Appelée par un bateau de pêche en difficulté en mer, une navette de la SNSM a chaviré en fin de matinée ce vendredi. Trois des sept sauveteurs a son bord sont morts. Les opérations de recherches et de sauvetage sont toujours en cours. Le bateau de pêche reste introuvable, le marin pêcheur à son bord est porté disparu.
Une navette de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) a chaviré, vers 12h15 ce vendredi, à cause des fortes rafales de vent causées par la tempête Miguel. Le bateau, qui avait sept personnes à son bord, s’est retourné à 800 mètres de la côte des Sables-d’Olonne, en Vendée.
« Le bateau de la SNSM s’est retourné. C’est le premier accident grave depuis 1986, il affecte la communauté des sauveteurs et des marins », déplore sur notre antenne Xavier de la Gorge, président de la SNSM.
« La ville est en deuil »
Le bilan s’élève à trois morts, selon Yannick Moreau, le maire LR des Sables-d’Olonne qui s’exprimait sur BFMTV, une information confirmée par la préfecture. Les quatre autres personnes à bord ont été secourues, elles sont légèrement blessées.
La vedette de la SNSM a pris la mer ce vendredi, en pleine tempête Miguel, après le déclenchement d’une balise de sécurité par un bateau de pêche en difficulté, le marin pêcheur et propriétaire du bateau est porté disparu.
« C’est un drame et un grand choc pour nous. Nous sommes sans nouvelles du bateau qui a provoqué l’intervention de la SNSM », poursuit l’édile. « Nous ignorons les circonstances dans lesquelles ce bateau a pris la mer et a déclenché sa balise de détresse provoquant l’intervention du SNSM. La ville est en deuil. »
Selon nos informations, le canot de la SNSM a chaviré sur le chemin du retour vers les Sables-d’Olonne.
Gendarmes et pompiers sur place
Les plans « Blanc » et « Novi nombreuses victimes » ont été activés et le préfet est sur place, selon nos informations. Une soixantaine de pompiers sont sur place ainsi qu’un hélicoptère de la gendarmerie, un de la sécurité civile et un de l’armée de l’air, ainsi que des plongeurs participent aux recherches. Celle-ci sont rendues difficiles en raison des conditions climatiques.
En ce début d’après-midi, dix départements du Centre-Ouest de la France, allant des côtes atlantiques à la région Centre, sont encore en vigilance orange par Météo-France, en raison de rafales de vent de 110 à 120 km/h, accompagnées de pluies, avec l’arrivée de la tempête Miguel.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here