Le PSG est allé chercher un succès précieux à Istanbul, face à Galatasaray (1-0), ce mardi en Ligue des champions. Il conforte sa première place dans le groupe A.

Deux semaines après le récital proposé face au Real Madrid (3-0), le PSG n’était pas vraiment dans les mêmes dispositions ce mardi à Istanbul, contre Galatasaray. Malgré un onze identique au coup d’envoi, le club parisien n’a pas étouffé autant son adversaire qu’on aurait pu le croire. Il a dominé, c’est vrai, et il a gagné (1-0). Mais au final, il ne retiendra sans doute que le résultat, obtenu plus avec sérieux qu’avec brio. Compte tenu du match nul entre le Real et Bruges (2-2), un peu plus tôt, les champions de France réalisent une excellente opération dans le groupe A. En tête, ils comptent quatre points d’avance sur les Belges.

Rapidement devant au score face aux Madrilènes, les Parisiens ont tenté de reproduire la même entame dans un stade Ali-Sami-Yen hostile. En exerçant un pressing haut d’entrée, ils se sont créé très vite plusieurs opportunités de marquer. Mais ni Angel Di Maria (2e et 11e), ni Mauro Icardi (7e), ni Pablo Sarabia (15e) n’ont réussi à tromper un Fernando Muslera vigilant. Les joueurs de Fatih Terim ont alors pris confiance, osant prendre quelques risques avec le ballon et ça a failli payer à l’issue d’une belle séquence collective, conclue par une frappe de Jean-Michaël Seri qui a frôlé le cadre de Keylor Navas (18e). Un avertissement qui n’a pas empêché Paris de continuer d’aller de l’avant. D’un lob astucieux, Juan Bernat n’est pas passé loin d’ouvrir le score (26e). Une nouvelle occasion gâchée qui a eu le don d’agacer Thomas Tuchel, la tête entre les mains, et plus tard averti pour son emportement (39e).

La seconde période est repartie sur les mêmes bases. Dans le coup, les Turcs ont tiré la première mèche par Seri sur coup franc, repoussé par Navas (48e). Dans la foulée, Di Maria, peu en réussite, a perdu un nouveau face-à-face avec Muslera (51e). C’est finalement Icardi, servi par Sarabia dans la surface, qui a soulagé Paris (52e) alors le danger se rapprochait des deux côtés. Sonné, Galatasaray n’a pas mis longtemps à réagir (55e et 58e). L’entrée de Kylian Mbappé (60e) a apporté plus de vitesse et de solutions. L’attaquant a poussé Muslera à sortir une nouvelle parade (76e). Grâce à lui, le club turc n’a pas sombré, même si Paris a quand même obtenu ce qu’il était venu chercher.

Le joueur : Icardi buteur pour son deuxième match

Arrivé à Paris le dernier jour du mercato, Mauro Icardi aura dû attendre un mois pour marquer son premier but. Mais seulement son deuxième match. Titularisé face aux Merengue lors de la première journée, il s’était blessé aux adducteurs et n’avait plus joué depuis. Après plusieurs situations mal négociées en première période, l’Argentin, bougé par les défenseurs stambouliotes, n’en a eu besoin que d’une seule en seconde pour marquer, à la réception d’une offrande de Sarabia (52e). Ça ne lui était plus arrivé en C1 depuis le 11 décembre 2018 (match nul 1-1 de l’Inter Milan face au PSV Eindhoven). C’est le sentiment du devoir accompli qu’il a laissé sa place à Mbappé (60e).

C’est la première fois que le PSG s’impose en Turquie en Ligue des champions. Il restait jusque-là sur deux défaites, en octobre 1997 contre Besiktas (1-3), et décembre 2000 face à Galatasaray (0-1).

L’équipe

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here