En 2012, Le président SALL décida de partager le pouvoir avec la coalition qui lui  permit  d’accéder à la présidence. Un partage du gâteau qui a vu le Parti Socialiste obtenir plusieurs postes au sein du gouvernement (ministres, directeurs généraux…) et pour couronner le tout, M.DIENG, le premier responsable du PS est «élu» président du HCCT (Haut conseil des collectivités territoriales) avec une caisse noire de 50 millions sans parler de la rémunération. Tous ces privilèges ne l’ont pas laissé intact. Il s’acharne aujourd’hui  à freiner des personnes dont les ambitions sont légitimes au sein du parti. En bon soldat, il décide de véhiculer  une pathologie instaurée par Senghor et mise en œuvre par DIOUF. C’est ainsi qu’il affirme, avec des gens qui profitent des mêmes privilèges que lui, que le parti socialiste ne se présenterait à aucune élections jusqu’en 2024 afin d’apporter au président SALL le soutien nécessaire pour rester au pouvoir.  

Au même moment, d’aucuns de ses frères de parti se voient traqués, acculés, poussés à la sortie.  Pour la bonne et simple raison que : Ils estiment qu’un parti tel que le Parti Socialiste, parti le plus structuré, le plus représentatif pour ne pas dire la plus grande formation politique de l’histoire du Sénégal n’a tout simplement pas le droit de présenter un candidat à quelques joutes électorales à fortiori aux élections législatives de 2017 et aux présidentielles de 2019. C’est dire que l’histoire se répète ! C’est dire que cette aristocratie socialiste, avec à sa tête Ousmane Tanor  DIENG est frappée d’amnésie. M.DIENG  répète les coups de 1980 et de 1996. A savoir bloquer des « ambitieux » qui ont été pourtant ses lieutenants et qui l’ont aidé lors du congrès sans débat (Bamba FALL et Khalifa SALL). Ce M.DIENG à un problème avec la démocratie tout comme ses prédécesseurs, ayant assisté à tous les coups anti-démocratiques du parti, il ne peut que se comporter de la sorte « L’éternelle pathologie  démocratique du parti socialiste ».

En quoi consiste  cette aristocratie socialiste ?

En 1960, année de l’accession du pays à la souveraineté internationale, le Sénégal opte pour un modèle politique assez proche du modèle français antérieur à 1958, avec des pouvoirs très importants donnés au Président du Conseil et un rôle limité au Président de la République. Cette répartition des pouvoirs va être au cœur d’une grave crise politique.

Elle oppose le Président du Conseil Mamadou DIA et le Président de la république Léopold Sédar SENGHOR, les deux chefs du premier exécutif sénégalais, en réalité déjà en désaccord à la veille de l’indépendance du Sénégal. Cette dualité au sommet de l’Etat a poussé Senghor à accuser Dia d’une tentative de coup d’Etat et à le faire emprisonner des années durant.

Il résulte de cette crise politique une importante révision constitutionnelle en 1963 avec la suppression du poste de premier Ministre et l’instauration d’un régime présidentiel.

La politique au Sénégal continua son cours au sein du PS. Quelques années plus tard, Senghor changea le type de régime avec une nouvelle révision de la constitution (1970) et nomma Abdou DIOUF au poste de premier ministre. Cette nomination avait pour but de préparer le départ du Président poète de la tête de l’Etat. Dix ans plus tard, en 1980, il démissionna et son premier ministre devint d’office président. Au moment où au parti socialiste siégeaient de potentiels prétendant aussi méritants et bien plus outillés pour prétendre à ce poste, la pathologie « démocratique » qui a séparé les chemins de SENGHOR et  DIA prenait de l’ampleur.

Le nouvel arrivant, Président Abdou DIOUF organisa un congrès en 1984, en bon héritier de SENGHOR, avec des valeurs démocratiques qu’il comptait bien  transmettre aux générations futures. C’est ainsi qu’il fit éliminer lors de cette élection des amis chers à SENGHOR qui, à cette période  étaient plus légitimes politiquement. La complicité de Jean l’aida à mettre au placard Alioune Badara Mbengue, Amadou Cissé Dia, Amadou Clédor SALL, etc. Ce qui lui permit d’asseoir tranquillement son autorité au PS.

En 1996, un nouveau congrès se préparait, M.DIOUF tentait de répéter le coup de 1980. « Nitt li nga namp req nga xam» dit-on en Ouolof, « on ne sait que ce qu’on nous a transmis ». Il décida de porter M.Tanor DIENG à la tête du parti à travers un congrès sans débat. Une erreur monumentale car elle causa le départ de deux cadors du parti à savoir NIASSE et KA qui vont créer des partis politiques emportant ainsi une importante partie  de l’électorat du PS. Ce qui affaiblira considérablement la majorité d’alors et conduira à la perte du pouvoir pour le désormais ex Président Abdou DIOUF en 2000. Hélas, les héritiers du parti n’ont rien retenu de l’histoire. Le mal persiste. Pire, il a gagné du terrain.

Ousmane Tanor DIENG à la tête du PS avec 12 ans d’opposition accède au pouvoir avec le président Macky SALL. Douze années très difficiles avec le départ de plusieurs cadres vers le PDS (Parti Démocratique Sénégalais). Cependant, M.DIENG qui demeurait digne se maintenu à la direction du pouvoir avec beaucoup d’abnégation en compagnie de ses lieutenants qui étaient et qui sont encore aujourd’hui plus populaires et plus légitimes que lui (Khalifa SALL, DIAZ, Bamba FALL, Aissata Tall SALL…). Ces derniers lui ont été loyaux et l’ont aidé à gérer le parti pendant toutes ces années.

La remarque à faire ici est qu’à chaque fois que cette pathologie est manœuvrée, le parti socialiste perd une partie importante de son électorat. Pourquoi alors s’entêter à l’utiliser ? Ou alors l’intuitu personae prime sur le système ?

Je tiens juste à préciser que cet article est une figure symétrique à celle du 7 mars 2017 repris avec quasiment les mêmes mots parce qu’étant toujours d’actualité. La particularité dans ce nouvel article est que cette fois elle répond et confirme certains  propos de la première figure.

Quel avenir pour ces lieutenants ambitieux et pour parti socialiste?

L’avenir de ces lieutenants en leur tête M. Khalifa SALL était clair dès le début. Tout le monde savait que la prochaine étape était leur exclusion du parti. Un coup d’Etat qui s’est réalisé avec « la manière ». Il était surtout essentiel de les « abattre » avant le procès d’élimination du lieutenant chef «chose faite à ce jour» 69 personnes exclues du parti socialiste dont Dias fils, Bamba FALL, Aissata Tall SALL, Youssouf MBOW…

Khalifa, en prison dans le cadre de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Une histoire certes vide mais qui l’inculpe parce que les faits qui lui sont reprochés sont réels. Sauf que, c’est une pratique récurrente qui date d’Adam. C’est le système qui a rendu le faux, normal. C’est le système qui a rendu un mécanisme de faux et d’usage de faux, légal. Cette fausseté a toujours été sue, l’Etat du Sénégal savait toujours que cela se passait de la sorte sans mot dire. Mais puisqu’il s’agit cette fois d’un maire « ennemi » de l’«Etat» qui a une capacité de défier le loup, ce système devient bizarrement faux après plus de 50 ans de légalité. Donc, Ababacar SALL, n’est point coupable. C’est la jurisprudence des maires Mamadou DIOP, de Pape DIOP et même de Galandou DIOUF qui le crédibilise. Même les profanes en droit savent que M.SALL est innocent par ce fait. Mais puisqu’il est ambitieux et veut défier le loup, il aura le même sort que l’agneau, la raison du plus fort est toujours la meilleure, dixit Jean de la fontaine. Il sera jugé, emprisonné puis gracié et ne pourra plus se présenter à une élection quelle qu’elle soit.

Sans oublier Barthélemy DIAS qui a été blanchit  dans un premier temps par le loup quand il était à ses côtés puis accusé et emprisonné quand il lui a tourné le dos. Le cas Bamba FALL aussi en est un exemple ostentatoire.

En résumé, tous ceux qui se sont révoltés au sein du PS sont éliminés ou sont en train de l’être avec la complicité de M.Tanor DIENG. « Personne ne m’empêchera d’avoir un deuxième mandat » dixit le loup.

L’avenir de ces ambitieux est donc leur élimination politique avec des casiers judiciaires leur empêchant ainsi de se présenter à des élections.

Cependant, le parti socialiste n’existe plus depuis que le loup a parvenu à séparer ses militants de premières heures. Aujourd’hui, 90% de l’électorat du parti est expulsé, plus rien n’y reste. La fin du parti socialiste  irait de pair avec la fin du MACKYSME (2019 ou 2024).

Comment peuvent-ils faire pour éviter cette élimination ?

Seule la lutte libère ! Battez-vous ! Ce procès ne se gagnera pas dans la salle 4 du tribunal mais sur le terrain politique. La sentence ne viendra pas de la justice mais du sommet. A bon entendeur …

Maintenant, se pose un problème de cohérence chez les victimes du parti. Ces lieutenants qui se sont révoltés et qui veulent que le parti se présente de manière indépendante aux élections à venir, ce sont eux même qui lors du congrès, sans débat, soutenait M.Tanor DIENG. Ces personnes peuvent-ils aujourd’hui se plaindre d’une Absence de  démocratie au sein du PS et surtout venant de celui qu’ils ont aidé à commettre des injustices? « Ce que j’acceptais hier, aujourd’hui je le renie». Schizophrénie?

Il est certes vrai que le PS n’est pas un parti démocratique comme tous les autres partis politiques au Sénégal. D’ailleurs, le flambeau de cette pathologie a été bien entretenu de SENGHOR à DIENG, en passant par DIOUF. M.Ousmane Tanor DIENG a été aidé dans cette tâche par des lieutenants qui ont fini par se rebeller. Aujourd’hui, le patron des lieutenants « Khalifa SALL » souhaite couper le cordon ombilical. Mais cette pathologie est-elle réversible ? N’a-t-il pas fréquenté un peu trop ces hommes et ce système pour prétendre amener un changement ? Ne représente-t-il pas le système ? Plus de 30 ans dans un système et ne pas s’y reconnaitre, est-ce possible ? Tant de questions sombres dont les réponses seront difficiles à trouver. Qui croire au final ? Et qui pour le renouveau du parti socialiste ?

Ce renouveau est-il juste possible ?  

M.D

Analyste politique

 

2 Commentaires

  1. Bien dit. C’est pour cette raison qu’il faut toujours combattre l’injustice, quelles que soient les circonstances. Cela permettra au moins d’avoir la conscience tranquille lorsque l’injustice s’abattra sur vous. Pour renchérir, j’ai écouter hier Mamadou Massaly du PDS dire, répondant à une question du journaliste: il faut laisser la justice faire son travail. Pourquoi? Parce qu’au début du régime tyrannique de 2012, lorsqu’il a été emprisonné avec de nombreux autres opposants, pour des futilités d’opinion, Khalifa Sall alors avec bby, disait: il faut laisser la justice faire son travail. Je me suis rappelé et j’ai dit donc: laissons la justice faire son travail. Laissez les lâches pourrir en prison par les lâches comme eux.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here