Ce nouveau moyen de transport a l’avantage de mieux s’adapter à la circulation, d’éviter un réaménagement trop coûteux de la ville et d’accueillir un très grand nombre de voyageurs. Les inventeurs chinois viennent de mettre au point un système 20 fois moins cher au kilomètre que le tram classique. Le coût d’un kilomètre reviendrait à 2,5 millions d’euros, contre les 50 à 90 millions qu’atteignent d’autres moyens de transport comme le métro.
Rails virtuels
Semblable aux autres trams, l’ART (Autonomous Rapid Transit) s’adapte aux variations des sols comme le ferait un bus. Il suit des rails virtuels, grâce à des capteurs et des bornes installées le long de son circuit. Le nouveau tram possède jusqu’à quatre wagons et peut accueillir entre 300 et les 500 passagers. Il mesure 3,4 mètres de large et 32 mètres de long.
70 km/h
Ce tram d’un nouveau genre est alimenté par des batteries au lithium. Il a une autonomie de 40 kilomètres mais se recharge rapidement. Sa vitesse peut atteindre les 70 km/h. Les constructeurs chinois testent ce mois-ci le tram sur un sol enneigé. La mise en circulation aura lieu cette année.


7sur7.be

1 Commentaire

  1. C’est certainement moins cher que nos trains classiques et les TGV, mais il faut noter l’impérative nécessité d’avoir des routes d’une certaine norme ! J’imagine alors des trains de ce genre pour Saint-Louis, Kaolack , Kédougou, Tamba et Ziguinchor, dans les dix années à venir . Quelle est utile, la haute technologie au service de l’humain !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here