Les révélations  faites  par  M. Mamadou Ndoye « Mendoza », ex Secrétaire général de la Ligue démocratique (LD), via l’émission « Objection « , sont d’une gravité extrême : « Quand j’ai été élu Secrétaire général, je suis allé dans le cadre de l’alliance me présenter au président de la République. Le président de la République m’a proposé ceci : Mamadou je te donne un poste de ministre Conseiller ou bien comme je le fais  ]comme] pour d’autres, je te donne 4 millions (FCFA) par mois », a lâché le successeur du professeur Abdoulaye Bathily à la tête de la LD.

Plus grave, le Secrétaire général du Gouvernement, M. Seydou Guèye, en guise de réponse, confirme ce que l’on pourrait qualifier d’un vrai scandale républicain : « M. Ndoye avait accepté d’être personnellement appuyé, tous les mois, à hauteur de 4 millions, c’est-à-dire à hauteur du traitement des ministres d’État, c’est ça la réalité des faits »…

Peu de jours avant cela, le Président de la République, M. Macky Sall avait pris la décision historique de nommer son frère cadet, Aliou Sall, Directeur général de la Caisse de Dépôt et de Consignation. Ce, à travers un communiqué, publié suite au Conseil des Ministres du 11 septembre 2017, libellé comme suit : « Monsieur Aliou SALL, Conseiller en Planification, titulaire d’un Master en Administration publique, est nommé Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations, en remplacement de Monsieur Thierno Seydou NIANE ». Or, Lors du Forum international pour la paix et la sécurité au Sénégal, Marwane Ben Yahmed, envoyé spécial de Jeune Afrique interpellait le chef d’Etat sénégalais sur l’implication des familles présidentielles africaines, dans la gestion des affaires publiques. Macky Sall, sans équivoque, se laissa aller :« Je ne mêle jamais ma famille à la gestion du pays. Si mon frère a été amené à être cité dans des affaires de sociétés privées, c’est parce que je lui avais justement indiqué très clairement, dès ma prise de fonctions, qu’il ne bénéficierait jamais de ma part d’un décret de nomination, (…) parce que je ne voulais pas être accusé de népotisme ». Comme si le Président Sall, n’éviterait plus dorénavant « d’être  traité de népotiste » !

Ces deux actes gravissimes constituent, à n’en pas douter, de réels motifs pouvant faire tomber n’importe quel régime, dans un Etat démocratique. Tenez-vous bien, les membres de« Bennoo Bokk Yaakaar » répètent à tout bout de champ, que leur conglomérat compterait plus de cent partis. Si le Président de la République se permet d’attribuer à chaque chef de parti, une bagatelle de quatre millions de francs Cfa, par mois, cela ferait au total, un gâteau de 400 millions de francs Cfa  de prébende à distribuer entre un groupe de malfaiteurs constitués en alliance politique, dénommée « Bennoo Bokk Yaakaar » !

C’est un de leurs éminents membres, en l’occurrence, M. Mamadou Ndoye, ex- Secrétaire général de la Ld qui en a fait la révélation. Il est vrai que d’autres, avant lui, avaient déjà vendu la mèche, en parlant même d’une trentaine de millions, par parti et par mois. Quel qu’en soit le montant, il est manifestement indécent, pour une bande qui avait juré de chasser le Président Wade du Pouvoir, afin  d’instaurer «  une gouvernance sobre et vertueuse », de céder à des pratiques aussi malsaines, une fois arrivés à la tête de l’Etat. Rien ne pourrait justifier un tel pillage honteux des maigres ressources de notre pauvre République. C’est là, une des pires formes de corruption, jamais tolérée dans un Etat qui se veut émergent. Comment peut-on  concevoir qu’un politicien véreux n’exerçant aucune profession, gagne indûment par mois, plus que ce que gagneraient tous les paysans réunis  de Keur Bakka, au bout d’une saison agricole, pour la simple raison que le politicien peinard, s’est débrouillé pour avoir un récépissé et a adhéré à la Coalition au pouvoir ?

Voilà ce qui pourrait expliquer, pourquoi l’élite dirigeante en Corée et en Malaisie ait  réussi à conduire leurs pays vers l’émergence, après 57 ans  d’indépendance, au moment où l’élite dirigeante en Afrique, bat des records en contreperformances économiques et sociales, après 57 ans d’indépendance !

 C’est dans la même logique de mal gouvernance obscène, que s’inscrit la récente nomination d’Aliou Sall, au poste de directeur général de la CDC par son frère de président. Ceux qui tentent de défendre une telle perfidie, n’hésiteraient pas à défendre demain, la candidature de M. Aliou Sall, à la Présidence de la République, au terme d’un éventuel deuxième mandat de son frère Macky Sall, en usant des mêmes faux arguments.

Nous ne pouvons pas faire fi de la vertu et de l’éthique, si nous voulons bâtir un Etat de droit, où les Sénégalaises et les Sénégalais, vivront en parfaite symbiose, jouissant équitablement, de leurs libertés fondamentales ainsi que de leurs pleins droits.

 

Mamadou Bamba Ndiaye

Ancien Ministre

PARTAGER

4 Commentaires

  1. C’est une vérité que même les plus butés des fanatisés ne peuvent nier. Maintenant, une autre évidence s’affiche. Macky ne se cache plus de tous les viols de la loi qu’il fait. Il ne se cache plus de la tyrannie qu’il fait vivre au peuple sénégalais. Il ne se cache plus l’application des contraires de ses slogans: le népotisme (surtout pour son frère) à la place de la gestion vertueuse qu’il promettait, le parti avant la patrie, la gabegie à la place de la gestion sobre, l’extrême mauvaise gouvernance à la place de la bonne, etc. Macky Sall ne cache plus le mal qu’il fait au Sénégal. Certes, c’est parce que l’armée des communicateurs recrutée est débordée. La force de cette armée étant le mensonge, c’est une force très éphémère. Mais il n’y a pas que cette raison. Il y a la politique obligatoire de la terre brûlée. Si Macky Sall arrêtait, aujourd’hui, le mal qu’il fait, est ce que cela les sauverait, lui et sa famille, du mal qu’ils ont déjà fait ?
    Nos aïeuls ont condensé dans un petit conte humoristique:
    – Bouky courtisait Ndeye Awa, la fille de Mère Astou. Tout allait très bien. La fille était belle. La famille était accueillante. Et Bouky n’était pas pingre, il donnait ce qu’il avait, il facilitait ce qu’il pouvait.
    Cependant, la beauté de la fille ayant fait le buzz dans le monde de la forêt, Gaïndé le Lion et Sègue la Panthère décidèrent, sans s’être concertés, d’aller se faire connaître de la fille, et la laisser voir les potentiels qu’ils sont.
    Un beau soir, Lion et Panthère se rencontrèrent juste chez Ndeye Awa. La famille, touchée par la marque de considération, mit les petits plats dans les grands. Il fallait mettre les visiteurs à l’aise, ce qui n’avait rien à voir avec ce qu’ils sont venus chercher, et cette hospitalité ne pouvait aucunement être prise pour un quelconque signe d’accord, sauf par les incultes. Et c’est au milieu des causeries que Bouky débarqua, venu voir la belle Ndeye Awa.
    Dés que Bouky reconnut Lion, puis Panthère, il perdit tout espoir de vie commune avec Ndeye Awa. Il se décida même à repartir tout de suite. Mais avant, au pas de la porte de la maison, il se retourna et cria:
    – Ndeye Awa, je veux que tu dises à ta mère qu’elle arrête de faire ses besoins dans mon champ. Mon champ n’est pas une douche publique ou chacun peut faire ce qu’il veut.
    L’insulte toucha Lion et Panthère, chacun au plus profond de lui. Ils hurlèrent, presque, ensemble:
    – Qui a osé dire ça ?
    – C’est moi qui n’ai plus rien à perdre qui l’ai dit, répondit Bouky.
    Celui qui n’a plus rien à perdre peut être prêt à tout brûler. Simplement parce que rien de ce qui brûlera ne sera pour lui.

  2. Il a appris tout cela et bien d autres chez votre patron Wade.Bamba Ndiaye était ministre de Wade ,il parle comme s il ne savait pas ce que ce monsieur faisait sur le dos des senegalais.Macky Sall est à ses débuts par rapport à ce Wade nous a fait .
    S il nous avait laissé un pays où les institutions fonctionnent,les mentalités sauvegardées,une justice équitable,une démocratie en chantier vers l achèvement ,on n’en serait pas la à déplorer les agissements de Macky Sall.
    Wade nous a laisse un pays en pièces détachées,chaque jour à son lot et il n a épargné aucun secteur.
    Son unique combat est la candidature de son fils,écoutez son discours,même à la CDC il voit Karim Wade la dedans et rien d autre.
    Que Allah le Tout Puissant nous vienne en aide et nous débarrasse de cette classe politique.

  3. pour le moment, que DIEU nous débarrasse surtout de ce macky de président, nous ne le remercierons jamais assez de nous avoir débarrassé des wade, alors laissons les wade tranquille

  4. Le plus grande hypocrisie est de continuer a nous parler de wade.
    Il a fait tout de travers, il est chassé du pouvoir.
    Parlez nous de l´homme qui nous a promis des ruptures et qui fait pire que wade et diouf réunis.
    On reproche au président macky sall sa corruption extrême, la politisation de la justice, l´impunité des ses amis milliardaires,…
    Vous nous dites tout le temps qu´il a appris cela de wade, 6 ans après wade.
    Et sa rupture avec toutes les magouilles passées promise en 2011 va commencer quand ?
    Arrêtons les hypocrisies…

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here