Impossible, rétorque l’autorité de l’aviation civile iranienne.

Des responsables américains ont partagé avec Ottawa des renseignements qui appuient l’idée qu’un missile iranien ait abattu le Boeing 737-800 d’Ukraine International Airlines (UIA) peu après son décollage, mercredi, ont confirmé des sources à CBC.

Le responsable de l’aviation civile iranienne a balayé l’hypothèse d’un tir de missile qui aurait abattu par accident l’appareil d’Ukraine Airlines mercredi, la jugeant impossible.

« Scientifiquement, il est impossible qu’un missile ait touché l’avion ukrainien », a déclaré Ali Abedzadeh, cité par l’agence de presse semi-officielle Isna, parlant également de « rumeurs illogiques ».

Des médias américains avaient rapporté un peu plus tôt qu’un ou plusieurs missiles iraniens avaient probablement atteint l’appareil peu après son décollage.

Celui-ci aurait été atteint par un lanceur Tor-M1 de fabrication russe, que l’OTAN appelle le SA-15 Gauntlet, selon le magazine Newsweek, qui citait deux sources américaines et une source iranienne.

Les deux sources américaines de Newsweek, des responsables du Pentagone, ont estimé que le drame était sans doute accidentel malgré tout. Selon elles, les systèmes antiaériens iraniens étaient vraisemblablement actifs dans la foulée des frappes visant des bases américaines en représailles à l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani. Plus d’une dizaine de missiles balistiques se sont alors abattus sur les bases aériennes d’Aïn al-Assad et d’Erbil, d’après Washington.

Le Pentagone a refusé de commenter ces informations.

Le président américain Donald Trump ne croit pas qu’un problème mécanique soit à l’origine de l’écrasement du vol PS752 de la compagnie Ukraine International Airlines (UIA), mercredi, près de Téhéran.

J’ai des doutes, a dit le président Donald Trump lorsqu’il a été interrogé par des journalistes en point de presse. J’ai le sentiment que quelque chose de terrible s’est passé.

Quelqu’un, dans l’autre camp, pourrait avoir commis une erreur, a-t-il ajouté.

Radio Canada

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here