XALIMANEWS- La CEDEAO ne sera pas à la hauteur de la crise au Mali dans un contexte de statu quo. C’est du moins l’avis d’Abdoul Mbaye.

Le président de l’ACT estime que l’institution continentale doit être acceptée. Une mission, dès lors, compromise par la démarche déjà entamée, selon lui.

« Aveuglée par le souci du statu quo, la CEDEAO pourrait échouer au Mali. Ajoutons que la CEDEAO doit être acceptée dans son entièreté, or la présence au sein des délégations de chefs d’état qui ne respectent pas les décisions de l’organisation lorsqu’elles sont de justice jettent une lourde suspicion sur leurs intentions réelles », déplore l’ex Premier ministre du Sénégal qui demande à la CEDEAO « conserver, à cette étape, un minimum de distance et plutôt désigner un négociateur capable d’équidistance entre les protagonistes de la crise malienne ».

A ce titre, le Sénégalais Abdoulaye Bathily serait le mieux indiqué. «Abdoulaye Bathily et une équipe de patriotes africains pourraient y rendre le dialogue possible entre parties prenantes dans le seul intérêt du peuple du Mali et non celui de Chefs d’Etat plutôt soucieux d’éviter un précédent et ses effets dominos », a-t-il suggéré.

4 Commentaires

  1. C est une idée qui mérite d étre creusée, et constituer une commission comprenant Jerry Rawlings Certains présidents , comme Alhassane Ouatara , Maky Sall par exemple, pour ne pas les nommer , ne sont pas crédibles aux y eux des citoyens CEDEAO . Ils ont refusé catégoriquement de respecter les décisions de la CEDEAO . En outre ils sont perçus comme des agents de la France avec mission de sauver IBK leur homologue, aux dépens des populations.

  2. Dommage
    Des qu on s attaque aux édifices publics construits à partir de l argent de tous les sénégalais.
    On est dans quels pays
    Il faut des sanctions exemplaires pour éviter l anarchie.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here