Il était évident que des cas positifs d’enseignants allaient être détectés avant la réouverture des classes. Il est juste étonnant qu’on les ai décelé juste après le communiqué des écoles catholiques qui une fois de plus on préférait jouer la carte de la prudence.
Comment peut on à longueur de journée demander aux citoyens de porter des masques, de respecter les mesures barrières et derrière ne pas prendre les mesures pour mettre les barrières.

L’évidence sautait aux yeux que la reprise des classes souffrait d’une mauvaise planification. Malgré les avertissements et le cri de coeur des enseignants, l’Erat a fait fi pour un forcing suicidaire. Des malades du Corona virus qui augmentent au quotidien, des hôpitaux saturés, des médecins désorientés et dans tout ce méli-mélo les couches vulnérables peinent toujours à voir le sac de riz promis depuis plus d’un mois. Nous avons le sentiment d’être dans un état d’urgence informel.

Le Président Senghor a eu bien raison de dire la raison est Hélène, et au Sénégal l’emotion est la règle. L’urgence post COVID-19 c’est de recruter des spécialistes de la planification pour tous les ministères afin de palier à des situations pareilles.

A ce stade un remaniement ministériel serait de bonne guerre.

2 Commentaires

  1. Si président avait un minimum de courage il devait virer Mansour Faye le scandaleux et encombrant goro et le diamou ou esclave Teugue (forgeron ) serigne Mbaye Thiam voilà les deux faces les plus hideuses et les plus incompétentes de ce gouvernement qui se ressemble à une armée mexicaine sans chef ni discipline

  2. Partout dans le monde, la réouverture ou non de l’économie, des écoles, la reprise en générale fait l’objet de polémique face à cette pandémie. Raisonnons sainement, au-dessus de nos émotions et haine. La démocratie c’est la diversité positive interactive et enrichissante des opinions dans la bienveillance et la fraternité

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here