Youssou N’Dour, pour l’histoire.

La perception de la musique est une chose totalement subjective. Donc, l’exercice auquel je me livre ici n’aura aucune validité scientifique. C’est plus une lettre d’amour qu’une critique.

Parce qu’il faut en préambule redire une chose : Youssou N’Dour était, est et sera pour toujours MON artiste favori. Le seul que j’écoute TOUS LES JOURS. Sauf très rare exception.

Et c’est pour cela que cela me peine que sa musique soit devenue un outil marketing plus que l’art qu’elle ne devrait cesser d’être.

J’ai écouté en boucle l’album HISTORY. Pendant 3 jours. J’ai lu ça et là que « Youssou avait raison de s’ouvrir, d’explorer les nouvelles technologies, etc.. ».

Ah ? Ainsi donc, la musique serait devenue un algorithme ? Première nouvelle.

Jusqu’à preuve du contraire, la musique, ce sont des musiciens. Et des instruments. Puis, des preneurs de sons et des ingénieurs. Dans cet ordre.
Je refuse d’ailleurs de croire que « The Guide », « The Lion » ou « Set » n’étaient pas des albums résolument modernes !
Comme le dit Baudelaire : « La modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable. »

Dans « HISTORY », où est la guitare rythmique de Papa Oumar N’Gom ? Je parle à dessein du fabuleux guitariste entre autres, parce que c’est un marqueur du son Super Etoile. J’aurais pu parler d’Assane Thiam, de Mbaye Dièye Faye, de Jimi Mbaye. Qu’est devenu ce son ?

Ce n’est pas être rétrograde que d’évoquer ce son. Youssou N’Dour a admis lui-même que l’architecte du son Super Etoile, le regretté Habib Faye, avait toujours cherché à innover, et était toujours ouvert aux nouvelles technologies. Oui, mais il plaçait la technologie APRES la musique. C’était pour lui un outil au service du talent des vrais musiciens.

Youssou n’a pas choisi cette voie. Il s’est plié au bon vouloir de producteurs qui n’ont pas de scrupule à utiliser la même recette marketing pour tous les artistes. Mettez n’importe quel son de l’album History, et imaginez la voix de Sidiki Diabaté (c’est juste un exemple) à la place de celle de You. Vous aurez le même album. Impersonnel, lisse.

Pour tout autre chanteur de deuxième plan, cela ne poserait aucun problème. Mais il s’agit de Youssou N’Dour. Du Super Etoile. De 38 années au fil desquelles il est devenu une référence mondiale. C’est pour cela qu’il n’a pas le droit (le mot est fort, oui) de vouloir singer la musique nigériane/afrobeat. Il n’a plus rien à prouver. Il a juste à continuer d’être Youssou. Celui de Less Waxul, de Gorgui, de Wareef…

Pour finir, il est hors de question de dire que c’est un bon ou un mauvais album. C’est juste un album qui n’est pas fait pour moi. Et, à la limite, Youssou s’en fiche. S’il en vend assez pour satisfaire ses producteurs, l’avis d’un simple fan n’aura aucune importance pour lui.

2 Commentaires

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here