Xalimanews- Après trois mois de lutte contre le cironavirus, le ministre en charge de la santé et de l’action sociale a fait le bilan de ce qui a été fait comme travail dans le domaine sanitaire. A l’en croire, 49090 tests ont été réalisés par l’Institut Pasteur et l’Iiressef, 4021ont été déclarés positifs et le taux de positivité global est de 7,36%. 2162 patients ont été déclarés guéris ce qui donne un taux de guérison de 53,77%, 45 patients sont décédés ce qui fait un taux de décès de 1,12 %. Pour le traitement des patients, 27 sites de traitement ont été mis sur place.
Abdoulaye Diouf Sarr a profité de l’occasion pour dire que le taux de décès liés au cironavirus au Sénégal est largement inférieur à la moyenne africaine et mondiale.

Mariama Kobar Saleh

4 Commentaires

  1. Grand Diouf Sarr il ne fallait jamais faire une telle declaration , nous ne pouvons pas gerer cette pandemie de maniere informelle et pouvoir faire une telle affirmation .
    Cependant puisque j’ai beaucoup d’affection pour toi , je vous conseille de d’exclure du staff de communication tous les technocrates de ton ministere et mettre au devant les politiciens comme Aloise pour sortir a compter d’aujourdhui des chiffres decroissants sur le nombre de nouveaux cas et des chiffres croissants sur le nombre de guerris .Si tu ne fais pas baisser le nombre de cas ta cote de popularite sera tres affectee .
    Il faut mentir aux populations elles vous croiront surtout les villageois .ceux croient en tout ce que’on leur dit

  2. Certes, le nombre total de sujets infectés au coronavirus augmente de jour en jour et serait même sous-évalué. Mais le taux de létalité (mortalité) du Covid-19 dans notre pays est relativement faible et quasi identique à celui de la grippe saisonnière ; et pourquoi donc cette dramatisation pour une affection loin d’être meurtrière ; l’hospitalisation des cas asymptotiques et des formes modérées (ne présentant pas de complications) ne se justifie même pas ; et toutes les mesures restrictives (état d’urgence, couvre-feu) devraient être levées. Au demeurant, l’épidémie est même en train de s’éteindre progressivement ; oui, si on regarde la courbe des taux de positivité des tests, on constate que le pic de l’épidémie est déjà atteint depuis mi-mai ; on est actuellement dans la phase descendante (en dents de scie). Il n’y’a donc pas lieu de paniquer et de bloquer le pays.
    Au delà, je pense que le traitement du Covid-19 doit être simplifié et même prescrit en ambulatoire pour les formes modérés qui représentent l’immense majorité des sujets infectés.
    Et personnellement, je ne vois pas l’utilité de la prescription de l’hydrochloroquine pour nos malades, car selon le Professeur Seydi, sans un traitement spécifique, ils guérissent en moyenne au bout de 13 jours ; le gain du traitement à l’hydroxychloroquine (réduction de 2 jours d’hospitalisation) ne justifie pas un tel choix thérapeutique qui véritablement n’a pas encore fait la preuve de son efficacité et de son innocuité dans cette pathologie (Covid-19) ; sinon, l’avis des patients ne serait pas demandé avant l’institution du traitement (à l’hydroxychloroquine) pour décharger les médecins prescripteurs ….
    Le Covid-19, c’est comme la grippe ; il n’y’a jamais eu de traitement spécifique et pourtant ça se gère assez bien dans l’immense majorité des cas (99%) …
    Et à vrai dire, c’est très difficile de faire la preuve de l’efficacité d’un traitement dans une maladie qui guérit « spontanément » dans près de 99% des cas. La faiblesse de la démarche des partisans de l’hydroxychloroquine, c’est l’absence d’études comparatives ; des travaux supplémentaires sont donc nécessaires pour évaluer objectivement ce traitement. Au demeurant, c’est le consensus qui fait la force de la médecine moderne ; et s’il est rompu, ce serait un séisme médical …
    Actuellement, avec un recul suffisant, il est devenu évident qu’il y’a eu beaucoup d’exagérations à propos de la contagiosité et la gravité du coronavirus – il faut donc nécessairement une désescalade dans la prise en charge ; les sujets positifs asymptotiques ne devraient même pas être hospitalisés ni être traités à l’hydroxychloroquine – surtout que la surveillance du traitement (clinique et électrocardiographique) peut poser problème en cas de flambée épidémique. De plus, si on adopte ce traitement pour le Covid-19, on sera obligé dans l’avenir de traiter tout syndrome grippal avec l’hydroxychloroquine associée à l’Azithromycine, puisqu’en dehors d’un test virologique rien ne permet de faire le diagnostic différentiel …
    Je reste persuadé qu’un traitement symptomatique pourrait suffire très largement ; oui, depuis plus de cinquante ans, nous n’avons pas fait autre chose dans les maladies virales et ça donne des résultats satisfaisants. La grippe saisonnière tue plus que le Covid-19 et ne bénéficie que d’un traitement symptomatique. Et même les cas graves ne relèvent que d’un traitement symptomatique ; bien-entendu, il s’agit d’un traitement personnalisé, en fonction des symptômes et des défaillances causées par le virus lui-même ou surtout la réaction inflammatoire disproportionnée du sujet, en se défendant contre le virus. Il ne s’agit donc pas de tuer forcément le virus, mais surtout d’éviter que le sujet soit victime de ses propres moyens de défenses (auto-immunité au sens large du terme) …
    Et au delà, le volet médical est certes plus visible dans la gestion d’une épidémie, mais pour un croyant, le volet spirituel est de loin plus important et passe par le repentir et un changement de comportement moral – bref, l’adoration divine. Et en cas de fléaux, les justes sont le plus souvent épargnés et leur présence dans la communauté peut même être bénéfique aux injustes ; c’est cela la ‘’Baraka des Justes’’ – une réalité partagée par toutes les religions monothéistes ; oui, la Bible rapporte que s’il y’avait seulement dix justes dans la ville de Sodome, l’Eternel n’allait pas la détruire (Genèse 18 : 21-33).
    Actuellement, il est clairement établi qu’il y’a une corrélation entre la spiritualité, le stress et l’immunité ; et cela, devrait permettre aux autorités sanitaires et politiques de relativiser certaines de leurs appréhensions et de mieux percevoir le rôle des mosquées dans la gestion des épidémies (dont celle du Covid-19) et de toutes les calamités d’une manière générale.
    Et pour conclure, je persiste à croire, comme beaucoup de confrères, que la Science fait fausse route ; oui, les chercheurs ont brûlé des étapes importantes ; ils ont négligé l’étape ‘’philosophique’’ de la recherche qui en est le temps primordial. En effet, toute recherche doit partir de considérations ethno psycho socio anthropologiques pour s’orienter au mieux ; sinon, c’est inévitablement la tourmente (la névrose) qui, du fait du foisonnement des idées qu’elle génère, peut être à l’origine de découvertes, mais le plus souvent non essentielles, parfois inutiles voire saugrenues, constituant une perte de temps et d’argent considérable. Et cette étape philosophique ne saurait faire l’impasse sur la religion, quand on sait que les ‘’Textes Sacrés’’ (Thora, Évangile, Coran) prétendent tous être guide et éclaircissement pour toutes choses [(16. Les Abeilles : 89 – An-Nahl) ; (6. Les Bestiaux : 154-155 – Al-An’âm)]. Autant donc de défis que les chercheurs doivent relever – Une exigence scientifique !!!
    https://docs.google.com/document/d/1w2sEg-0y1PazVD1DqFk8ThNEW4atgLZSHMKM4XV_ykY/edit?usp=drivesdk

  3. Etude du Lancet déclarant l’hydroxychloroquine toxique et mortelle, et entraînant que Macron fasse passer une loi de son interdiction en France et que Macky Sall demande à sa commission scientifique de se prononcer sur la poursuite de son utilisation, que l’OMS suspende ses essais, eh bien 3 des 4 auteurs de l’étude se sont rétractés. Il n’y a plus qu’un seul des 4 pour maintenir ses dires.
    Il s’agit de ne surtout pas relâcher la pression pour comprendre pourquoi les dirigeants se sont précipités pour prendre des mesures contre ce remède qui soigne sur la base de cette fausse étude. Est-ce qu’ils n’avaient pas été informés et qu’on leur ait conseillé de faire vite pour agir avant que la mousse médiatique ne se resorbe ? Il faut que le monde des humains comprenne comment se font les manipulations médiatiques, comment les études sont commandées et payées pour faire croire à quelque chose de scientifique. Il faut que le monde des humains comprenne comment les élites mentent pour orienter les opinions, les mentalités, par des médias payés, et accuser toute personne qui decouvre la vérité et en parle de complotiste, ennemi de l’humanité, de quelqu’un qui ne se soucie pas des intérêts de la race humaine. Cette occasion-ci nous rapproche de toutes ces vérités. Il s’agit de poursuivre la pression et espérer que ces auteurs, ces scientifiques corrompus finissent par donner les noms de ceux qui les ont payé pour mentir. Espérons que cela nous permettra de comprendre pourquoi la chloroquine avait été déclarée toxique en France un mois avant la « naissance » du covid 19, pourquoi l’artémisia avait été déclarée inefficace contre le palu et retirée des pharmacies. Peut-être même qu’ils nous avouerons comment le virus corona a été saupoudré dans le monde. Peut-être même qu’ils nous avouerons pourquoi ils ont conseillé les confinements, les couvres feux et lois d’habilitation. N’attendons pas le moment de leur extrême onction quand ils choisiront de se soulager la conscience pour avouer, pensant ainsi tromper Dieu. Nous sommes trop proches de faire comprendre au monde l’existence de ces ennemis de la race humaine qui vivent au milieu d’elle, et qui, par les médias, sont présentés comme les premiers sauveurs de cette race.
    Ne surtout pas relâcher la pression.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here