XALIMANEWS- La revue médicale britannique a publié un article le 22 mai qui a conduit l’OMS à suspendre temporairement un essai clinique, et la France à mettre fin à l’utilisation à l’hôpital de cette molécule contre le Covid-19.

La revue médicale britannique The Lancet a émis, mardi 2 juin, une mise en garde (« expression of concern ») vis-à-vis d’une étude publiée dans ses colonnes le 22 mai. Une démarche relativement rare, et qui précède souvent le retrait pur et simple de l’article mis en cause. L’étude en question, s’appuyant sur 96 000 dossiers médicaux électroniques de patients hospitalisés pour cause de Covid-19, suggérait que ceux traités avec de la chloroquine ou de l’hydroxychloroquine, combinées ou non à des antibiotiques comme l’azithromycine, présentaient un taux de mortalité supérieur et plus d’arythmies cardiaques.

« D’importantes questions scientifiques ont été soulevées concernant les données rapportées dans l’article de Mandeep Mehra et ses coauteurs, annonce le Lancet dans un communiqué. Bien qu’un audit indépendant sur la provenance et la validité des données ait été commandé par les auteurs non affiliés à Surgisphere [la société américaine qui les avait collectées] et soit en cours, avec des résultats attendus très prochainement, nous publions une expression d’inquiétude pour alerter les lecteurs sur le fait que de sérieuses questions scientifiques ont été portées à notre attention. Nous mettrons cet avis à jour dès que nous aurons de plus amples informations. » Le New England Journal of Medicine a lui aussi le 2 juin émis une « expression of concern » concernant un article publié par quelques uns des mêmes chercheurs le 1er mai.

L’article du Lancet avait conduit l’Organisation mondiale de la santé (OMS), trois jours après sa publication, à suspendre provisoirement l’inclusion de patients traités à l’hydroxychloroquine dans son essai clinique international Solidarity – le temps d’analyser les données pour y trouver un éventuel signal de la toxicité de la molécule. Un tel signal n’ayant pas été observé dans l’essai britannique Recovery, celui-ci a poursuivi le recrutement de patients.

En France, la publication de l’étude du Lancet avait conduit le ministre de la santé, Olivier Véran, à saisir pour avis le Haut Conseil de santé publique (HCSP). Celui-ci avait été défavorable à l’utilisation en contexte hospitalier de l’hydroxychloroquine, s’appuyant aussi sur d’autres études et remontées de pharmacovigilance faisant état de graves effets indésirables cardiaques. Cet avis avait été suivi d’un décret mettant fin à la dérogation permettant l’utilisation de l’hydroxychloroquine hors autorisation de mise sur le marché dans le cadre du Covid-19.

Source : lemonde.fr

7 Commentaires

  1. L heure du reveil a sonne. Le covid 19 est un detonateur de certitudes cachees : un revelateur.
    Soul kerr dou ka teree feign!
    L eveil de la conscience africaine est un imperatif pour le developement socio-economique de la terre – mere
    Na-fa-re-Ka (A-frika). Prenons les bonnes decisions pour la resurrection du continent.
    Wassalam

    • Non seulement, le personnel pour le réveil africain est en occident mais en plus la réflexion n’a jamais été entamée. Juste des voeux pieux. Thioowe rèk!!!

  2. Avec tout le succès obtenu par nos autorités sanitaires par le biais de l’hydroxychloroquine pour soigner les positifs, je me demande pourquoi le professeur seydi et son comité de même que l’ensemble du corps mèdical, aucun n’a jugé utile de participer à ce débat hautement scientifique.

  3. Reprendre une étude sur ce produit ne signifie pas lui accorder un feu vert. Les diabétiques,les hypertendus, ceux qui ont des antécédents cardiovasculaires ne devraient pas le prendre outre des effets secondaires multiples (calvitie,etc). Prudence sur ce produit

  4. L eveil de la conscience africaine est un etat d esprit collectif necessaire pour comprendre que tout ce qui brille n est pas or. Ce n est ni un probleme de personnels  » encore moins de geolocalisation, cette position psychologique est tres difficile a cerner, surtout par un
    Esprit etroit hostile a la positive.
    Les signes avant-coureurs du destin
    de l Afrique s annoncent…
    Le covid 19 est un detonateur de certitudes cachees. Wait and see
    Wassalam

  5. Ce médicament n est pas pour tout le monde. Point de vente libre et bien faire attention a ne pas le prescrire a n importe qui. C’est cela qui importe par-dessus tout

  6. Si le medicament n est pas pour tous, avez vous une solution alternative miracle ?
    Si oui, montrez nous cette solution miracle.
    Sinon, laisser l equipe de Seydi poursuivre tranquillement leur protocole a base de chloroquine. Fi ba jamano di nekh, lolou mo si geune!
    Wassalam

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here