XALIMANEWS : Des chefs religieux et de quartiers, ainsi que des autorités administratives de Touba, ont retenu d’engager une dynamique de sensibilisation et de concertation sur la mise en œuvre des directives relatives aux interdits en vigueur dans la ville sainte, a appris l’APS.


Les directives relatives aux interdits décrétés par le khalife général des mourides dans la gestion de Touba, entrent en ligne droite de celles décidées à son époque par Serigne Abdoul Ahad Mbacké, troisième khalife du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, a rappelé le maire de Touba, Abdoul Ahad Kâ, à l’occasion d’une réunion tenue ce week-end dans la cité religieuse.

De nouvelles règles de vie quotidienne valables pour la commune de Touba ont été rendues publiques par l’actuel khalife général des mourides Serigne Mountakha Mbacké, sur le modèle de la ’’fatwa’’ de son lointain prédécesseur Serigne Abdoul Ahad Mbacké (1914-1989).

Ces nouvelles règles consistent en six points, dont l’interdiction de vendre et de consommer le tabac, l’alcool et les drogues dans les lieux publics comme privés. 

S’y ajoute de nombreuses autres pratiques décrétées illégales, à savoir la lutte, le football, la musique et les jeux de hasard. De même, la magie, le charlatanisme et la sorcellerie sont déclarés illégaux à Touba.

La vie quotidienne dans la cité religieuse de Touba « obéit à des principes immuables, conformément à l’islam et au respect des enseignements de son fondateur », selon le maire.

Le porte-parole du Khalife général des mourides Serigne Bassirou Abdou Khdre, présent à cette réunion, est revenu longuement sur le respect de ces directives.

Serigne Modou Lô Ngabou de Safinatoul Amane a de son côté souligné que son association, garante de l’orthodoxie mouride, compte baser son action en priorité sur la sensibilisation de ses membres pour que ceux qui seront chargés de tâches à accomplir dans la ville de Touba soient « exempts de tout reproche ».

Dans cette perspective, il a invité les dignitaires mourides à être les premiers à faire respecter les décisions du Khalife et à les imposer à leurs familles respectives.

Le gouverneur de Diourbel Gorgui Mbaye a pour sa part réitéré l’engagement de l’Etat à ne ménager aucun effort pour que les directives du Khalife soient ’’respectées dans toute leur rigueur’’.

Le représentant du Khalife des Baye Fall a sollicité une rencontre afin que les missions confiées aux uns et aux autres soient clairement définies.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here