XALIMANEWS : Sur les quatorze régions que compte le Sénégal, les régions de Kolda, Matam, Dakar, Thiès et Kédougou sont les plus touchées par le phénomène des violences faites aux femmes étudiantes et de l’enseignement secondaire, selon le rapport du Comité national des femmes de l’Union démocratique des travailleurs du Sénégal (Udts), repris par Les Échos.

Le journal rapporte que les femmes dudit comité, en partenariat avec le Syndicat interprofessionnel de travailleurs et de travailleuses (Sit) basé Genève, comptent organiser une tournée dans les zones en question. Histoire, ambitionnent-elles, de mener la sensibilisation et tenter de comprendre les raisons du triste phénomène.

Coordinatrice du projet, Mariama Diallo, croit savoir que « le surpeuplement, conséquence de l’exode rural, et la position géographique de ces régions », expliquent le mal.
Elle détaille : « Dakar est surpeuplée du fait de l’exode rural. Kédougou et Kolda sont des zones frontalières à d’autres pays. Alors qu’à Matam, on note une montée exponentielle des mariages précoces qui constituent une forme de violence sur les filles. »

Mariama Diallo souligne que ces dix dernières années ont été « particulièrement difficiles » pour les femmes et les filles. Elle a relevé durant cette période une recrudescence des viols, meurtres et violences conjugales.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here