée de ce nationalisme ambiant depuis l’achat de Tigo par Kabirou Mbodj, il y a lieu de penser aussi aux emplois des sénégalais qui travaillent pour Orange. Il y a, à mon avis, 3 considérations principales: les emplois, les retombées fiscales et la destination économique des bénéfices. Que l’investisseur soit black, blanc ou beurre, le placement du capital privé a un seul objectif: faire du profit.
À la lecture des commentaires à relent patriotique sur les réseaux sociaux, nous avons l’impression qu’on vient de nationaliser une propriété étrangère et privée. Hélas! Ce n’est toujours pas le cas. Toutefois, nous pouvons toujours nous réjouir du symbole ou d’un signal fort d’une “bourgeoisie locale” naissante.
« Le patriotisme économique désigne un comportement spécifique du consommateur, des entreprises et des pouvoirs publics consistant à favoriser le bien ou le service produit au sein de leur nation ou de leur groupe de nations. » Faute d’une politique de collectivisation, très risquée du reste, ce serait plus rassurant que l’initiative vienne des pouvoirs publics. Dans le jeu de concurrence entre Orange sn et Tigo “sénégalais tigui”, il est à noter que les deux entrprises sont établies au pays et produisent “made in Sénégal”. À quelques différences près, c’est blanc bonnet et bonnet blanc.
Birame Waltako Ndiaye
[email protected]

PARTAGER

3 Commentaires

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here